Brunehaut

C’est une époque mal connue, le VIe siècle, un siècle après la chute de l’Empire romain (476), quand les tribus germaniques se disputent le continent. Il s’agit de la tribu des Francs, qui donnera son nom au pays, la France, effaçant ainsi le passé celtique et romain. Brunehaut (547-613) est reine d’Austrasie (nord-est de la France actuelle et Allemagne de l’Ouest) pendant 33 ans, et meurt exécutée sous les ordres de Clotaire II – le fils de sa rivale Frédégonde et le père du célèbre Dagobert -, après avoir été suppliciée pendant trois jours, et finalement tirée au sol par un cheval furieux. A 66 ans, âge canonique pour l’époque.

Le village de Bruniquel, dans le Tarn-et-Garonne, à 80 km au nord de Toulouse, a été fondé par la reine, et son château, transformé au cours des siècles, est toujours là. Le nom de Bruniquel vient de Brunehilde, celui original de Brunehaut, qui en est la version francisée. Elle aurait fini ses jours ici, d’après l’office de tourisme local, quoique les historiens situent sa fin ailleurs, à Renève, en Bourgogne.

Charmant village, magnifique site du château, il donne un exemple des richesses inouïes de la France en matière historique et architecturale, difficiles à dénombrer et souvent inconnues du profane. A proximité, une grotte préhistorique n’a pas fini de livrer ses secrets… Elle abrite la plus ancienne construction humaine au monde, il y a plus de 170 000 ans, bien avant qu’Homo sapiens n’arrive en Europe. Il s’agit donc d’un habitat de l’homme de Neandertal. Une autre grotte près de Bruniquel, celle de Mayrière, est beaucoup plus récente, vers – 20 000, le Paléolithique supérieur, et contient des peintures rupestres, de Sapiens cette fois-ci :

Une histoire récente de Brunehaut, 2008, par Bruno Dumézil, à ne pas confondre avec Georges Dumézil (1898-1986), immense figure de la culture des peuples indo-européens, historien, linguiste et anthropologue, auteur d’une oeuvre monumentale.

Sur ces temps troublés, où les guerres entre fratries, les meurtres et les atrocités en tout genre vont bon train, un historien américain, Paul Murray Kendall, spécialiste du Moyen Âge, notamment de Louis XI (The universal spider, l’Universelle araigne), a écrit une sorte d’histoire romancée, ou de roman historique, Mon frère Chilpéric, chronique des rois aux cheveux longs, 550-597, en 1979.

L’Aveyron se jette dans le Tarn, qui se jette dans la Garonne, qui se jette dans la Gironde, qui se jette dans la mer…

Nos ancêtres, au petit musée du château. Les hominidés (en haut) : Toumaï, -7 millions d’années ; Lucy, australopithèque, -3,2 ; Homo habilis, -2,4 (outils) ; Homo erectus, -1,8. Les Sapiens (en bas) : Homo rhodesiensis, -200 000 ; Homo sapiens, -195 000 ; homme de Cromagnon, -35 000.

La grande reine, en style BD, ou coloriage pour enfants, et son histoire résumée :

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :