Lisbonne, et quelques écrivains

Le Tage, depuis le centre de la ville, Praça do Comércio

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Écrivains et poètes :
António Ribeiro Chiado 

Luís de Camões 

Eça de Queiroz 

Lire par exemple A Cidade e as Serras (1901), roman amusant sur l’opposition entre la ville et la campagne (les montagnes ici), entre les techniques asservissantes et la vie naturelle. En Folio sous le titre : 202, Champs-Elysées (le titre original est bien meilleur, ils auraient bien dû le conserver : La Ville et les Montagnes), un extrait :

Une fin de journée, à la tombée de la nuit, assis dans le verger sur le rebord du bassin, pendant que Manuel Hortelão cueillait des oranges au sommet d’une échelle appuyée à un oranger très haut, Jacinto observa, plus pour lui que pour moi :
– C’est curieux, je n’ai jamais planté un arbre !
– Pourtant c’est un des trois grands actes sans lequel, selon je ne sais plus quel philosophe, on n’est jamais véritablement un homme… Faire un enfant, planter un arbre, écrire un livre. Il faut que tu te dépêches, si tu veux être un homme.
[…]
Dans le silence du crépuscule, qui descendait, il murmura encore :
– Dis, Zé Fernandes, quels sont les arbres qui poussent le plus vite ?
– Eh bien, mon Jacinto, l’arbre qui pousse le plus vite, c’est l’eucalyptus, en six ans Tormès peut être couvert d’eucalyptus…
– Tout est si lent, Zé Fernandes…
Car son rêve, que je saisissais, aurait été de planter des noyaux qui seraient devenus des troncs épais, auraient déployé de vertes floraisons, avant qu’il ne retourne au 202, au début de l’hiver…..
– Un chêne ! Il faut trente ans pour qu’il soit beau ! De quoi se décourager ! C’est bon pour Dieu, qui peut attendre… Patiens quia aeternus. Dans trente ans ! Dans trente ans, je n’aurai besoin d’arbres que pour faire de l’ombre à ma sépulture !
– Eh bien, ce sera toujours ça de gagné ! Et puis, pour tes enfants, Jacinto…
– Mes enfants ? Je les prends où ?
– C’est comme pour les châtaigniers, il suffit de semer… Ca ne manque pas par ici de terrains agréables… En neuf mois, tu as ta plante. Et plus elles sont tendres, plus elles sont fragiles, plus ces plantes ont de charme.
Il murmura, croisant les mains autour de ses genoux :
– Tout prend tellement de temps !

Un autre extrait : Ambula et lege.

Fernando Pessoa 

Livraria Bertrand, la librairie la plus ancienne au monde toujours en activité 

Azulejos de l’église Saint-Roch (Igreja São Roque) dans le quartier haut (Bairro Alto) :

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :