Tatave

Combien de fois je l’ai vu descendre le chenal d’Ars pour aller au Fier, à Trousse Chemise, assurer la sécurité pour la SNSM, regarder d’un oeil paternel les écoles de voile du CNAR, sur leurs Cazavants. C’était un mythe vivant à Ré dans les années 1960 et 1970, marin et aquarelliste, il s’identifiait à l’île et au Fier.

In Memoriam, Octave Patureau, dit Tatave. Né en 1922 à Toulon, de souche rétaise, portingalais par son père, arsais par sa mère, née Laurence Neveu, « il vit dès sa plus tendre enfance bercé par le bruit des vagues, le roulis des bateaux, les récits de voyage » (R. Brunet).

Beaucoup se rappellent encore le chalutier espagnol Lequeitio II, en fâcheuse posture sur les rochers de l’anse du Martray le 17 janvier 1962. Malgré la tempête, Tatave parvient à se hisser à bord et à conseiller une manœuvre délicate alors que les 15 hommes d’équipage s’apprêtaient à tout abandonner. Grâce à la marée montante et l’aide du remorqueur Saint-Quay, le navire parvint à se déséchouer. Invité par les armateurs et les familles des marins, Tatave passa plusieurs mois au pays Basque, il y fut fêté comme un héros et comblé de cadeaux ; des personnalités officielles vinrent quelque temps plus tard  dans l’île lui remettre la médaille du sauvetage du gouvernement espagnol. (R. Brunet)

Voici un autre texte sur lui, du peintre Louis Suire.

Il y a quelques années, j’avais voulu revoir, au bout de l’île de Ré, la petite plage de la Patache, à Trousse Chemise et y peindre un paysage.
C’était à cette époque un site presque désert, il n’y avait aucune maison, sauf la charmante petite maison rose des Rodier dans les bois, dans le bois de Trousse Chemise devenu célèbre par la chanson d’Aznavour… Pas de barbelés sur le haut des dunes, la nature dans toute sa splendeur… Et le silence.
J’avais planté mon chevalet près de la petite jetée. Le soir tombait, le ciel commençait à prendre des teintes roses délicates.
Au loin une barque glissait sur le Fier d’Ars, sa voile gonflée par une légère brise. Je goûtais le charme paisible de cette fin de journée à l’île de Ré.
Cette barque vint accoster à la jetée ; il y avait un homme à bord qui sauta sur le sable avec un panier au bras et se dirigea vers moi.
Je reconnus alors Tatave, le cher Tatave, marin et peintre ; il vint à mon chevalet, me serra la main, regarda mon étude et me tendit son panier dans lequel il y avais deux ou trois poissons qu’il venait de pêcher. «Prenez cela, je vous les donne», me dit-il J’ai voulu les lui payer (car c’était son métier d’être marin et pêcheur), il refusa et insista pour m’offrir sa pêche puis il remonta dans son bateau et regagna le port.
Je le revoyais parfois l’été et j’avais de l’amitié et beaucoup d’estime pour lui Je savais qu’il avait fait de nombreux sauvetages. Il avait, au péril de sa vie, rattrapé des gens qui se noyaient et avait même ramené à terre tous les marins espagnols d’un navire en perdition à la pointe des Baleineaux… Il était d’une extrême modestie et ce n’est pas par lui que je savais cela.
En plus, j’aimais beaucoup sa peinture car il était aussi aquarelliste de talent.
Sans être allé à aucune école d’Art, sans avoir pris la moindre leçon, il peignait de grandes aquarelles, très harmonieuses, d’après les paysages de son île de Ré puisque, né à Ars, il en connaissait tous les secrets. Il savait à merveille choisir ses sujets, son dessin était parfait et il avait le sens de l’harmonie des couleurs avec une grande habileté d’exécution.
J’ai vu pas mal d’aquarelles de lui et j’en ai toujours admiré les qualités ; c’était vraiment de la bonne peinture de peintre.
II peignait pour le plaisir, sans chercher à se faire connaître. Il n’exposait à peu près nulle part et n’était d’ailleurs connu et apprécié qu’à l’île de Ré et surtout à Ars où il vivait.
Il aimait la nature et cherchait seulement à exprimer la beauté des paysages de son île natale.
Cher Tatave, vous nous avez donné une belle leçon. Merci !

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

10 Réponses to “Tatave”

  1. mary Says:

    J’ai travaillé plusieurs années avec Tatave au CNAR. – Anecdote. En passant avec mon bateau au large des Baleineaux et en pleine brume, j’entends une voix. J’appelle, Tatave ! Il me répond, Michel ? J’arrivais d’Espagne. Nous n’avons pas reussi a nous voir, malgré la proximité. Mais j’ai reçu sa fameuse carte au format postal, d’une aquarelle pour la nouvelle année. J’adorais Tatave… J’ai une partie de lui en moi 🙂

  2. JB Says:

    Moi aussi, c’est toute ma jeunesse des vacances d’été, et des bords dans le Fier. 🙂

  3. michele jb Says:

    bonjour
    moi je suis une des nieces de Tatave.. (la derniere fille de sa soeur Denise) je prépare un article sur Tatave et le sauvetage du Lequitio II.. pour le prochain Tambour d’Ars… (sortie en juillet, 30 ans de la mort de Tonton).
    En cherchant des infos sur ce chalutier, je tombe sur votre blog. Sympa de vous lire !!! et de sentir les sentiments qu’il vous a inspirés…
    bonne continuation
    michele

  4. Le Cazavant | Le journal de Joli Rêve Says:

    […] Post sur Octave Patureau, dit Tatave, gardien du Fier. […]

  5. Dans l’œil du cyclone | Le journal de Joli Rêve Says:

    […] Le phare de la Méditerranée Au bon temps de la canonnière Like a broken wave Panique Texel Tatave Les chevaliers à Rhodes […]

  6. Guérin Says:

    Je viens de retrouver en triant mes photos, des photos de Tatave prises par mon mari, il est avec mon beau père dans une épave de bateau…si vous êtes intéressées vous pouvez me contacter.

    • Miss Djibi Says:

      Salut à vous
      je ne sais pas à qui je m’adresse.. le proprietaire du site ou “Guérin”…. bref.. salut
      bien sur que nous sommes interessés.. mêmeaprès tant de temps… de revoir des photos de Tatave!!!
      merci de les faire suivre et glisser votre contact… je vous enverrais du sel de l’Ile de Ré…
      bonne suite
      michele

      • JB Says:

        A Miss Djibi : non, vous vous adressez à un commentateur, Guérin, et je suis sûr qu’il se fera un plaisir de vous envoyer aussi ces photos.

    • JB Says:

      Pour Guérin : oui, bien sûr je suis intéressé, merci ! Envoyez-moi un mail, l’adresse est : jacques@brasseul.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :