Vie et mort de Buckingham

Le tableau tient de la Cène, avec ces personnages autour d’une table et d’une figure dominante, celle de George Villiers, duc de Buckingham. Ils sont bien treize, comme le Christ et ses douze apôtres dans l’oeuvre de Léonard de Vinci. Bien sûr les parodies de la Cène ne se comptent plus (Lost, The Sopranos, Battlestar Galactica, Dr House, les pubs pour les fringues, etc.), très à la mode depuis peu, mais celle-là date du milieu du XIXe, et du peintre Augustus Léopold Egg, à une époque à l’opposé de celle qu’il dépeint, l’époque victorienne, très morale et prude, vs la Restauration anglaise après la république théocratique de Cromwell, relâchée et décadente, un peu comme notre Régence après le très long règne (72 ans) du grand roi. Plus qu’une parodie, il s’agit d’ailleurs d’un hommage.

Qui est donc ce personnage central, ce dandy de la restauration, ce débauché et jouisseur célèbre, cet « Alcibiade du XVIIe siècle » ? Il s’agit du second et dernier duc de Buckingham, le fils de celui des Trois Mousquetaires, amant d’Anne d’Autriche, la reine de France que d’Artagnan, Athos, Porthos et Aramis s’emploient à sauver du déshonneur, en dépit des machinations de Richelieu et Milady… Le premier Buckingham a été le favori des rois Jacques Ier et Charles Ier, mais ne pourra échapper à l’assassin envoyé par Milady, John Felton. Son fils, représenté ici, sera le favori d’un autre Stuart, Charles II, à sa droite sur le tableau et levant un verre à la santé du duc. La comédienne célèbre, Nell Gwyin, maîtresse du roi, figure aussi dans l’assemblée (levant les yeux vers le personnage de dos, debout sur une chaise).

Egg représente aussi la mort dans la déchéance de Buckingham, au fond de « la pire chambre de la pire auberge » selon Alexander Pope. La jarretière, récompense fameuse d’un ordre fameux (Honni soit qui mal y pense), pend encore à son genou. Le nom et le titre s’arrêteront avec lui, le duc n’ayant pas de descendant. Cette fin solitaire, après la disgrâce du courtisan, est annoncée dans le premier tableau, après tout la Cène est le dernier souper, juste avant l’arrestation et la crucifixion du Christ. La Lune qui disparaît derrière la fenêtre évoque aussi la menace.

Evelyn Waugh plaçait Augustus Egg, comme peintre, « parmi les plus grands », son nom est cependant quasiment inconnu aujourd’hui. Les deux tableaux sont au Yale Center for British Art.

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :