Un cyclone à la Dominique

Deux plutôt, à trois décennies d’intervalle, David en 1979 et Dean en 2007, et de plein fouet. Les épaves à Portsmouth sont éloquentes.

     

Occasion de lire ou relire un best-seller du siècle dernier, Un cyclone à la Jamaïque, classique de la littérature de pirates  

Richard Hughes’s celebrated short novel is a masterpiece of concentrated narrative. Its dreamlike action begins among the decayed plantation houses and overwhelming natural abundance of late nineteenth-century Jamaica, before moving out onto the high seas, as Hughes tells the story of a group of children thrown upon the mercy of a crew of down-at-the-heel pirates. A tale of seduction and betrayal, of accommodation and manipulation, of weird humor and unforeseen violence, this classic of twentieth-century literature is above all an extraordinary reckoning with the secret reasons and otherworldly realities of childhood. (NYRB)

Aussi un film de 1965, avec Anthony Quinn et James Coburn.

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Une Réponse to “Un cyclone à la Dominique”

  1. Dans l’œil du cyclone | Le journal de Joli Rêve Says:

    […] de Terre Neuve Thelma pète un câble Naufrage à Nevis Oceano Nox Rio avant Rio Barge de la Tamise Un cyclone à la Dominique Robinson à Salé République pirate Bom Bordo Le mythe de l’école de Sagres Les colonnes […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :