House of Refuge

C’est un endroit sur une langue de terre, entre mer et lagune, où on recueillait les naufragés, et dieu sait qu’avec tous ces cyclones en été ici, plus de terribles et imprévisibles tempêtes en hiver, il  y en a eu ! Des naufrages provoqués aussi, un célèbre pirate, avec vraiment la tête de l’emploi, Don Pedro Gilbert , fils d’un grand d’Espagne, écumait le coin au début du XIXe, et attirait les bateaux pour les faire échouer sur un banc qui porte encore son nom, Gilbert’s bar. Il était un peu en retard, la grande époque de la piraterie ici est le XVIIe siècle, et mal lui en a pris car il a fini pendu (comme tout bon pirate qui se respecte) à Boston, à l’âge encore tendre – si l’on peut dire pour un tel personnage – de 35 ans…

           

Quand ses hommes lui demandaient quoi faire avec les prisonniers, Gilbert avait une formule explicite :

Un article sur la maison des naufragés 

Étiquettes : , , , , , ,

Une Réponse to “House of Refuge”

  1. Dans l’œil du cyclone | Le journal de Joli Rêve Says:

    […] House of refuge […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :