Les Corte-Real, avant Colomb

Dessin portugais de 1501 représentant Terre Neuve, fourni par un chercheur du XIXe siècle, Henry Harrisse. Quand on voit le découpage des côtes, ça correspond assez bien à la réalité.
Source : Newfoundland and Labrador Heritage.

Le Portugal a joué un rôle assez semblable à celui des Phéniciens dans l’Antiquité.

Oliveira Martins, Histoire du Portugal, 1879

On voit toujours le XVe siècle portugais comme une entreprise d’exploration maritime vers le sud, cherchant à contourner l’Afrique pour aller vers les épices, les Indes et les Moluques, afin d’échapper au monopole vénitien et au verrou turc sur le commerce avec l’Orient, abordant par hasard une terre américaine, celle qui pointe le plus à l’Est de l’Amérique, le futur Brésil, mais on ignore que les Portugais ont aussi tenté, surtout après la réussite fracassante de Christophe Colomb en 1492, faisant croire un temps à toute l’Europe que la route la plus rapide vers les Indes était celle de l’ouest, celle consistant à traverser l’océan pour y aller directement – Colomb le premier, même après ses quatre traversées, était persuadé qu’il avait abordé les premières îles de l’Asie, proches du Japon et de la Chine – les Portugais ont aussi tenté, donc, cette route vers l’ouest, et notamment vers le nord-ouest. On sait depuis longtemps que la Terre est ronde, ainsi Magellan part pour un tour du monde en 1519, même si on croit encore que le Soleil tourne autour de la Terre – on est avant Copernic (1530) et Galilée (1633) – et donc la voie vers l’ouest doit être tentée, c’est ce que fera l’amiral génois, après avoir convaincu la cour espagnole, et s’être fait débouter par la couronne portugaise.

Mais il semble que les Portugais avaient exploré le nord de l’Atlantique avant Colomb et découvert le Groenland, le Labrador et Terre Neuve, les terres les plus à l’Est de l’Amérique, les plus proches de l’Europe. C’est ce qui apparaît sur cette carte exposée à bord de la Pinta à Baiona, date indéterminée :

Le planisphère Cantino est plus connu, il date de 1502 :

Dans les Corte-Real, il y a d’abord le père, João Vaz Corte-Real (1420-1496), qui aurait exploré en 1472, vingt ans avant Colomb, les côtes nord-américaines, de Terre Neuve à l’Hudson. Deux de ses trois fils se sont lancés sur ses traces et ont disparu dans le Nouveau Monde ou en mer lors de tempêtes. Il s’agit de Gaspar (1450-1501), parti en 1501, et de Miguel (1448-15..) envoyé à sa recherche en 1502. Le troisième frère, Vasco Anes, n’obtient pas l’autorisation du roi Manuel Ier pour lancer une autre expédition. La pierre de Dighton, trouvée en Nouvelle Angleterre, porterait une inscription laissée par Miguel en 1511, en latin :

Moi, Miguel Corte-Real, en 1511, devint en cet endroit, par la grâce de Dieu, un chef des Indiens.

Quoique cela soit sujet à controverse, certains voient une origine Viking à la pierre, d’autres même phénicienne ou encore chinoise, ou plus modestement, et tout simplement, indienne…

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , ,

Une Réponse to “Les Corte-Real, avant Colomb”

  1. JB Says:

    Sur les Chinois en Amérique :
    https://jbrasseul.wordpress.com/2013/12/22/les-chinois-avant-colomb-et-magellan/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :