Archive for the ‘Histoires de mer’ Category

Une mort lente

7 novembre 2016

porte_conteneurs

Les quinze derniers jours, en janvier 2014, la fatigue d’Alvarenga et sa sous-alimentation sont telles qu’il est au bord de l’agonie, et sans l’arrivée proche aux Marshall – qu’il aurait pu tout aussi bien rater – avec devant lui les Philippines à 4000 milles, ou l’Indonésie à 3000, il serait mort rapidement :

(more…)

The moon his calendar

2 novembre 2016

pacifique

Lu enfin le bouquin, merci Claire et Laurent ! L’histoire de Salvador Alvarenga, pris dans une tempête qui désempare son embarcation de pêche devant les côtes du Mexique, et qui va survivre un an et trois mois à la dérive, en traversant le Pacifique.

On the one year anniversary of his journey adrift, the moon was full and José Salvador Alvarenga became the first person in history known to have survived an entire year in a small boat lost at sea.

(more…)

Difficile de remercier quelqu’un qui vous a sauvé la vie

30 octobre 2016

orques

Jérôme Poncet est entré dans la légende de la voile, aux côtés des Moitessier et Tabarly, quand avec son Damien il fait le tour du monde entre 1969 et 1973, via le Spitzberg, le Groenland, l’Amazone, l’Antarctique et le Pacifique, avec son ami Gérard Janichon. Poncet passait ses vacances à l’île de Ré, lieu de ses premiers bords. Enfants, nous avons joué ensemble sur les plages de Trousse Chemise. Les deux familles campaient sur un terrain des Sadoc, au milieu des pins, au dessus du Fier. Un incident avait marqué cette époque, une famille était patriote/conservatrice, l’autre sympathisante communiste, c’était en juillet 1954, Pierre Mendès-France était à la tête du gouvernement et venait de négocier les accords de Genève qui entérinaient la perte de l’Indochine pour la France, et la fin de la guerre, après la défaite de Diện Biên Phủ en mai. Consternation dans la famille de droite, joie dans la famille de gauche. Ambiance glaciale lors de l’apéritif du soir, au dessus de la plage.

(more…)

De La Barbade aux Grenadines, en annexe

18 octobre 2016

Peter Tangvald convoyait seul son cotre bermudien de 32 pieds, Dorothea, de Guyane française en Floride, en mars 1967, avec une escale prévue à Charlotte Amalie dans les îles Vierges américaines. Construisant un nouveau bateau, il voulait vendre celui-là, et les possibilités étaient évidemment plus grandes à Fort Lauderdale qu’à Cayenne. Mais les événements en décidèrent autrement, sa traversée s’arrêta à 40 milles au sud de la Barbade. Il raconte lui-même l’histoire.

(more…)

Dans l’œil du cyclone

16 octobre 2016

isabel

L’histoire s’est passée en 1980, un ketch bermudien de 48 pieds (14-15m), Island Princess, a été perdu en mer entre Cuba et la Jamaïque en août, pris dans le cyclone Allen, un des plus violents jamais vus (cat. 5), avec des vents dépassant 150 nœuds (300 km/h). Les quatre hommes de l’équipage s’en sont sortis, grâce au radeau de sauvetage et à un cargo norvégien. Bob Payne, du magazine Sail, a recueilli leur témoignage et reconstitué les événements. A un moment, le radeau s’est retrouvé dans l’œil du cyclone, sans vent, au calme, dans le silence, avant d’être repris par les éléments déchaînés.

(more…)

Le bateau ouvert

13 décembre 2013

The Open Boat est une nouvelle de Stephen Crane, qui rappelle un peu le Récit d’un naufragé de Garcia Marquez, tiré aussi d’un fait réel. Ici il s’agit du naufrage arrivé à l’auteur lui-même en 1897, au large du Ponce de Leon inlet,  et l’odyssée des quatre rescapés pour atteindre la côte dans une barque de 3 m.  Le phare leur a permis de se guider. L’un d’eux s’est noyé à l’arrivée dans les déferlantes.
Stephen Crane est surtout connu pour un autre livre, The Red Badge of Courage, sur la guerre de Sécession, qu’il n’a pourtant pas vécue, il est né en 1871, et meurt très jeune (à 28 ans) de la tuberculose, trois ans après cette aventure.

Au Seuil 

(more…)

Barbe Noire

20 novembre 2013

Les Outer Banks en Caroline du Nord sont un système de cordons littoraux qui séparent l’Atlantique de vastes baies intérieures, les sounds. Ils sont connus pour le premier vol des frères Wright en 1903, les exploits et la fin du pirate Blackbeard, alias Edward Teach, et le cap Hatteras, fameux pour ses tempêtes et ses naufrages. Des plages à plus finir, des graus* délicats et des plans d’eau superbes, mais peu profonds.

(more…)

Cuirassés, destroyers, croiseurs, corvettes, frégates…

16 novembre 2013

On s’y perd dans tous ces types de navires de guerre. Avant, pour y voir clair, on prenait une encyclopédie ou un dictionnaire, et sur la page avec de jolis dessins, on essayait de comprendre les différences. Aujourd’hui, on va sur Internet, et en quelques secondes Wikipédia ou un autre site vous donnent les réponses.

(more…)

Histoires de phares

26 août 2013

isles_of_shoals_nh (16)

A tout seigneur, tout honneur. Augustin Fresnel, un enfant de la République, né quatre ans avant elle, en 1788, mort hélas trop jeune, à 39 ans, en 1827, de la tuberculose. Entretemps ses travaux auront été à l’origine de toutes les lentilles de phares à travers le monde, les fameuses lentilles Fresnel, et bien sûr jusqu’ici, en Nouvelle Angleterre. Elles sont toujours en service. Il est le cousin du grand Prosper Mérimée, l’auteur de Colomba et du magnifique roman sur les guerres de religion, Chroniques du règne de Charles IX (le titre est beau, mais trompeur, c’est un roman d’action, pas des ‘chroniques’). Quand il y a un génie dans une famille, pas difficile de chercher bien loin pour en trouver un autre, il y a des dynasties, comme ça…

(more…)

Émigrer au Brésil, en 1827

19 juillet 2013

olbers

n’était pas une mince affaire. En témoigne le cas des fondateurs allemands du village de Dois Irmãos, dans la Serra Gaúcha, à une cinquantaine de km au nord de Porto Alegre. Grâce à la nappe en papier d’un café du coin, évoquant l’histoire, et l’aide d’internet, on peut retracer cette odyssée Veleiro Cacilia. L’Allemagne à l’époque n’était pas le pays riche qu’on connaît, mais un ensemble d’Etats indépendants, une trentaine, tous ruraux, pauvres et arriérés, marqués par l’absolutisme et les survivances du Moyen Âge. L’unité allemande, avec le IIème Reich de Bismarck, ‘par le fer et par le sang’ selon les mots mêmes du grand homme, est encore dans le futur. L’industrialisation aussi, qui ne commence que vingt ans plus tard, avec la découverte du charbon de la Ruhr, en 1849. Dans ce contexte, partir pouvait sembler à beaucoup comme la meilleure solution, même vers l’inconnu complet, dans un pays encore vierge, où tout était à construire. C’est le Rio Grande do Sul, et la montagne proche, aux paysages européens, qu’on a dû vanter à ces émigrés de Rhénanie. Mais quelle aventure pour y arriver :

(more…)

La petite voix

13 mars 2013

Azores

A boat is always there – you never stop worrying about her whether you are aboard or ashore – she is always a presence in the mind and you’re conscious of her at all times. She may be laid up in some safe berth for the winter or hauled out of the water in a yard, but wherever you may be – at home in your virtuous bed or roistering in some gay spot, a chorus girl on each knee and the air thick with flying Champagne corks – a part of your consciousness is always reserved. When the wind moans round the eaves of the house it has a special significance, and you check off in your mind, one by one, the possible sources of danger. Men lie awake worrying about their bank balances, their waistlines, their wives, their mistresses actual or potential; but sailors worry about boats.

(more…)

Sea Bird

6 mars 2013

Une autre traversée, sans problème celle-là, est celle de Sea Bird, yawl de 26 pieds, en 32 jours, en 1911. De Providence (Rhode Island) à Gibraltar, en passant par les Açores.

A l’époque la voile était l’affaire des seuls gens riches, très riches, surtout en Nouvelle Angleterre, lieu de résidence par excellence des patriciens et des grandes fortunes aux Etats-Unis. En achetant et en retapant un bateau de pêche tout à fait commun, considéré comme très laid et peu marin par les yachtmen snobs de la côte Est, Thomas Fleming Day a voulu montrer les capacités de ce genre d’embarcation. Une durée de traversée record pour l’époque, un parcours sans faute, l’histoire est relatée ici  (revue Sail, Feb. 2008) :

(more…)

Naufrage au large de Terre Neuve

10 février 2013

Once I could see a coast in marvelous details, a high headland backed by snow mountains, with a glacier coming down to the sea, all complete with ice foot and pack. I stared amazed, to watch the whole coast dissolve away.
I remember the thrill of my first sight of the Alps, but that was nothing compared to the sight of Greenland – the mass peaks rising to 7000 feet, and the great ice-field. But then I hold the climbing of mountains to be nearly as good as the sailing of boats; nowhere else in these days can you meet the elemental forces in a decent straight way.

Meredith Jackson, équipière de Joan, 1927

(more…)

Thelma pète un câble

7 février 2013

La hantise de tous les marins, laisser le bateau à l’ancre, et le retrouver sur les cailloux… C’est l’histoire de Thelma, à l’île Coco, dans le Pacifique, l’île de Jurassic Park*, entre le canal de Panama et les Galapagos. Le skipper est toujours Bob Roberts, le même dont la barge a coulé en 1941. Six ans plus tôt, en 1935, il était sur son cotre à voile aurique (gaff-rigged cutter) de 27 pieds seulement, en train de faire un tour du monde avec un ami, Bully. Il raconte l’histoire dans son livre, Rough and Tumble, reprise par Jack Coote et Paul Gelder dans Total Loss, sous le titre Thelma parts her cable.

Bob Roberts était aussi un auteur et musicien connu, chanteur et compositeur de folk songs consacrés à la mer.

(more…)

Naufrage à Nevis

7 février 2013


We urge you to remember that your priority should be the preservation of life rather than property.
Les coastguards de Nevis

Hugh et Sue Cownie avaient quitté le Solent en 1986 sur leur bateau, un Vancouver* 32 (Keelson II), pour les Caraïbes, où ils sont restés une quinzaine d’années. Leur aventure s’est terminée sur un récif à St Kitts et Nevis en 1999. Partis de Trinidad, tout en bas de l’arc des Antilles, il allaient à Tortola, aux Îles Vierges britanniques, en passant par la Martinique et la Guadeloupe.
On pourrait aussi appeler l’histoire Autant pour la solidarité entre plaisanciers, tant perce l’amertume du skipper à cet égard.

(more…)