Archive for mars 2011

Les pélicans font leur cirque

21 mars 2011

à Fethiye. Tels Dupont et Dupond, ils ne se quittent jamais.

(more…)

Caunos

21 mars 2011

Une petit delta où on trouve : 1) une plage vierge pour les tortues caretta, avec un îlot qui protège le mouillage, 2) les restes d’une ville antique, Caunos, 3) les méandres poissonneux de la rivière jusqu’au village de Dalyan (littéralement : piège à poissons), 4) des tombes dans la falaise, et enfin 5) un lac magnifique en amont, alimentant la rivière, devant le village charmant de Koycegiz. Il y a aussi des bains de boue et des sources radioactives, mais il faudra retourner en été… Le tout s’ordonne de la façon suivante, accessible par la mer ou par la route 

(more…)

Colmars

9 mars 2011

Colmars est un village des Alpes de Haute Provence, dont le nom vient d’un lieu dit La Colline de Mars, à l’époque romaine. À la différence de la ville alsacienne plus connue, Colmar, qui elle viendrait de Columbarium, le pigeonnier. C’est un bourg fortifié, un petit Carcassonne ou Rothenburg, où passe le Verdon avant son canyon On le découvre par hasard, en allant au ski à Allos, au dessus de Nice. Une merveille.

(more…)

Érotisme 1900

1 mars 2011


Teodor Axentowicz

Dans un prix Goncourt à l’époque, celui de Claude Farrère en 1905, Les Civilisés, la sensualité procédait par évocation, on ne disait pas directement les choses, sauf dans les livres sous le manteau, non publiés, comme ceux de Pierre Louÿs, grand ami de Farrère justement. Deux passages qui évoquent très bien l’art de l’écrivain en ce domaine. Le premier sur les nuits de Saigon, la douceur tropicale, propice aux épanchements. Le second, un peu plus poussé, dans une calèche…

(more…)

Brave New World

1 mars 2011

J.W. Waterhouse

En voyant la pièce mise en scène par Declan Donnellan aux Gémeaux à Sceaux, par une troupe russe de Moscou, en russe donc, surtitré en français, on est un peu perplexe, voir en France un grand metteur en scène britannique faire jouer Shakespeare par des acteurs russes, ça fait un beau méli-mélo. Que reste-t-il de tout ça ? Pas grand-chose, on s’endort un peu à force de ne rien comprendre des mots, et d’avoir toujours l’oeil fixé sur le texte qui défile en français, au lieu de l’avoir sur les acteurs et la mise en scène. Elle est très belle pourtant, cette mise en scène, avec des images projetées derrière sur grand écran, images de vagues, de bateaux, d’îles et de tempête bien sûr. Et les acteurs ne sont pas en cause, ils sont jeunes et magnifiques, parfois nus comme dans tant de mises en scène modernes. Une mention spéciale pour l’actrice qui fait Miranda, superbe, et pour le comique qui joue le rôle d’un des deux bouffons, Trinculo. Ariel est un peu fade, Caliban, classique, un monstre bonasse ; le physique de l’acteur, un genre de Tarass Boulba, convient parfaitement.

Reste à chercher les morceaux de bravoure dans les surtitres de cette grande pièce de Shakespeare, une des plus belles, une des rares qui finit bien. En regrettant Michel Duchaussoy, un parfait Prospero, dans une mise en scène des années 1990 à la Criée, avec un Ariel et un Caliban tous deux formidables. Florilège des passages les plus connus de La Tempête :

(more…)