Archive for the ‘Grèce’ Category

Trois ans avec Joli Rêve

29 septembre 2012

Petit bilan de trois ans et quelques mois, soit quatre saisons, avec Joli Rêve, 2009, 2010, 2011 et 2012 :

(more…)

La calanque du Lacydon

30 juin 2012

Voilà ce que les Grecs arrivés là il y a 2600 ans ont trouvé comme abri, comme port naturel, la calanque du Lacydon (le nom est donné par les arrivants : Λακυδω), qui des millénaires après, au rythme des travaux successifs des hommes, est devenue le Vieux Port de Marseille, le coeur d’une ville, un rectangle presque parfait, un immense port de plaisance de près d’un km de long sur 300 m de large. Tout ça a été nivelé, aplani, cimenté, envahi par les immeubles, les maisons, les rues, et depuis un siècle les voitures.  (more…)

La grande mer

13 janvier 2012

L’histoire de la Méditerranée, par David Abulafia, The Great Sea: A Human History of The Mediterranean, Allen Lane, 2011, sur Amazon

(more…)

Un communisme qui fonctionne

31 juillet 2011

à Lipari. Autrefois, il y a fort longtemps… C’est ce que nous explique Rod Heikell :

(more…)

Une semaine en octobre

25 octobre 2010

Huit jours en famille vers Kekova et retour, grand beau temps, sauf 48h de pluie et coup de vent, passés tranquilles au port de Kas sur le quai de militaires accueillants, avec Eole qui hurle sur la ville. Itinéraire avec Michel, Nicaise (jusqu’à Kas), et Pierre, Virginie, Claire (de Göcek à Kekova et retour à Fethiye) 

(more…)

Retour à Fethiye

19 octobre 2010

 

(more…)

Léros

15 octobre 2010

Avec Léros, on passe à l’histoire contemporaine : les Italiens avaient reçu les îles du Dodécanèse en 1919, après la victoire sur l’Empire ottoman, et ils les occupèrent pendant tout l’entre-deux-guerres, c’est-à-dire la période fasciste. La magnifique baie de Léros à Lakki – le plus vaste port en eau profonde de la Méditerranée – servit de base à leur flotte, et la ville de capitale de ce mini empire insulaire et oriental. La mode à l’époque était à l’architecture néoclassique et art déco (ou rationaliste) et Léros a conservé ces bâtiments, en cours de rénovation aujourd’hui. Ce qui fait que l’île a un caractère unique parmi les îles grecques, rappelant le quartier art déco à Miami, mais en tout petit. Les Grecs, pour échapper à la domination italienne, se sont réfugiés dans la ville haute, qui elle garde son caractère local.

(more…)

Patmos

15 octobre 2010

Le monastère se voit de loin quand on arrive à Patmos, au sommet des montagnes de l’île  C’est une forteresse imprenable du XIe siècle  Comme quoi les questions militaires autrefois (comme aujourd’hui d’ailleurs), ne se distinguaient guère des questions religieuses. La menace pour les Byzantins à l’époque était celle des Turcs seldjoukides, bien avant les Ottomans. Le lieu est vénéré par les orthodoxes mais aussi par les catholiques. Les paquebots de touristes et pèlerins remplissent l’avant-port, on passe au ras de leur proue ou poupe pour rentrer   Quelque mille ans plus tôt, St Jean (« l’Aigle de Patmos ») s’est réfugié ici, dans une grotte (on visite, mais pas de photo, et la ferveur religieuse s’expose), pour écrire le livre de l’Apocalypse. Grâce à sa virginité, il avait pu subir auparavant le supplice de l’huile bouillante, à Rome, sans en garder aucune trace. Comme quoi… Et pour ceux qui auraient oublié leur catéchisme, ou n’y seraient jamais allés, voir ici pour l’Apocalypse. C’est un peu compliqué. Et pour les 4 cavaliers. A part ça, la chora (la ville perchée) est magnifique.

(more…)

Arki

13 octobre 2010

Encore plus petit qu’Agathonisi, l’archipel d’Arki. Ici sur un îlot réputé pour ses eaux claires, Marathi. Il n’y a que deux restaurants, et des voiliers de passage.

(more…)

Agathonisi

13 octobre 2010

Toute petite île, pas du tout touristique, une chora construite à l’abri, derrière un flanc de montagne, invisible de la mer à cause des pirates. Pas très bien entretenue, on est loin de la blancheur et de la propreté de Folegandros ou Serifos, mais un petit port charmant, avec quelques restaurants et pensions sur la plage, et des eaux cristallines. On y passerait bien quelques jours, comme ce couple de Français rencontrés, collectionneurs des îles grecques, qui y sont depuis deux semaines, mais le temps presse, d’autres îles, des départs, des avions… Des policiers lettons travaillent ici pour l’UE, à surveiller les entrées d’immigrants illégaux, l’Asie est aux portes. On voit leur canot rapide sur une photo. Ils tuent le temps en discutant en anglais de leurs pays comparés avec les propriétaires des restaus du port, le temps semble arrêté, on a l’impression d’être dans un film italien vantant les mérites de la simplicité de la vie sur une île méditerranéenne, la sagesse cachée des habitants, etc.

(more…)

Pythagoreion

12 octobre 2010

Pythagore est né ici, à Samos, dans le port qui porte maintenant son nom, et où figure sa statue . Mais Samos a vu naître aussi Ésope, inspirateur de notre La Fontaine.

(more…)

A sleigh-ride down through the islands

12 octobre 2010

Quand les vents du nord se lèvent ici, ça peut durer des semaines, jour et nuit, à force 5 à 7. Il vaut mieux partir d’en haut dans ce cas, ils vous offrent, comme le dit joliment Rod Heikell, « une balade en traîneau à travers les îles »*. C’est ce qui nous est arrivé depuis Kusadasi, neuf jours de descente à 20-30 noeuds de vent sans interruption, parfois des pointes à 33-35 noeuds dans les rafales. Le bateau n’avait jamais été autant à la fête. Comme le dit la notice de Siltala Yachts (le constructeur), les Nauticats ne se révèlent que par bon vent. Ici, sur une eau lisse, comme dans le chenal entre Samos et la côte turque, on a atteint 7,7 noeuds. Un peu saoulant à la longue, surtout en mer ouverte, avec des vagues courtes et hachées, et la nuit, où le bateau était secoué de violentes rafales, mais c’est quand même très efficace, pas de moteur pratiquement, sauf dans les manoeuvres au départ et à l’arrivée. Et ça fait du bien quand ça s’arrête, le lendemain même de notre arrivée à Fethiye, grand calme, grand beau temps, et la température remonte de cinq degrés.

(more…)

Louis de Bernières

17 septembre 2010

Le roman de Louis de Bernières sur Kayakoy, Birds without wings, paru en 2004, prend les premières décennies du XXe siècle et la Turquie pour cadre. La Première Guerre mondiale et la bataille des Dardanelles, la montée de Mustapha Kemal et la chute de l’empire Ottoman, la guerre gréco-turque de 1919-22, l’incendie de Smyrne, l’échange de population qui suivit la victoire turque, etc. L’action se déroule à la fois sur le plan intime du village et des ses habitants chrétiens et musulmans, turcs, arméniens et grecs, et sur le plan historique général de la période. Le livre a un véritable souffle, comme les grands romans historiques, il vous emporte dans le flot des événements mondiaux sans jamais quitter le détail de la vie quotidienne de gens simples. Il répond à l’exigence principale d’un roman : se lire avec intérêt, n’être jamais ennuyeux. Les quelques pages ou chapitres qu’on peut lire chaque jour ou chaque soir sont comme un rendez-vous agréable avec des personnages qu’on apprend à apprécier, qu’on est content de retrouver.

(more…)

Blue Cave

22 juin 2010

On a raté celle de Bisevo en Croatie, mais pas celle-là, à Kastelorizo.

(more…)

Kastelorizo

22 juin 2010

Un petit tour en Grèce, depuis Kas, mais Joli Rêve reste sagement au port, histoire d’éviter les problèmes de transitlog. Le bateau quotidien nous emmène à Meis (le nom de Kastelorizo pour les Turcs), c’est la toute dernière des îles grecques, la plus à l’est, la plus proche des côtes turques, isolée dans son coin. On dirait un Symi en plus petit, avec des maisons faisant penser à un décor d’opérette, et à l’autre bout de l’île la grotte Pastara, l’inévitable Blue Cave de Méditerranée, qui ferait pâlir paraît-il, selon les locaux, la fameuse Grotta azzura à Capri. La différence est qu’en Italie, les barques font la queue pour rentrer dans la grotte, et elles s’y succèdent comme un manège rapide, ici on est seuls. L’entrée est folklo, juste la place du bateau, il faut se coucher au fond pour pénétrer (voir article suivant).

En partant de Kas, une tortue Caretta. On a plus de chances d’en voir là qu’à la plage de Patara, il faut dire que le port doit abonder en déchets alimentaires, mais gare aux hélices !

(more…)