St Domingue

On s’y perd dans tous ces noms différents pour la même île : Hispaniola, St Domingue, République dominicaine… Alors quoi est quoi ? Hispaniola, c’est assez simple, ça désigne toute l’île, avec Haïti, et ça veut dire L’Espagnole, parce que Christophe Colomb trouvait que ses paysages ressemblaient à ceux de l’Espagne. La République dominicaine, c’est assez simple aussi, c’est les deux-tiers de l’île, un pays grand comme la Croatie à peu près, donc déjà bien loin des petites Antilles, un vrai pays, avec une superficie importante. Reste Saint Domingue, Santo Domingo, c’est actuellement la capitale, mais ce nom a désigné pendant longtemps la colonie française à l’ouest, future Haïti, notamment au XVIIIe siècle, lorsque St Domingue était la perle des Antilles pour Louis XV ou Louis XVI, et la source d’une fortune, et de fortunes, énormes, grâce à la canne, grâce au sucre. Premier producteur mondial de l’époque. Toute l’île a même été temporairement réunifiée avec ce nom, sous domination française contestée – et comment ! -, pendant la Révolution.
La capitale, fondée en 1502 au sud de l’île, a gardé des constructions prestigieuses, notamment la cathédrale, la plus belle des Caraïbes. Pas de ces cathédrales ou églises imitant le roman, le gothique ou le baroque, mais construites des siècles après, avec des résultats esthétiques douteux, mais une vraie cathédrale de la fin du Moyen Âge. Les pierres vieillies et le style sont là pour témoigner, c’est superbe.

   

Le fils de Colomb, Diego, a été vice-roi ici, et s’est fait construire ce palais. Eh oui, on peut être le fils de Christophe Colomb, ça fait drôle quand même   

Autres images de la ville :

       

La mort, et autres fresques  

Le grand Bartolomé  et CC 

Castro avec un révolutionnaire local, au moment de la chute de Trujillo  voir La Fête au bouc, de Mario Vargas Llosa.
(Re)lire aussi le passage sur Trujillo dans Les 20 Amériques latines, de ce journaliste génial des années 1960 au Monde, Marcel Niedergang , par exemple :

De tous ses titres, celui que Trujillo préféra fut celui de Benefactor. Chaque fois que la presse mentionnait son nom, les typographes devaient prendre garde à ne pas transgresser le rituel : S. E. le généralissime Dr Rafael Leonidas Trujillo Molina, honorable président de la République, Bienfaiteur de la patrie et reconstructeur de l’indépendance financière.
S’étant nommé représentant permanent de la République dominicaine auprès des Nations Unies, Trujillo fut reçu par le président Eisenhower à la Maison Blanche. L’audience était prévue pour cinq minutes. La chronique ironique de Santo Domingo veut que les cinq minutes furent tout entières employées par l’interprète à la lecture des qualités et titres de Trujillo.

Un hôtel sympa, à Boca Chica, le Magic Tropical , tenue par une Roumaine et sa fille, à St Domingue depuis 17 ans. Et trouvé grâce à ce guide, des Lavigne. Très bon marché, 33$ une chambre pour deux, ambiance familiale et sympa 

En traversant l’île, de retour vers Samana, on croise une forêt entière de palmiers étêtés, cyclone, exploitation, incendie ?    

Étiquettes : , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :