Pasaia

Pasaia, dessin de Victor Hugo, 1843

A deux pas de la France, entre San Sebastian et Hendaye, la ria de Pasaia, encaissée entre les montagnes, est un endroit de rêve qui a conservé son charme depuis Victor Hugo – il a séjourné ici en 1843 – malgré l’extension du port moderne sur la rive gauche. Une marina accueillante se trouve en face, à Pasajes de San Juan, ou Pasai Donibane, on se met en bout de ponton, à couple si la place est déjà prise.

Le fleuve Oiartzun se fraye un passage entre les massifs Jaizkibel et Ulia, émergés il y a 40 millions d’années, pour former la ria, ou aber.  L’entrée de la passe :

C’est de Pasajes que La Fayette s’est embarqué pour l’Amérique, afin de combattre auprès des insurgés, il part sur la Victoire en avril 1777, débarque en juin près de Georgetown (Caroline du Sud) et rencontre Washington le 1er août. Il a 19 ans… Partir d’Espagne était le moyen d’échapper aux opposants à son projet ainsi qu’aux autorités françaises.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dans la maison/musée de Victor Hugo à Pasajes, 1843 :

Étiquettes : , , , , , , , ,

3 Réponses to “Pasaia”

  1. Michel Says:

    Comme Victor Hugo nous y fûmes.

  2. JB Says:

  3. Jaizkibel | Le journal de Joli Rêve Says:

    […] son tout début après la frontière. Une fois gravi le Jaizkibel, on peut continuer jusqu’à Pasaia. […]

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :