Cohansey River

Le New Jersey a deux façades, le côté urbanisé à outrance, face à New York, et sur la côte la démence type Las Vegas qu’est devenue Atlantic City, tout ça à l’est de l’Etat. Mais à l’ouest, sur la baie de Delaware, c’est sauvage, champêtre, comme lorsqu’on remonte la Cohansey river vers Greenwich. Profonde et bien balisée, mais avec un fort courant de marée, la rivière permet d’arriver après quelques milles au village de Greenwich, qui dispose de deux marinas.

Les Américains ont le génie de l’entretien, tout est nickel, ou presque, car parfois on peut trouver aussi un laisser aller total. C’est le cas ici, dans la marina la plus proche du centre, un bins effroyable, un amas de trucs accumulés dans tous les coins, cassés, hors d’usage, abandonnés… Le plafond se décolle dans les toilettes, une machine à laver en plusieurs morceaux trône dans l’entrée, avec une pancarte bien inutile ‘Out of service’, jaunie depuis des années. J’ai appris le lendemain que l’entreprise avait été rachetée par un type qui ne connaissait rien aux bateaux et qui gérait ça de loin. En tout cas, quand ça bascule, ça bascule…

Le village de Greenwich est à deux km, il faut y aller pour trouver de quoi manger. C’est par contre joli et propret, mais il n’y a rien, pas un commerce, pas un restaurant. Seulement un café en travaux à coté de la poste (Aunt Betty’s), avec un couple qui s’affaire pour l’ouvrir prochainement. Je leur demande où je peux manger, avoir le wifi aussi, et aussitôt ils me proposent de m’installer à la boutique pour regarder mes mails. Après un moment, la dame prend sa voiture et va chez elle me préparer un repas, elle revient avec un gros sandwich, une boisson et des fruits. On discute, de la France, des Etats-Unis, de nos enfants, de mon accent, de La Fayette, etc. A la fin, je leur demande combien c’est, elle répond c’est gratuit. L’hospitalité et la gentillesse américaines.

Aunt Betty's

Le lendemain, rencontre providentielle avec un père et son fils à la marina, mettant leur bateau à l’eau après des mois de travaux, le bateau, superbe, s’appelle le Sovereign, dans les cinquante pieds. Providentielle parce qu’ils vont à New York, directement, par la mer, alors que moi je vais flâner le long de la côte du New Jersey, mais ils m’invitent à partager un ponton d’un ami à eux, un Croate qui tient un café sur l’East River, face aux Nations Unies, avec deux places de bateau.

Étiquettes : , , , , , ,

Une Réponse to “Cohansey River”

  1. jycaro Says:

    Tout le savoir « rencontrer/échanger » de Captain Jack est dans ces deux anecdotes. La Providence, certes, mais bien aidée!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :