La perle des presqu’îles


Paeninsularum, Sirmio, insularumque ocelle (voir Sirmio, refuge enchanteur)

Tout au bout de l’étonnante péninsule de Sirmione , les cygnes se reposent  Ils savent que personne ne viendra les déranger ici. Leur beauté et leur grâce conviennent très bien au lieu, cette longue presqu’île et île sur le lac de Garde. Le charme particulier de Sirmio (devenu Sirmione) est reconnu depuis l’Antiquité. Le poète latin Catulle avait son palais ici, tout au bout, aujourd’hui des ruines et un site connus sous le nom de Grotte de Catullo. Il a chanté son lieu de naissance et de séjour, après un retour de terres lointaines, en Bithynie, sur la mer Noire, au nord de la Turquie actuelle:

Sirmio, perle des péninsules et des îles
Toutes celles que porte le double Neptune sur les étangs limpides et la vaste mer,
Avec quel plaisir et avec quelle joie je te vois,
Croyant à peine moi-même avoir laissé la Thynie et les plaines de Bithynie,
Et te voir en sécurité. Ô qu’y a-t-il de plus doux, l’âme délivrée des soucis,
Lorsqu’elle a déposé son fardeau, et qu’épuisés par l’épreuve du voyage nous revenons à notre foyer,
Et que nous trouvons le repos dans un lit désiré ?
Voilà l’unique récompense pour de si grandes peines.
Salut, ô belle Sirmio, et réjouis-toi de la joie de ton maître,
Et vous, ondes du lac lydien, riez de tous les éclats de rire de ma maison.

Autre traduction :

Quel plaisir, quelle joie de te revoir, ô Sirmio, la perle des îles et des presqu’îles que compte Neptune dans la vaste étendue des deux mers et des lacs ! J’ose à peine croire que j’ai quitté les champs de la Thrace et de la Bitynie, et que je puis sans crainte jouir de ton aspect.
Quel bonheur, lorsque, libre de soins, notre âme dépose le fardeaux de l’ambition ; lorsque, fatigués de nos lointains voyages, nous rentrons au sein de nos foyers domestiques, et que nous trouvons enfin le repos sur ce lit si longtemps regretté ! Il suffit à mes voeux, ce bonheur, unique fruit de tant de travaux.
Salut, belle Sirmio, salut ! souris au retour de ton maître ; vous aussi réjouissez-vous, eaux limpides du lac de Côme; que partout ma retraite retentisse des accents de la joie.

Catulle est mort jeune, à 33 ans , de phtisie, il a eu des amours malheureuses avec Lesbie, aux très nombreux amants, ses poèmes d’amour sont restés.

Au bout de la presqu’île se trouve une île, formant la péninsule, les deux sont reliées par un château construit sur l’eau , genre fin du Moyen Âge, époque des princes et luttes entre cités décrits par Machiavel. Il appartenait aux Scaligeri, maîtres de la grande ville voisine, Vérone (à l’époque de Roméo et Juliette, des Montaigu et des Capulet). Des cohortes de collégiens, italiens, américains, visitent la presqu’île, les ruines et le château.

           

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , ,

Une Réponse to “La perle des presqu’îles”

  1. JB Says:

    Maria Callas avait une maison à Sirmione, comme le rappelle ce superbe film sur la diva.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :