La guerre

Gettysburg

Bataille de Gettysburg, 3e Brigade du Mississippi sous le général Barksdale

Elle est très bien évoquée à Beauvoir, Mississippi, dans le manoir du seul et unique président d’un Etat éphémère, la Confédération sudiste, qui n’a connu que quelques années d’existence, entre 1861 et 1865, toujours en guerre, avant de disparaître avec la défaite. Jefferson Davis n’a en fait habité cette maison que bien après le conflit, à partir de 1876, il y a écrit ses mémoires. C’est maintenant un musée, rebâti après sa destruction partielle par l’ouragan Katrina, en 2005. On est à Biloxi, sur le Mississippi Sound.
Le général William Barksdale, qu’on voit ici sur le tableau, a été tué à la bataille de Gettysburg :

Barksdale was wounded in his left knee, followed by a cannonball to his left foot, and finally was hit by another bullet to his chest, knocking him off his horse. He told his aide, W.R. Boyd, « I am killed! Tell my wife and children that I died fighting at my post. » His troops were forced to leave him for dead on the field and he died the next morning in a Union hospital.

Brice’s crossroads, 10 juin 1864, général Nathan Bedford Forrest

Une victoire du Sud, la bataille de Brice’s Crossroads dans le Mississippi. Nathan Bedford Forrest était l’un des meilleurs tacticiens du conflit, « ancêtre » du héros du film Forrest Gump.

Nino Ferrer aussi a très bien évoqué le Sud, et la guerre qui vient :

C’est un endroit qui ressemble à la Louisiane
A l’Italie
Il y a du linge étendu sur la terrasse
Et c’est joli

On dirait le Sud
Le temps dure longtemps
Et la vie sûrement
Plus d’un million d´années
Et toujours en été.

Il y a plein d’enfants qui se roulent sur la pelouse
Il y a plein de chiens
Il y a même un chat, une tortue, des poissons rouges
Il ne manque rien

On dirait le Sud
Le temps dure longtemps
Et la vie sûrement
Plus d’un million d´années
Et toujours en été.

Un jour ou l’autre il faudra qu’il y ait la guerre
On le sait bien
On n’aime pas ça, mais on ne sait pas quoi faire
On dit c’est le destin

Tant pis pour le Sud
C’était pourtant bien
On aurait pu vivre
Plus d’un million d´années
Et toujours en été.

Between the big trees
The flowers and the green grass
The house is there
It’s white and brown
And covered
With green vine
Which looks like hair.

We call it the south
Cause time is so long there
That life sure will take us
More than a million years.
And we like to stay there.

So many children are playing in the garden
So many dogs
There is a cat and a turtle and an old well
But not a frog.

I know one day I’ll have to leave the sweet life
Back to the dark
Don’t really care but they won’t ask my opinion
As a matter of fact.

I hope it’s the south
Cause time is so long there
That life sure will take us
More than a million years.
And we like to stay there.

Heart of the Southern Girl Un tableau à Beauvoir, « Heart of the Southern Girl ». Le drapeau est celui du général de Beauregard, adopté à la place du Stars and bars, parce que celui-ci était trop proche du Stars and Stripes, une confusion ayant entraîné des ‘friendly fires’ et des morts dans leurs propres rangs, de part et d’autre, à la bataille de Bull Run en 1861 Stars and Bars

 

Mais la guerre civile n’est pas la seule évoquée ici, la guerre de 1812 des Américains contre les Anglais, alors que loin de là la France était engagée dans les plus grands conflits de son histoire, est représentée également par quelques tableaux. Tout d’abord, la construction d’un navire de guerre dans l’Etat de New York, Sackets Harbor sur le lac Ontario, en janvier 1814, pour faire face à la pression anglaise venue du nord. Au cours d’un hiver terrible, les hommes mouraient en grand nombre, simplement de froid, 32 marines sur 180 étaient à l’hôpital…

Shipbuilding, Sackets Harbor, NY, 1814

 

Une expédition américaine en Floride, dans le but de contrôler cette province espagnole et empêcher que les Britanniques s’y installent pour mener la guerre vers le nord tombe dans une embuscade, dans des marais près de St Augustine, menée par des Indiens séminoles et des esclaves noirs en fuite.

Swamp Ambush, St Augustine, 1812

 

Le 8 janvier 1815, Andrew Jackson et ses troupes repoussent un assaut écossais près de la Nouvelle Orléans, c’est la fameuse bataille de New Orleans, gagnée par le futur président.

Repulse of the Highlanders, New Orleans, 1815

Bataille chantée par Johnny Cash :

We fired our guns and the British kept a’comin.
There wasn’t nigh as many as there was a while ago.
We fired once more and they began to runnin’ on
Down the Mississippi to the Gulf of Mexico

Beauvoir, Mississippi

A Beauvoir

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Une Réponse to “La guerre”

  1. JB Says:

    Un livre récent sur Jefferson Davis.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :