Cape Cod Canal

Creusé à la même époque que le canal de Panama, au début du XXe siècle, mais bien plus court et plus simple, le canal de Cape Cod évite de faire le grand tour, et permet de passer directement dans la baie protégée au nord, la baie de Cape Cod. Ce sont deux jours et deux nuits de navigation qui sont gagnés (pas d’abri sur la face Est du cap et son bec recourbé, avec des hauts fonds qui le débordent largement). C’est l’avant-dernier reliquat de l’ICW sur la côte Est, le dernier étant le canal Blynman, sur la rivière Annisquam, qui permet de couper le Cape Ann, au nord de l’entrée de Boston, mais le gain en milles dans ce cas est assez faible.

Il est large et profond, mais très venté (curieusement le vent s’engouffre et il cesse dès qu’on en sort) et donc agité car le vent contre le courant provoque des remous constants. Mais on n’a pas le choix, il faut impérativement choisir son heure de passage, pour avoir un courant favorable, courant de 4 à 5 nœuds au plus fort, changeant avec la marée. La différence est énorme, avec le courant avec soi on avance à huit nœuds sans forcer, soit une heure pour faire les huit milles, avec un courant contraire, on avancerait péniblement à 1 ou deux nœuds en poussant le moteur, soit environ six heures pour arriver de l’autre côté…

Au nord de Cape Cod, le climat change, l’eau est plus froide, la brume est fréquente, on entre dans la partie fraîche en été de l’Amérique du Nord, étouffante parfois au sud, comme à New York ou Washington, plus agréable au nord, comme à Boston ou Portland, avec enfin des nuits d’une température agréable… Et dans la journée, même s’il fait beau et donc chaud avec le Soleil, on sent que l’air reste frais. Quand on vient de l’est, Hyannis Port par exemple, il faut encore passer le détroit de Woods Hole, qui évite de faire le tour des îles entourant Buzzards Bay, et là aussi, il faut choisir son heure, courant très fort, il faut viser l’étale de marée (slack waters) pour passer, à marée haute si possible pour être à l’aise avec les fonds. De l’autre côté de Woods Hole, une crique providentielle fournit un abri pour la nuit, Quissett Bay.

quissett_bay_sunset

Après le canal, à 25 milles au nord, à l’entrée sud de la baie de Boston, on trouve le port accueillant de Scituate, nom bizarre qu’on ne sait pas trop comment prononcer. Marblehead, Gloucester, Manchester, Salem, pas loin de là, c’est facile, mais Scituate, ça sort de l’ordinaire. Le mot vient de l’indien satuit, ruisseau froid. En tout cas le mouillage est facile d’accès, large, bien protégé, et le village agréable et pratique, tout sous la main.

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :