La calanque du Lacydon

Voilà ce que les Grecs arrivés là il y a 2600 ans ont trouvé comme abri, comme port naturel, la calanque du Lacydon (le nom est donné par les arrivants : Λακυδω), qui des millénaires après, au rythme des travaux successifs des hommes, est devenue le Vieux Port de Marseille, le coeur d’une ville, un rectangle presque parfait, un immense port de plaisance de près d’un km de long sur 300 m de large. Tout ça a été nivelé, aplani, cimenté, envahi par les immeubles, les maisons, les rues, et depuis un siècle les voitures.  

Marseille dans l’Antiquité (Massilia* grecque, Massalia romaine) 

Au XVIe siècle le port pouvait ressembler à ça 

Aux Temps modernes, rempli de grands voiliers de commerce, comme Claude Joseph Vernet l’a peint 

Au début du XIXe  et du XXe 

Mais à l’origine, rien qu’une calanque déserte, la mer cristalline, les pierres blanches, les pins sur les pentes escarpées. Imaginons les premiers arrivants, ces Grecs de Phocée en Asie mineure (aujourd’hui Foça, près d’Izmir), avec leur navire à gouvernail latéral et voile carrée, et à rames, plus loin de chez eux sans doute en temps que Colomb débarquant aux Bahamas. Phocée avait été elle-même fondée deux siècles avant, à l’époque d’Homère, par des Grecs venus de la terre mère, près d’Athènes.

  

Sur un navire de ce type, Protis arrive donc dans la fameuse calanque. La légende veut qu’il se soit marié avec une Celte des tribus ligures des environs, Gyptis, et que ce premier mariage soit à l’origine du peuplement de la future cité. Les Grecs apportent la civilisation, ils maîtrisent l’écriture, ils ont déjà une littérature, un art, des mathématiques (Thalès), une architecture, des échanges évolués, une spécialisation, un Etat organisé, des lois ; les Ligures sont des barbares, encore dans des modes de vie néolithiques, ils apprendront à l’école grecque. Tous les détails ici, ou . C’est un historien romain de l’époque d’Auguste, au Ier siècle de notre ère, Trogus Pompée, qui est à l’origine de l’histoire, son oeuvre énorme, 44 volumes sur les dynasties macédoniennes (Philippe et Alexandre le Grand), a été perdue pour l’essentiel. Deux siècles après, un autre historien romain, Justin (ou Justinus), en a restitué une partie. Voilà le texte sur Protis et Gyptis :

Les chefs de la flotte furent Simos et Prôtis (Duces classis Simos et Protis fuere). Ils allèrent trouver le roi des Ségobriges, nommé Nannus, sur le territoire duquel ils désiraient fonder une ville, et lui demandèrent son amitié. Justement ce jour-là le roi était occupé à préparer les noces de sa fille Gyptis, que, selon la coutume de la nation, il se disposait à donner en mariage au gendre choisi pendant le festin. Tous les prétendants avaient été invités au banquet ; le roi y convia aussi ses hôtes grecs. On introduisit la jeune fille et son père lui dit d’offrir l’eau à celui qu’elle choisissait pour mari. Alors, laissant de côté tous les autres, elle se tourne vers les Grecs et présente l’eau à Prôtis (tunc omissis omnibus, ad Graecos conversa, aquam Proti porrigit), qui, d’hôte devenu gendre, reçut de son beau-père un emplacement pour y fonder une ville.

Justin, Histoire universelle

* Origine du nom : Mas Silia, la maison des Saliens, les peuples celtes de Provence.

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

9 Réponses to “La calanque du Lacydon”

  1. JB Says:

    En y repensant, l’histoire de Protis et Gyptis rappelle étrangement celle de Pocahontas et John Rolfe. Les Celtes ont dû éprouver le même choc culturel en rencontrant les Grecs plus évolués que les Indiens du XVIe siècle en voyant les Européens débarquer. Dans les deux cas, des milliers d’années d’évolution séparent les deux peuples, les Grecs étaient rentrés dans l’histoire, les Celtes encore dans la préhistoire, de même les Indiens, encore au paléolithique (chasse et pêche), devant les Européens de la Renaissance.
    Pocahontas, film Disney. Français, English.

  2. JB Says:

    Marseille est à la fête en 2013.

  3. mines2memoire Says:

    Si mes souvenirs sont bons, il y a la même légende sur la fondation de Carthage.

  4. Dans l’œil du cyclone | Le journal de Joli Rêve Says:

    […] La calanque du Lacydon […]

  5. michelherland Says:

    Postée comme Charybde au bord du Lacydon
    Et pâle comme un lys, tu aimantes les hommes
    Hantés par ta beauté et tout affolés, comme
    Un miel trop odorant attire les bourdons.
    (Vette de Fonclare)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :