La monnaie

allemagne_1915_allegorie_du_jour_et_de_la_nuit
Un billet de banque de l’Allemagne en guerre, 1915, allégorie du jour et de la nuit

Quand on a longtemps enseigné que la monnaie « assure la rupture du troc », qu’elle supprime « la nécessaire complémentarité de deux échangistes », qu’elle permet d’éviter « la coïncidence de deux volontés », et donc qu’elle facilite les échanges, qu’elle permet leur multiplication, ce qui entraîne une spécialisation accrue et par là la hausse de la production, qu’elle est ainsi à l’origine d’une première expansion démographique et de l’apparition des civilisations, bref qu’il s’agit d’une invention déterminante dans l’histoire des hommes, une condition du progrès, progrès économique, social, moral, technique, institutionnel – à l’inverse de toutes les théories bidon voyant dans la monnaie, l’argent, la source de tous les maux -, quand on a longtemps enseigné ça donc, on est assez content de trouver une exposition bien faite sur l’histoire de la monnaie.

Celle-ci se trouve au dernier étage du Centre Culturel de la Banque du Brésil à Rio, le CCBB, dans le fonds permanent de cet organisme. On trouve là également des expositions temporaires, notamment en septembre un artiste moderne qui occupe les trois-quarts de l’espace du centre, espace immense, un bric à brac invraisemblable et sans queue ni tête : Les Léonard de Vinci du peuple

On ne retracera pas ici l’histoire de la monnaie telle qu’elle est présentée au Centre, la monnaie pesée, comptée, puis frappée, depuis Crésus en Lydie et l’or qu’il a exploité dans la rivière Pactole, mais seulement quelques billets de banque intéressants, sur des symboles universels ou bien des personnages représentatifs du pays concerné.

allegorie_de_la_terre_et_de_la_mer_1949

Dans les anciens bureaux du Banco do Brasil :

  

ccbb_rio (12)

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

6 Réponses to “La monnaie”

  1. isabelle Says:

    Tu cites : « la monnaie « assure la rupture du troc », qu’elle supprime « la nécessaire complémentarité de deux échangistes », qu’elle permet d’éviter « la coïncidence de deux volontés », et donc qu’elle facilite les échanges, qu’elle permet leur multiplication, ce qui entraîne une spécialisation accrue et par là la hausse de la production, qu’elle est ainsi à l’origine d’une première expansion démographique et de l’apparition des civilisations, bref qu’il s’agit d’une invention déterminante dans l’histoire des hommes, une condition du progrès, progrès économique, social, moral, technique, institutionnel – à l’inverse de toutes les théories bidon voyant dans la monnaie, l’argent, la source de tous les maux  »
    Je ne te suis pas et je vais un peu creuser ces affirmations en recherchant une antithèse à cette idée car il me semble que c’est un peu trop rapidement résumer le pouvoir de l’argent.
    Je ne suis pas une économiste mais je rêve d’une civilisation qui serait basée sur des échanges de services entre micro-communautés autonomes. Le but serait non pas de s’enrichir en quantité mais en qualité. S’élever pour atteindre l’harmonie du corps et de l’esprit. Tu vois un peu cette autre dimension ?
    Ne t’inquiète pas j’ai toujours les pieds sur terre et je sais que cela n’est qu’une utopie mais il est toujours permis de rêver.
    Bisous
    Isabelle

    • JB Says:

      Merci pour ton message, oui effectivement une utopie, et beau comme toutes les utopies. Le problème est quand on essaie de les appliquer… Comme quand les révolutionnaires en Russie en 1918 ont essayé de supprimer la monnaie, de revenir au troc. Ça a été très vite le chaos et il a fallu faire marche arrière.
      Et la Guyane au fait, ça va, tu es installée, c’est bien ?

      • isabelle Says:

        Pour les détails sur ma vie en Guyane, voici l’adresse de mon blog (mais je pense que tu l’as déjà non ?) , tu y liras et verras (vidéo yutube) que c’est loin d’être le train train quotidien.
        guyane-guyana-isa-expa.overblog.com

  2. Claire Says:

    Sympa le dicton brésilien 🙂 il faudrait expliquer les symboles de chaque billet, parce que la ce n est pas très clair…

  3. JB Says:

    « En Allemagne, pendant l’hyperinflation, les ouvriers achetaient dès leur arrivée à la taverne l’ensemble des bières de leur soirée, et les gardaient sur la table; certes, les dernières bues étaient éventées, mais cela évitait de devoir en racheter d’autres plus chères. »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :