La Floride française

 

On la doit à Jean Ribault, et aux protestants du XVIe siècle, lancés par l’amiral Gaspard de Coligny (le numéro II), avant qu’il ne soit tué, ou plutôt achevé, à la Saint Barthélémy. Elle n’aura duré que trois ans, de 1562 à 1565, les colons et Ribault ayant été massacrés par les Espagnols (« Pas en tant que Français, mais en tant qu’hérétiques« ). Dominique de Gourgues les vengera deux ans après, en massacrant à son tour les soldats espagnols responsables (ou d’autres), « pas comme Espagnols, mais comme meurtriers« …
La Floride française n’aura pas eu plus de succès que la France antarctique, à Rio, exactement à la même époque, lancée par le même Coligny et par les mêmes huguenots. Décidément, les protestants français, en France et hors de France…

Un hommage est rendu ici à Ribault, orthographié parfois ‘Ribaut’, des rues sont à son nom et le Fort Caroline*, fondé par les Huguenots, a été reconstitué.

Centuries before the Marine Corps started training recruits on Parris Island, the French saw the land as an opportunity for religious freedom. Capt. Jean Ribaut and crew arrived on Parris Island 450 years ago, planted a stone pillar, claimed the land as a Huguenot refuge and got to work building Charlesfort, a triangular fort. All this was 25 years before Roanoke, 45 years before Jamestown and 58 years before the Pilgrims and Plymouth, officially making Charlesfort the first official European settlement in the United States, according to the committee in charge of anniversary celebrations.

Beaufort History Museum, South Carolina

On pense à ces premiers émigrants, fuyant les guerres de religion en France, espérant trouver un havre dans le Nouveau Monde, où pratiquer leur foi tranquilles et s’installer pacifiquement, mais poursuivis  par les guerres européennes et finalement massacrés, dans un fort perdu, par la soldatesque de Philippe II.

Au phare de Ponce de Leon inlet, un peu au sud de Daytona Beach, est exposée une ancre qui appartenait peut-être à l’un des bateaux de Jean Ribault, émouvant :

* Le nom est donné en l’honneur du roi Charles IX. Cependant les Carolines, du Nord et du Sud, ne doivent pas le leur à Fort Caroline, ni donc à Charles IX, mais à Charles Ier d’Angleterre.

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

Une Réponse to “La Floride française”

  1. Dans l’œil du cyclone | Le journal de Joli Rêve Says:

    […] La Floride française […]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :