Santiago do Cacém

3 septembre 2018

De beaux remparts, rénovés au XXe siècle, une belle église, en contraste blanc sur le reste du château. C’est Santiago de Cacém, du nom d’un cheikh, Kassen, à l’origine de cette construction au VIIIe siècle, sur une butte dominant la ville, la vallée et Sines au loin. Depuis le XIXe, l’intérieur est devenu le cimetière de la ville. Elle est un point de départ de la Rota Vicentina.

De nombreux peuples et envahisseurs se sont succédé sur cette colline, puis dans ce château, depuis les Celtes, avant les Romains, les Alains et les Wisigoths, et même les Byzantins, venus de si loin en Orient, puis les Maures, pris et repris enfin par les chrétiens qui formeront le Portugal.

Lire le reste de cette entrée »

Vila Nova de Milfontes

29 août 2018

Vila Nova de Milfontes (la ville neuve aux mille sources) est une grande station balnéaire située à l’embouchure du fleuve Mira. Le nom de Vila Nova est courant à toute l’Europe, Villeneuve en France, et contrairement à ce qu’on entend souvent, ce n’est pas au Portugal un nom donné à la suite de la reconstruction des villes, après le monstrueux tremblement de terre de 1755, mais plutôt un nom d’origine médiévale, lorsqu’un village se créait à l’extérieur des remparts des châteaux, lors des grands défrichements dans la partie ascendante, démographiquement et culturellement, des temps médiévaux, le beau Moyen Âge, du XIe au XIIIe siècle, jusqu’aux grandes catastrophes du XIVe, quand les quatre cavaliers de l’Apocalypse (la famine, la peste, les guerres et les désastres naturels) dévastent le continent.

Lire le reste de cette entrée »

Praias

29 août 2018

Dans un article sur le Brésil un journaliste américain disait que ce qui définissait les Brésiliens c’était leur goût prononcé pour les plages : c’est le sujet de conversation dominant, les plages abondent, de toute beauté, chacun a sa plage favorite, on y passe beaucoup de temps, les tuyaux se repassent sur tel ou tel endroit paradisiaque, etc., etc. La plage occupe dans l’imaginaire et la culture du pays peut-être ce que le vin représente pour les Français ou le thé pour les Anglais. Une découverte est, qu’à cet égard, les Portugais, fondateurs du Brésil, ne sont pas en reste, la seule côte de l’Alentejo est un régal pour les amateurs.
Le Portugal ne représente qu’un pour cent de la superficie du Brésil et pourtant sa longueur de côtes est d’un quart de celle du pays continent : 92 000 km2 contre 8 500 000, mais 1800 km contre 7400!
Il est vrai qu’en enlevant les Açores (667 km de côtes) et Madère (250), il n’en reste qu’environ 900 au Portugal, soit 12 % de celles du Brésil, toujours à comparer avec les 1% de sa surface. L’écart tient bien sûr au fait que le Brésil s’étend immensément vers l’intérieur, alors que le Portugal est tout en longueur le long de la mer, et donc le ratio côtes/superficie est bien plus faible chez le premier.

Lire le reste de cette entrée »

Porto Covo

24 août 2018

Le port des filets, covo signifiant filet de pêche. Et effectivement il y a un petit port de pêche, dans une brèche de la côte rocheuse. Mais Porto Covo est maintenant une station balnéaire très courue, un genre de St Tropez de l’Alentejo. Admirablement placée, au dessus de la mer et des plages, l’océan est au bout de chaque rue, tout est accessible à pied, avec une architecture très belle de la fin du XVIIIe*. La place Marquis de Pombal notamment est un chef d’oeuvre d’harmonie et de sobriété, ‘une merveille de l’architecture populaire du temps des Lumières’. Quoiqu’un peu déparée pendant la saison par les boutiques et stands divers.

En août, le soir, les événements se succèdent, comme le show du clown Enano (palhaço Enano), aka José Torres, originaire de Cadix.

Lire le reste de cette entrée »

Alizés portugais

22 août 2018

L’homme illustre regarde l’horizon pour l’éternité

Les alizés portugais en été, ces vents réguliers du nord-ouest, vous emmènent facilement vers le sud, Sines est à environ 70 milles de Lisbonne, avec un arrêt possible à Sesimbra, à peu près à mi-chemin. L’aller est donc sans problème, en douze heures, de Parque das Nações, en haut du Tage (il faut déjà trois heures pour sortir de l’estuaire) jusqu’à la ville qui a vu la naissance de Vasco da Gama. Arrivé là, excellente surprise, il y a un mouillage très protégé au pied du fort en plein centre ville et devant la marina de Sines. Nuit parfaite, réveil de rêve dans la brume, avec les murailles qui se dégagent peu à peu. Une plage très populaire en croissant va du port de pêche à celui des plaisanciers. Les environs de Sines sont industriels, pleins de cheminées partout, la ville est ouvrière et populaire, mais du mouillage on ne voit rien de ces raffineries et autres tours disgracieuses.

Lire le reste de cette entrée »

Sur l’express Parc des nations-Cascais…

21 août 2018

Pas beaucoup de mouillages autour de Lisbonne, des marinas, oui, plein, mais des endroits sympas pour jeter l’ancre, pas tellement. A part Cascais et Seixal. C’est pour ça que dès qu’on sort pour une balade, Cascais devient la destination favorite, une belle marina (chère, 43 euros la nuit en été), mais surtout un excellent mouillage, dans l’anse entre la marina et Estoril, bien abritée des vents dominants. Mouillage pour la nuit, le pique-nique, la baignade…

Lire le reste de cette entrée »

Vikings au Fort La Latte

21 août 2018

La scène finale du grand film de Richard Fleischer, The Vikings, avec Kirk Douglas, Tony Curtis, Janet Leigh et Ernest Borgnine, a été tournée dans le donjon du château de La Latte, même s’il date du XIVe siècle et les Vikings plutôt du IXe. Une autre scène marquante du film est celle de la mort de Ragnar, dans une fosse à loups. Idée reprise dans la série actuelle, pour Ragnar Lothbrok, mais dans une fosse à serpents.

Très belle balade sur un sentier de falaise entre le Fort La Latte et le cap Fréhel.

Lire le reste de cette entrée »

Un jour à Brest

21 août 2018

Louis-Nicolas Van Blarenberghe, vue du port de Brest, 1774

A l’époque où le drapeau de la France était blanc, notamment dans la marine de guerre :

Lire le reste de cette entrée »

Bretagne nord

20 août 2018

Peinture de Georges Géo Fourrier, à l’Auberge du Trieux

Une croisière côtière en Bretagne nord, de St Malo à Roscoff et retour. Sur Élan 40, avec Jean-Yves. Juin-Juillet 2018.

Lire le reste de cette entrée »

Bragança

18 août 2018

Sur un mur de la ville

Aux confins nord-est du Portugal, dans le Trás-os-Montes (par delà les montagnes), mais à 700 m d’altitude, la ville et la cité fortifiée de Bragança. Un peu comme à Santiago do Cacém, mais avec cette différence que l’enceinte des remparts du XIIIe siècle est toujours habitée, avec des ruelles charmantes, une place, une église, des restaurants. C’est comme son nom l’indique le fief de la maison de Bragance et des ducs et princes successifs qui régnèrent sur le Portugal trois siècles, après 1640 et la fin de l’annexion espagnole des Philippe (II, III et IV), et aussi près d’un siècle sur le Brésil avec les empereurs Dom Pedro I et Dom Pedro II

Lire le reste de cette entrée »

Une ville dans la ville

16 août 2018

Le quartier de Parque das Nações avant 1998

Avant, et après :

Lire le reste de cette entrée »

Visite à Troie

3 juin 2018

Non, ce n’est pas celle de Patrocle et Achille, Priam et Hector, dont on ne sait pas trop d’ailleurs où elle est, quelque part en Anatolie sur la mer Égée, mais Troia au Portugal, en Alentejo, en face de Setúbal. Au départ de Lisbonne, une balade de cinq jours vers l’estuaire du rio Sado, fameux pour ses grands dauphins (Bottlenose dolphins, ou Tursiops, qu’on n’a pas vus d’ailleurs).

Lire le reste de cette entrée »

Des enfants sages sur le Tage

20 mai 2018

Visite de Stéphane, Julie et Félix en mai, balade sur le Tage et son estuaire, de Parc des Nations à Cascais, d’une marina à l’autre, grand beau temps.

Lire le reste de cette entrée »

Vénus préraphaélite

2 mai 2018

Retourner dans un musée déjà visité permet de découvrir de nouvelles pièces, ou des particularités ou détails qui avaient échappé. Ainsi, au Gulbenkian, cette toile d’Edward Burne-Jones, Le miroir de Vénus, a quelque chose de spécial, même si on ne s’en aperçoit pas au premier abord. En général, dans les tableaux de groupe, chaque personnage est différent, et quand on passe trop vite, on pense que c’est vrai aussi pour ces neuf femmes autour de la déesse. Cependant, ce n’est pas le cas, il s’agit d’une seule et même personne, représentée dix fois dans différentes poses. Sans doute celle qui a servi de modèle au peintre était-elle sa bien-aimée, ou un amour perdu, ou sa fille, qui sait ? Toujours est-il qu’elle est très belle et qu’on resterait longtemps à la contempler, dans toute sa pureté et sa beauté. D’ailleurs dans la même salle, un autre tableau de Burne-Jones, Le bain de Vénus, représente la même.

Lire le reste de cette entrée »

Seixal

28 mars 2018

Seixal est un petit village de pêcheurs sur le Tage, un ferry régulier permet de rejoindre Lisbonne à toute heure. C’est aussi un mouillage gratuit et bien protégé et le lieu de divers chantiers à sec pour la plaisance, dont Tagus Yacht Center, en fait à Amora, en face. Thula Thula y passe une partie de l’hiver et du printemps 2018 pour les travaux et la peinture habituels. La « Fête de l’Huma » portugaise se déroule ici en septembre : Avante! Festival. Avante! est l’organe du PCP.

Lire le reste de cette entrée »