Retours à Pirates Cove

pirates_cove_alabamaLe ponton accueillant de Pirates Cove, Josephine, AL

Drôle d’idée pour un Européen d’aller faire de la voile en Alabama… Et pourtant, une fois qu’on y a goûté, il est difficile de ne pas y revenir, dans cette anse perdue sur le waterway, pas loin de la baie de Mobile (à l’ouest) et de la frontière avec la Floride à quelques milles (à l’est). C’est aussi un restaurant style contre-culture, où les chiens courent en liberté, où des orchestres viennent en fin de semaine, où des tas de plaisanciers et de locaux se retrouvent pour s’amuser. Il y a un trou à cyclone au fond de la crique, une petite marina derrière le restau (des permanents), et un ponton gratuit vers le waterway. Très calme, nuit tranquille sous les étoiles. Le menu n’est pas gastronomique, mais les hamburgers et cheeseburgers sont réputés*.

Les mouillages abondent dans ce coin, entre Perdido Key et Orange Beach, New River par exemple, où se trouve un restaurant populaire, le Flora-Bama, et de l’autre côté, près de l’inlet d’accès au golfe, le Cobalt, superbe endroit, très class, plats sophistiqués, l’opposé de Pirates Cove. Et passer la nuit à l’ancre est un bonheur, à Ingram Bayou, tout à côté, ou à Big Lagoon, vers la baie de Pensacola, dans le coin de Fort McRee, au milieu des plages sauvages et des dauphins en balade. Une carte pour s’y retrouver.

Octobre 2014, depuis la Louisiane ; novembre 2014, avec Karen et Lori ; février 2015, avec Michel H. ; mars 2015 avec Elizabeth et Guy G., avril avec Jeanne et Guy, mai avec Tommie :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

* C’est même là que Jimmy Buffett, qui est de Pascagoula, pas loin d’ici, aurait composé sa chanson, et à propos de Pirates Cove, Cheeseburger in paradise, succès énorme aux US :

Tried to amend my carnivorous habits
Made it nearly seventy days
Losin’ weight without speed, eatin’ sunflower seeds
Drinkin’ lots of carrot juice and soakin’ up rays
But at night I’d have these wonderful dreams
Some kind of sensuous treat
Not zucchini, fettuccine or Bulgar wheat
But a big warm bun and a huge hunk of meat

etc.

On peut lui préférer He went to Paris

He went to Paris looking for answers
To questions that bothered him so
He was impressive, young and aggressive
Saving the world on his own.
But the warm Summer breezes
The French wines and cheeses
Put his ambition at bay
And Summers and Winters
Scattered like splinters
And four or five years slipped away.

Suite

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :