Cabo Horn 35′

Voilier dessiné par Roberto Barros dans les années 1980 au Brésil, le Cabo Horn s’inspire des plans de Philippe Harlé pour le Sancerre, dont on avait rencontré un exemplaire en Italie. Même carré arrière sous la descente, même impression d’espace dû à ce dessin particulier, même pont complètement dégagé à l’avant, même jupe arrière, même longueur, même ligne générale de coque. Le Cabo Horn n’est cependant pas un dériveur comme le Sancerre, mais un quillard classique. Le point le plus original est ce carré placé sous l’échelle de descente, avec une couchette tout à l’arrière sous les hublots de la jupe. On est sur un 35 pieds, mais à l’intérieur, on a l’impression d’être sur un quarante pieds ! Dommage que cette disposition soit aujourd’hui totalement absente dans les bateaux modernes, complètement abandonnée semble-t-il par les architectes nautiques. Du carré, lumineux, on voit la mer assis, par les hublots latéraux et arrière, avantage qui est recherché avec les voiliers à salon de pont actuels, comme le Nordship par exemple, mais avec un carré beaucoup plus petit, puisqu’il doit se contenter de la moitié de la largeur du bateau.

AngraSail, à Porto Bracui, loue deux voiliers de ce type. La marina est très belle, construite dans une espèce de fjord entre Angra dos Reis et Paraty  L’accueil est charmant, Ricardo Lepreri est un Français, installé depuis des décennies au Brésil. Cela facilite les transactions bien sûr (on a loué un des Cabo Horn pour trois jours, le Vega, bateau en bois), et on a sympathisé tout de suite. Ricardo a fait toute la côte brésilienne pendant deux ans, jusqu’aux Antilles, il connaît tous les mouillages. Il a construit lui-même ses deux Cabo Horn. Ancien dentiste, Ricardo a même tenu un cabinet dentaire à Bahia, pendant quelques années, sur son bateau ! On aurait pu parler des heures d’histoires de mer, de bateaux, du Brésil, de la France, etc.
Merci pour tout !

Enquanto isso o dentista paulista Ricardo Lepreri adquiria os planos, e não tendo que esperar por ninguém, acabou concluindo sua obra antes dos dois amigos cariocas. Tauá, o Cabo Horn 35 de Ricardo Lepreri, além de ter sido o primeiro barco da classe a ficar pronto, também foi o primeiro a realizar um cruzeiro internacional.
Para nosso espanto, tão logo o barco ficou pronto Ricardo içou panos e saiu mundo afora, partindo de Santos rumo ao Caribe, tornando-se o primeiro a empreender uma viagem ao hemisfério norte com o modelo. Quando estava na Martinica resistiu bravamente a uma proposta praticamente irrecusável de um francês que queria lhe comprar o barco a qualquer custo.
Retornando ao Brasil Ricardo adquiriu uma propriedade em Bracuhy com cais para o canal e estabeleceu uma empresa de charter, construindo um segundo Cabo Horn 35 para operar nesse serviço. Hoje existem centenas de velejadores que já alugaram seus barcos e consequentemente conhecem muito bem o modelo. 

   

   

Intérieur de Vega   

Un Cabo Horn tour-du-mondiste, Utopia (bien nommé), qui a survécu à un cyclone aux Antilles (furação) et à un Tsunami en Asie

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :