Oh the shark has…

Oh, the shark, has, pretty teeth, dear …and he shows them, pearly white
Just a jackknife, has Macheath, yeah …and he keeps it, out of sight

       

Les requins, qu’on ne voit jamais d’habitude, sont partout présents aux Bahamas, ce sont des requins dormeurs pour la plupart (nurse sharks), même si d’autres plus dangereux se mêlent à eux. Ils viennent au pied des pontons attirés par les restes jetés par les pêcheurs. Dans les eaux claires des Exumas, c’est un spectacle hallucinant.

Le Moritat (complainte meurtrière) de Mackie Messer, Dreigroschenoper, Bertolt Brecht et Kurt Weill, paroles originales :

Und der Haifisch, der hat Zähne
Und die trägt er im Gesicht
Und Macheath, der hat ein Messer
Doch das Messer sieht man nicht

En français, Catherine Sauvage, superbe version, illustrations expressionnistes de l’époque bien choisies, Egon Schiele, George Grosz, Otto Dix, et des images de M le maudit de Fritz Lang :

En anglais, Louis Armstrong, Frank Sinatra, Robbie Williams

A la Comédie française

Paroles françaises de Boris Vian :

Les dents longues, redoutables
Le requin tue sans merci
Le surin au fond d’la poche
Sans reproche, c’est Mackie

Sur les bords de la Tamise
Le sang coule dans la nuit
On périt les poches vides
Poches pleines, quelqu’un fuit

Gens de bien ou hommes riches
Disparaissent au grand jour
Sur leurs traces, quelqu’un passe
Qui ramène le butin

Jenny Trowler agonise
Un couteau entre les seins
Sur les rives dans l’eau grise
M’sieur Mackie s’en lave les mains

Et la veuve d’âge tendre
Que l’on viole dans son lit
Que l’on vole sans attendre
Le gentleman, c’est Mackie

Le feu gronde dans la ville
Le feu brille, la mort vient
On s’étonne, on questionne
Oui mais Mackie ne sait rien

Le sang coule des mâchoires
Au repas du grand requin
Mains gantées et nappe blanche
M’sieur Mackie croque son prochain…

Version récente, version années 1960 : Hildegard Knef

Autre post sur l’Opéra de quat’sous

Shark, une exposition au Museum of Art de Fort Lauderdale :

shark-exhibition sharks (1) sharks (2) sharks (5) sharks (6) sharks (7) sharks (8) sharks (9) sharks (10)

Les deux tableaux anciens sont de Winslow Homer, The Gulf Stream, et de John Singleton Copley, Watson and the Shark. Le personnage attaqué dans le second est Brook Watson, futur maire de Londres, qui se baigne à La Havane en 1749, à 14 ans. Il perdra sa jambe.

Quant au premier, certains y ont vu un mystère : « a particularly enigmatic and tantalizing episode, a marine puzzle that floats forever in a region of unsolved mysteries« , d’autres une allégorie sur l’esclavage. Homer lui-même l’expliquait plus simplement ainsi :

I regret very much that I have painted a picture that requires any description….I have crossed the Gulf Stream ten times & I should know something about it. The boat & sharks are outside matters of very little consequence. They have been blown out to sea by a hurricane. You can tell these ladies that the unfortunate negro who now is so dazed & parboiled, will be rescued & returned to his friends and home, & ever after live happily.

Winslow Homer au musée de Portland.

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :