Paula Rego

18 juillet 2017

est à la Casa das historias, très beau musée à Cascais. Je n’y connais rien à l’art moderne, mais j’ai été sensible à cette toile de 1954, ce n’est pas la Vénus d’Urbino, mais c’est justement pour ça sans doute qu’elle nous touche :

Lire le reste de cette entrée »

Déjà lu

18 juillet 2017

Très belle librairie à Cascais, dans la cidadela, le fort dominant le port, aménagé en pousada de luxe*, restaurant et lieu culturel. De vieux bouquins sont exposés, qu’on a déjà lus (pour certains d’entre eux), et pour un brin de saudade

Lire le reste de cette entrée »

Le connétable

18 juillet 2017

Le premier fait d’armes de Nun Alvares, Alcantara, 1382

Dans ses luttes contre la Castille puis l’Espagne, le Portugal a eu plus de succès à la fin du Moyen Âge, grâce à un personnage inconnu en France, mais à qui le pays doit son existence même, en tant que nation indépendante, c’est Nuno Álvares Pereira, l’équivalent chez nous d’un mélange entre Roland, Jeanne d’Arc et Charlemagne. Il est d’ailleurs mort en 1431, la même année que Jeanne, et comme elle c’est un saint, canonisé par Benoît XVI en 2009. Il a en effet partagé sa longue vie entre la tête des armées, comme deuxième connétable du pays, et l’ordre du Carmel, où il se dépouille de tous ses biens et titres à 63 ans et entre au service des pauvres. Un azulejos, trouvé par hasard à Cascais, éveille l’attention du touriste : A primeira façanha de Nun Álvares (le premier exploit de Nuno Álvares), 1382, à 22 ans donc. On imagine contre les Castillans et leur volonté de conquête du petit royaume voisin, puisque toute sa carrière de guerrier s’est faite à guerroyer contre l’Espagne.

Lire le reste de cette entrée »

Le duc de fer

13 juillet 2017

Le duc d’Albe n’était pas un tendre, il avait laissé un sillage de sang aux Pays-Bas*, environ 18 000 personnes exécutées dans la guerre contre les insurgés hollandais, à l’origine de la légende noire espagnole, et quand il débarque à Cascais en 1580 (à 73 ans) pour mater la révolte contre son souverain, Philippe II, il bat la garnison portugaise et fait décapiter son chef, Dom Diogo de Meneses, 60 ans, ancien gouverneur des Indes. Celui-ci a sa statue devant le fort de Cascais. Le Portugal fera partie pendant les soixante années suivantes du royaume d’Espagne.

Lire le reste de cette entrée »

Deus nobis haec otia fecit

13 juillet 2017

cascais_portugal (100)

A Cascais, à l’entrée du Tage à Lisbonne, la traversée est terminée, on touche un autre continent. Deux mois depuis Miami, il est temps d’arriver. La ville est une station balnéaire chic, reliée à la capitale par un petit train longeant la côte. Il y a là le « Charme de la côte atlantique », c’est le motto choisi par les édiles. La température est idéale en été, c’est un climat méditerranéen, mais sur l’Atlantique, et avec sa fraîcheur. Les petites rues grouillent de touristes, de cafés et de restaurants, de librairies, il y a de très beaux musées, et la marina est moderne et extrêmement bien entretenue et gérée. Le mouillage est possible à l’extérieur, dans la baie abritée formée ici par la côte. Bref, le repos enfin… La citation de Virgile des Bucoliques, trouvée dans un parc, paraît appropriée : C’est Dieu qui nous a donné cette tranquillité Pour le contexte historique du vers, voir ici.

Lire le reste de cette entrée »

Une semaine en mer

12 juillet 2017

pour rejoindre le Portugal depuis les Açores.

Partis un lundi matin, nous arrivons le dimanche soir, du 19 juin au 25 juin, avec un beau temps tout du long et trois jours sans vent, au moteur donc. Beau temps, c’est-à-dire des nuits étoilées magnifiques (pas de Lune cette semaine-là) et des levers et couchers de Soleil sans pareil. C’est en plein dans le solstice d’été, le 21 juin, le soleil est à son extrême septentrional, juste au-dessus du tropique du Cancer, et les jours sont les plus longs de l’année dans l’hémisphère nord.

Lire le reste de cette entrée »

Sete Cidades

12 juillet 2017

Sete Cidades, et ses lacs, le lac bleu et le lac vert, comme deux amants séparés, c’est le clou de la visite de São Miguel, un point de vue extraordinaire qui attire les touristes du monde entier. Et on n’est pas déçu, le spectacle est grandiose, du haut de l’immense cratère (pas bien compris la différence entre cratère et caldeira, il faudrait qu’on m’explique, mais ça prendrait…). Ah si, finalement, je crois que j’ai compris : un cratère n’est pas toujours d’origine volcanique, contrairement à la caldeira, par exemple une bombe ou un météore qui frappe le sol peut former un cratère. Et un cratère peut être beaucoup plus petit aussi, quoiqu’il y en a de plusieurs km de diamètre, mais à ce moment-là, on voit mal la différence avec une caldeira…

Lire le reste de cette entrée »

Chá

12 juillet 2017

Les seules plantations de thé d’Europe se trouvent aux Açores, dont celle-là, Gorreana, au nord de l’île de São Miguel. La plantation fournit une halte bienvenue, dans un cadre de fraîcheur et de goût sans pareil…

Lire le reste de cette entrée »

Furnas

12 juillet 2017

Lac et caldeira de Furnas

Le 18 juin, on visite l’île de São Miguel, première étape, Furnas, célèbre pour sa caldeira, le volcan qui affleure avec les fumerolles, et les restaurants de la ville qui y font cuire leurs repas, les cozidos.

Lire le reste de cette entrée »

São Miguel

12 juillet 2017

Sur la côte nord-ouest

Enfin partis de Horta, le 16 juin, après une dizaine de jours, 140 milles pour atteindre São Miguel, soit un peu plus de 24h. L’île est la plus grande et la plus orientale des Açores, une escale bienvenue sur la route de Lisbonne. « Of outstanding beauty », d’après le guide Atlantic Islands, et c’est tout à fait exact : des montagnes, des lacs, des volcans, des fournaises, des forêts, une côte escarpée, des fleurs partout, c’est une merveille.

Au départ, entre Faial et Pico

Lire le reste de cette entrée »

Une journée à São Jorge

10 juillet 2017

Il y a neuf îles dans l’archipel des Açores, on a pu en voir quatre, Faial, Pico, São Jorge et São Miguel, les trois premières sont dans le groupe du centre, la dernière est bien placée sur le chemin du Portugal. Les retards à Faial, pour le règlement de la TVA sur le bateau, nous ont permis une excursion à São Jorge, une des moins visitées, un jour de congés local, le 15 juin. Avec Bob, un vieux marin anglais basé à Horta. Le ferry y mène en deux heures, en s’arrêtant à Pico. Ses paysages sont magnifiques, avec des vues sans égales, car elle est au centre, on voit Faial et Pico au sud, Graciosa et Terceira au nord. Toute en longueur, ses extrémités sont aussi spectaculaires. Un temps magnifique, une location de voiture, et c’est parti pour les quelque 150 km du tour de l’île.

Lire le reste de cette entrée »

Pico

9 juillet 2017

Pico, depuis l’île voisine de São Jorge

On n’aurait pu mieux choisir le nom, de ce pic, et de cette île, juste en face de Horta, qui comporte le plus haut sommet du Portugal (2351 m), le Portugal continental s’élève à 1993 m dans la Serra da Estrela au centre du pays. De même que les Canaries contiennent le point culminant de l’Espagne, plus haut que tous les pics de la Sierra Nevada (mont Mulhacén, 3478 m) et des Pyrénées (Pic d’Aneto, 3404)!

Lire le reste de cette entrée »

La fête à Horta

9 juillet 2017

La marina est pleine, le soir les gens s’invitent de bateau à bateau, et ce sont des apéros à ne plus finir, des discussions, des conversations interminables, sur la traversée des uns et des autres, sur des histoires de mer, des histoires de bateau… Ce jour-là, le 12 juin, j’ai eu droit à une fête d’anniversaire surprise sur Thula Thula, grâce à Susan, Michal, Elin, Adam, Rufus, Martin et Eva. Une rencontre internationale (une Australienne, deux Suédois, un Américain, un Suisse, une Allemande, et un Français), caractéristique bien sûr de l’endroit en cette période de l’année. L’anglais n’est que la langue maternelle de deux personnes, Susan et Rufus, mais Elin, Adam et Martin (Suédois et Suisse) la maîtrisent à la perfection, les autres (Polonais, Français, Allemande) bien aussi, mais un peu moins. 🙂

Lire le reste de cette entrée »

L’extrémité ouest de l’Europe

8 juillet 2017

Non, ce n’est pas un champignon atomique, mais une éruption volcanique survenue dans la mer en 1957, au bout de l’île de Faial, donnant naissance à un volcan, accroissant l’île d’un nouveau cratère et augmentant sa superficie de plus de 2 km2, c’est Capelinhos, le petit cap. Le phare devient inutile, masqué de l’océan par la terre émergée. C’est aussi le point le plus occidental de l’Europe.

Lire le reste de cette entrée »

Une tradition à Horta

7 juillet 2017

Une tradition locale, ici à Horta, est pour les voileux de passage de laisser un dessin de son bateau, une peinture de son voyage, sur la jetée en béton ou autour du port. Si on ne la respecte pas, on s’expose aux pires ennuis en mer, et les marins étant gens superstitieux, et en plus l’affaire étant amusante et flattant le narcissisme de chacun, tout le monde s’y adonne, au grand bénéfice des marchands de pots de peinture de la ville… Cela s’approche de la coutume des ex-voto. Quelques-unes de ces traces laissées sur la digue, il y en a des centaines, les unes récentes, flamboyantes, la plupart peu à peu effacées par le temps et les embruns :

Lire le reste de cette entrée »