Archive for the ‘Îles’ Category

Le voyage en Amérique

16 août 2017

Juillet 2013

de Thula Thula, 2011-2017, près de six ans passés dans le Nouveau Monde, de décembre 2011 à avril 2017, dont cinq aux US, sur la côte Est et dans le golfe du Mexique, entre la Nouvelle Orléans, le plus à l’Ouest, et Mount Desert Island, dans le Maine, le plus à l’Est (et au Nord…). Avec des allers-retours en Europe en avion bien sûr. Un petit essai de bilan de cette expérience de voile et de plaisance en Amérique.

(more…)

Une semaine en mer

12 juillet 2017

pour rejoindre le Portugal depuis les Açores.

Partis un lundi matin, nous arrivons le dimanche soir, du 19 juin au 25 juin, avec un beau temps tout du long et trois jours sans vent, au moteur donc. Beau temps, c’est-à-dire des nuits étoilées magnifiques (pas de Lune cette semaine-là) et des levers et couchers de Soleil sans pareil. C’est en plein dans le solstice d’été, le 21 juin, le soleil est à son extrême septentrional, juste au-dessus du tropique du Cancer, et les jours sont les plus longs de l’année dans l’hémisphère nord.

(more…)

Sete Cidades

12 juillet 2017

Sete Cidades, et ses lacs, le lac bleu et le lac vert, comme deux amants séparés, c’est le clou de la visite de São Miguel, un point de vue extraordinaire qui attire les touristes du monde entier. Et on n’est pas déçu, le spectacle est grandiose, du haut de l’immense cratère (pas bien compris la différence entre cratère et caldeira, il faudrait qu’on m’explique, mais ça prendrait…). Ah si, finalement, je crois que j’ai compris : un cratère n’est pas toujours d’origine volcanique, contrairement à la caldeira, par exemple une bombe ou un météore qui frappe le sol peut former un cratère. Et un cratère peut être beaucoup plus petit aussi, quoiqu’il y en a de plusieurs km de diamètre, mais à ce moment-là, on voit mal la différence avec une caldeira…

(more…)

Chá

12 juillet 2017

Les seules plantations de thé d’Europe se trouvent aux Açores, dont celle-là, Gorreana, au nord de l’île de São Miguel. La plantation fournit une halte bienvenue, dans un cadre de fraîcheur et de goût sans pareil…

(more…)

Furnas

12 juillet 2017

Lac et caldeira de Furnas

Le 18 juin, on visite l’île de São Miguel, première étape, Furnas, célèbre pour sa caldeira, le volcan qui affleure avec les fumerolles, et les restaurants de la ville qui y font cuire leurs repas, les cozidos.

(more…)

São Miguel

12 juillet 2017

Sur la côte nord-ouest

Enfin partis de Horta, le 16 juin, après une dizaine de jours, 140 milles pour atteindre São Miguel, soit un peu plus de 24h. L’île est la plus grande et la plus orientale des Açores, une escale bienvenue sur la route de Lisbonne. « Of outstanding beauty », d’après le guide Atlantic Islands, et c’est tout à fait exact : des montagnes, des lacs, des volcans, des fournaises, des forêts, une côte escarpée, des fleurs partout, c’est une merveille.

Au départ, entre Faial et Pico

(more…)

Une journée à São Jorge

10 juillet 2017

Il y a neuf îles dans l’archipel des Açores, on a pu en voir quatre, Faial, Pico, São Jorge et São Miguel, les trois premières sont dans le groupe du centre, la dernière est bien placée sur le chemin du Portugal. Les retards à Faial, pour le règlement de la TVA sur le bateau, nous ont permis une excursion à São Jorge, une des moins visitées, un jour de congés local, le 15 juin. Avec Bob, un vieux marin anglais basé à Horta. Le ferry y mène en deux heures, en s’arrêtant à Pico. Ses paysages sont magnifiques, avec des vues sans égales, car elle est au centre, on voit Faial et Pico au sud, Graciosa et Terceira au nord. Toute en longueur, ses extrémités sont aussi spectaculaires. Un temps magnifique, une location de voiture, et c’est parti pour les quelque 150 km du tour de l’île.

(more…)

Pico

9 juillet 2017

Pico, depuis l’île voisine de São Jorge

On n’aurait pu mieux choisir le nom, de ce pic, et de cette île, juste en face de Horta, qui comporte le plus haut sommet du Portugal (2351 m), le Portugal continental s’élève à 1993 m dans la Serra da Estrela au centre du pays. De même que les Canaries contiennent le point culminant de l’Espagne, plus haut que tous les pics de la Sierra Nevada (mont Mulhacén, 3478 m) et des Pyrénées (Pic d’Aneto, 3404)!

(more…)

La fête à Horta

9 juillet 2017

La marina est pleine, le soir les gens s’invitent de bateau à bateau, et ce sont des apéros à ne plus finir, des discussions, des conversations interminables, sur la traversée des uns et des autres, sur des histoires de mer, des histoires de bateau… Ce jour-là, le 12 juin, j’ai eu droit à une fête d’anniversaire surprise sur Thula Thula, grâce à Susan, Michal, Elin, Adam, Rufus, Martin et Eva. Une rencontre internationale (une Australienne, deux Suédois, un Américain, un Suisse, une Allemande, et un Français), caractéristique bien sûr de l’endroit en cette période de l’année. L’anglais n’est que la langue maternelle de deux personnes, Susan et Rufus, mais Elin, Adam et Martin (Suédois et Suisse) la maîtrisent à la perfection, les autres (Polonais, Français, Allemande) bien aussi, mais un peu moins. 🙂

(more…)

L’extrémité ouest de l’Europe

8 juillet 2017

Non, ce n’est pas un champignon atomique, mais une éruption volcanique survenue dans la mer en 1957, au bout de l’île de Faial, donnant naissance à un volcan, accroissant l’île d’un nouveau cratère et augmentant sa superficie de plus de 2 km2, c’est Capelinhos, le petit cap. Le phare devient inutile, masqué de l’océan par la terre émergée. C’est aussi le point le plus occidental de l’Europe.

(more…)

Une tradition à Horta

7 juillet 2017

Une tradition locale, ici à Horta, est pour les voileux de passage de laisser un dessin de son bateau, une peinture de son voyage, sur la jetée en béton ou autour du port. Si on ne la respecte pas, on s’expose aux pires ennuis en mer, et les marins étant gens superstitieux, et en plus l’affaire étant amusante et flattant le narcissisme de chacun, tout le monde s’y adonne, au grand bénéfice des marchands de pots de peinture de la ville… Cela s’approche de la coutume des ex-voto. Quelques-unes de ces traces laissées sur la digue, il y en a des centaines, les unes récentes, flamboyantes, la plupart peu à peu effacées par le temps et les embruns :

(more…)

Une histoire protestante

7 juillet 2017

Porto Pim, à Faial, port de Horta au fond

La famille d’Aubigné, protestante, bien connue pour Agrippa, le fameux poète, contemporain de Ronsard, témoin et acteur des guerres de religion au XVIe siècle, a dû quitter la France lors de la révocation de l’édit de Nantes en 1685 par Louis XIV. Du moins ceux qui ne s’étaient pas convertis au catholicisme, comme Françoise d’Aubigné, la petite-fille du poète, plus connue sous le nom de Madame de Maintenon, maîtresse puis épouse secrète du grand roi. Les d’Aubigné protestants trouvent refuge en Amérique, dans une des treize colonies britanniques, la Virginie, puis en Nouvelle Angleterre, dans le Massachusetts, à Boston, où ils anglicisent leur nom : d’Aubigné devient Dabney.

(more…)

La Mecque de la voile

7 juillet 2017

Le passage à Horta, dans l’île de Faial aux Açores, est un must absolu pour les voileux, pour ceux qui font le tour de l’Atlantique, depuis les alizés sous les tropiques, à l’aller, jusqu’au retour au printemps dans cette partie nord de l’océan. Tous les bateaux s’y retrouvent, c’est la Mecque de la voile hauturière en mai-juin, comme les Canaries et les Îles du Cap Vert en novembre-décembre chaque année. Une espèce de cap Horn soft, un passage obligé de la voile au large, et une fête permanente pendant deux mois. Le port de Horta est plein à craquer, les bateaux à couple alignés sur trois, quatre, cinq rangées, pour que tout le monde trouve sa place, avec un personnel accueillant, jeune et sympathique à la capitainerie. Une fête internationale, avec des gens de tous les pays, de l’Australie à l’Amérique, et surtout l’Europe, beaucoup de Français, d’Allemands, de Hollandais, d’Espagnols, de Britanniques, d’Italiens, de Scandinaves, de Suisses, de Polonais, etc.

(more…)

Aux Bermudes

6 juillet 2017
O, wonder!
How many goodly creatures are there here!
How beauteous mankind is! O brave new world,
That has such people in ’t!
Miranda, The Tempest, Shakespeare, 1611

Découvert en 1505 par Juan Bermúdez, l’archipel de ces îles rapprochées ne fut habité qu’en 1609 par les Britanniques, à la suite d’un naufrage qui a inspiré La Tempête de Shakespeare, histoire incroyable, mais qui ne s’arrête pas là : John Rolfe, qui épousera plus tard Pocahontas, dans la nouvelle colonie de Virginie, faisait partie de l’équipage et des naufragés, un naufrage exemplaire, sur les énormes récifs entourant les Bermudes au nord et à l’ouest  :

(more…)

De La Barbade aux Grenadines, en annexe

18 octobre 2016

Peter Tangvald convoyait seul son cotre bermudien de 32 pieds, Dorothea, de Guyane française en Floride, en mars 1967, avec une escale prévue à Charlotte Amalie dans les îles Vierges américaines. Construisant un nouveau bateau, il voulait vendre celui-là, et les possibilités étaient évidemment plus grandes à Fort Lauderdale qu’à Cayenne. Mais les événements en décidèrent autrement, sa traversée s’arrêta à 40 milles au sud de la Barbade. Il raconte lui-même l’histoire.

(more…)