Marées et courants


La bouée de la Jument, dans le golfe du Morbihan

En quittant Vannes, il faut à nouveau parcourir le golfe pour arriver en pleine mer. Ce jour-là, un 30 juin, encore une marée moyenne (coeff. 69), pratiquement pas de courant si on joue sur les horaires. C’est assez déroutant, quand la marée est haute à Port Navalo (entrée du golfe), mettons un jour à 9h, elle ne sera haute que deux heures plus tard à Vannes, donc 11h, car il faut le temps pour que l’eau envahisse cet immense espace (400 millions de m3 entrent et sortent !).

Donc, en jouant sur les horaires, en partant par exemple à 9h de Vannes, on sait qu’on aura le courant contre pendant un moment (puisque la mer monte encore vers Vannes), mais qu’il sera atténué, car le courant est le plus fort à mi-marée et diminue lorsqu’on s’approche de l’étale.
Et comme il faut deux heures pour sortir du golfe, on arrivera vers 11h à la sortie, et donc deux heures après la marée haute, soit un courant poussant vers la mer. Autrement dit on trouve la renverse à mi-parcours, une heure contre un courant montant faible, une heure avec un courant descendant encore faible également. Ce qui explique la position de la bouée de la Jument, qui ne semble pas affectée par le moindre courant. Du gâteau !

Le Fier à Ars donne une bonne expérience des courants forts de marée, expérimentés pendant des années sur des dériveurs, notamment un Mirror, un vrai plaisir de jouer avec courants et contre-courants, mais sans aucun risque vu la légèreté du bateau et l’absence de quille. En fait, le Fier d’Ars est un mini golfe du Morbihan, celui-ci étant un immense Fier. On se prend à envier les résidents du coin, les voileux du Morbihan, qui connaissent les moindres recoins et fantaisies du golfe, et peuvent s’amuser à y naviguer à la belle saison. Par une très forte marée, du haut de la butte de Port-Navalo, j’avais assisté en touriste – à mi-marée descendante – au ballet des bateaux sortants, et vu l’un d’eux entraîné sans pouvoir rien faire sur des rochers et être jeté dessus, avec le vacarme déchirant d’une coque éventrée. De quoi être prudent…


La Jument, par fort courant

Itinéraire

Étiquettes : , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :