Le mythe de l’école de Sagres

Navegar é preciso, viver não é preciso*
Fernando Pessoa

Les Portugais détruisent leurs propres mythes, l’école de Sagres ! L’école de navigation de l’infant Henri (le navigateur), qu’il aurait réunie pour une découverte organisée, progressive, systématique de la côte africaine au début du XVe siècle, avec les meilleurs spécialistes de l’époque, marins, cartographes, architectes navals, etc., un think tank avant la lettre. Tout ça n’aurait jamais existé, une construction des historiens portugais du XIXe siècle, une pure invention pour consolider le sentiment national et patriotique ! Un peu comme les historiens français de la même époque et la mise en avant des Gaulois, de Vercingétorix, d’Alésia, etc., face aux Germains. Tous les ouvrages d’histoire en Europe et dans le monde ont repris le mythe de Sagres et Lagos pourtant, jusqu’aux plus récents. Exposition remarquable au fort Punta da Bandeira à Lagos qui s’emploie à démolir les croyances les mieux ancrées. Elle est basée sur le travail d’un historien brésilien, Fabio Pestana Ramos, reprenant Luís de Camões dans le titre de son livre : Por mares nunca dantes navegados.

* Le vers peut être traduit ainsi, il est nécessaire de naviguer, pas de vivre. Elle vient du poème suivant de Pessoa, qui explique le sens de la phrase : créer est nécessaire, vivre vient après.

Navegar é Preciso
Navegadores antigos tinham uma frase gloriosa:
« Navegar é preciso; viver não é preciso ».
Quero para mim o espírito [d]esta frase,
transformada a forma para a casar como eu sou:
Viver não é necessário; o que é necessário é criar.
Não conto gozar a minha vida; nem em gozá-la penso.
Só quero torná-la grande,
ainda que para isso tenha de ser o meu corpo
e a (minha alma) a lenha desse fogo.
Só quero torná-la de toda a humanidade;
ainda que para isso tenha de a perder como minha.
Cada vez mais assim penso.
Cada vez mais ponho da essência anímica do meu sangue
o propósito impessoal de engrandecer a pátria e contribuir
para a evolução da humanidade.
É a forma que em mim tomou o misticismo da nossa Raça.
Fernando Pessoa

      

Article sur le livre de Fabio Pestana Ramos 

Étiquettes : , , , , , , , ,

2 Réponses to “Le mythe de l’école de Sagres”

  1. Dans l’œil du cyclone | Le journal de Joli Rêve Says:

    […] Rio Barge de la Tamise Un cyclone à la Dominique Robinson à Salé République pirate Bom Bordo Le mythe de l’école de Sagres Les colonnes d’Hercule Vikings vs Arabs La nouvelle Carthage Les Normands Un communisme qui […]

  2. La Mecque de la voile | Le journal de Joli Rêve Says:

    […] la place centrale. Il reste un mythe mondial, même si son rôle dans les grandes découvertes est contesté par certains historiens. On ne sait pas très bien qui a découvert les Açores, mais deux choses semblent assurées, […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :