Archive for the ‘Lusophonia’ Category

Sintra

22 septembre 2017

Sintra, lieu mythique, dans la montagne entre Lisbonne et l’océan, résidence privilégiée des souverains du Portugal. Le palais date de la Renaissance, à la fin du XVe siècle. Les deux cheminées lui donnent son aspect si original, et l’intérieur est simplement époustouflant. Du palais et de la ville on voit sur les hauteurs le château des Maures, construit sous le califat de Cordoue (Al-Andalus), aux VIIIe et IXe siècles, avec comme objectif de se défendre et s’abriter des incursions viking. Sintra s’appelait alors Al-Shantara…

(more…)

Le couvent de liège

9 septembre 2017

Frei Honorio de Santa Maria

Deep in yon cave Honorius long did dwell
In hope to merit heaven, by making earth a hell.
Byron

Dans la montagne de Sintra, un site extraordinaire, le monastère des Capucins, ou Couvent de Santa Cruz, taillé dans le roc, dominant la vallée, enfoui sous la verdure. Occupé par les moines franciscains de 1560 à 1834, laissé à l’abandon ensuite, il a été restauré et ouvert au public seulement en 2001. Douze cellules minuscules, une cour, une fontaine, une chapelle, des allées, des portes et fenêtres en liège pour isoler, on crapahute en baissant la tête* dans les couloirs minuscules, puis dans les sentiers environnants, sous les arbres, avec des échappées superbes vers l’océan.

Philippe II d’Espagne, 1556-1598 (et Philippe I du Portugal, 1581-1598), disait du lieu : « Há dois lugares que muito estimo, o Escorial por tão rico e o Convento de Santa Cruz por tão pobre ». Il y a deux endroits que j’aime particulièrement, l’Escurial, parce qu’il est si riche, et le Couvent de Santa Cruz, parce qu’il est si pauvre.

(more…)

Que Pena!

6 septembre 2017

Quand on va à Sintra, haut lieu de la monarchie portugaise, ne pas se tromper, le palais de Sintra n’est pas le même que celui de Pena. Le second est une construction bizarre du XIXe siècle, le premier est plus ancré dans l’histoire et infiniment plus beau. Pena est un château kitsch, multicolore, très laid et très ridicule, sauf de loin car le site est superbe sur une colline dominant la forêt, dans la Serra de Sintra. Par contre les jardins de Pena sont admirables, immenses et magnifiques, de quoi se perdre une journée entière. La visite du château lui-même en juillet est en plus une épreuve, avec la foule compacte, un peu comparable au métro d’une grande ville aux heures de pointe.

(more…)

La sirène de Sesimbra

28 août 2017

En passant à Sesimbra pour voir la marina, au sud de Lisbonne, une escapade au château sur une colline qui domine la ville. Vue superbe, visite intéressante, église remplie d’azulejos, et une charmante sirène en marbre…

(more…)

Ambula et lege

6 août 2017

Marche et lis… Un bon programme pour les amateurs de randonnées et les gens curieux. C’est celui que donne Zé Fernandes, personnage d’Eça de Queiroz, à son ami Jacinto dans le roman A Cidade e as Serras, 1901, traduit en français sous le titre 202, Champs-Elysées, par Marie-Hélène Piwnik, chez Folio, avec une introduction très intéressante de la traductrice. Un extrait ici, un magnifique passage sur Homère et l’Odyssée :

(more…)

Lisbonne, et quelques toiles (3)

6 août 2017

L’adoration des Mages, Domingos Sequeira, 1828, détail

(more…)

Lisbonne, et quelques toiles (2)

6 août 2017

Painéis de São Vicente de Fora, Nuno Gonçalves, 1480. Henri le navigateur est dans le troisième panneau à partir de la droite, au centre-droit, avec la coiffe noire.

Au musée des arts anciens maintenant, qui est en fait le musée public des beaux arts de la capitale. Museu nacional de Arte Antiga, MNAA. Avec les fameux Panneaux de St Vincent. Très riche, dominant le Tage, avec un parc et des vues superbes, c’est une véritable oasis en été : alors que les autres lieux touristiques sont envahis à un point que tout le plaisir éventuel est gâché (on se retrouve comme dans le métro), ici c’est frais et désert, à peine quelques visiteurs circulant à l’aise dans les vastes salles, et dégustant un café ou une boisson fraîche dans le jardin. Plaisir suprême après une visite au musée…

(more…)

Lisbonne, et quelques toiles (1)

6 août 2017

Antoine Watteau (1684-1721), dessin de femmes sous la Régence

Calouste, c’est le très beau prénom* de M. Gulbenkian, un bienfaiteur de Lisbonne, qui a fait fortune dans le pétrole entre les deux guerres (« M. 5%« ) et qui a laissé un magnifique musée dans la capitale, d’une richesse exceptionnelle. On peut y aller et y retourner, d’autant que le site est très agréable, et les deux restaurants aussi, l’un dans le parc, l’autre à l’intérieur.

(more…)

Lisbonne, et quelques écrivains

6 août 2017

Le Tage, depuis le centre de la ville, Praça do Comércio

(more…)

Remonter le Tage

1 août 2017

Praça do Comércio et Castelo São Jorge

son embouchure en tout cas, une des plus belles d’Europe. Avec la marée montante, soit un courant de 2 à 3 nœuds, et un vent favorable, travers/grand largue, on frise les 7/8 nœuds. De Cascais à Parque das Nações, il faut environ quatre heures, et on passe devant tous les « highlights » de la ville. Dans le somptueux estuaire du Tage, qui a vu entrer il y a cinq siècles Vasco de Gama ou Pedro Cabral… Marina calme et moderne à l’arrivée, dans un quartier nouveau de Lisbonne. Une capitale d’environ 3 millions d’habitants, plus d’un quart de la population du pays.

(more…)

Paula Rego

18 juillet 2017

est à la Casa das historias, très beau musée à Cascais. Je n’y connais rien à l’art moderne, mais j’ai été sensible à cette toile de 1954, ce n’est pas la Vénus d’Urbino, mais c’est justement pour ça sans doute qu’elle nous touche :

(more…)

Déjà lu

18 juillet 2017

Très belle librairie à Cascais, dans la cidadela, le fort dominant le port, aménagé en pousada de luxe*, restaurant et lieu culturel. De vieux bouquins sont exposés, qu’on a déjà lus (pour certains d’entre eux), et pour un brin de saudade

(more…)

Le connétable

18 juillet 2017

Le premier fait d’armes de Nun Alvares, Alcantara, 1382

Dans ses luttes contre la Castille puis l’Espagne, le Portugal a eu plus de succès à la fin du Moyen Âge, grâce à un personnage inconnu en France, mais à qui le pays doit son existence même, en tant que nation indépendante, c’est Nuno Álvares Pereira, l’équivalent chez nous d’un mélange entre Roland, Jeanne d’Arc et Charlemagne. Il est d’ailleurs mort en 1431, la même année que Jeanne, et comme elle c’est un saint, canonisé par Benoît XVI en 2009. Il a en effet partagé sa longue vie entre la tête des armées, comme deuxième connétable du pays, et l’ordre du Carmel, où il se dépouille de tous ses biens et titres à 63 ans et entre au service des pauvres. Un azulejos, trouvé par hasard à Cascais, éveille l’attention du touriste : A primeira façanha de Nun Álvares (le premier exploit de Nuno Álvares), 1382, à 22 ans donc. On imagine contre les Castillans et leur volonté de conquête du petit royaume voisin, puisque toute sa carrière de guerrier s’est faite à guerroyer contre l’Espagne.

(more…)

Le duc de fer

13 juillet 2017

Le duc d’Albe n’était pas un tendre, il avait laissé un sillage de sang aux Pays-Bas*, environ 18 000 personnes exécutées dans la guerre contre les insurgés hollandais, à l’origine de la légende noire espagnole, et quand il débarque à Cascais en 1580 (à 73 ans) pour mater la révolte contre son souverain, Philippe II, il bat la garnison portugaise et fait décapiter son chef, Dom Diogo de Meneses, 60 ans, ancien gouverneur des Indes. Celui-ci a sa statue devant le fort de Cascais. Le Portugal fera partie pendant les soixante années suivantes du royaume d’Espagne.

(more…)

Deus nobis haec otia fecit

13 juillet 2017

cascais_portugal (100)

A Cascais, à l’entrée du Tage à Lisbonne, la traversée est terminée, on touche un autre continent. Deux mois depuis Miami, il est temps d’arriver. La ville est une station balnéaire chic, reliée à la capitale par un petit train longeant la côte. Il y a là le « Charme de la côte atlantique », c’est le motto choisi par les édiles. La température est idéale en été, c’est un climat méditerranéen, mais sur l’Atlantique, et avec sa fraîcheur. Les petites rues grouillent de touristes, de cafés et de restaurants, de librairies, il y a de très beaux musées, et la marina est moderne et extrêmement bien entretenue et gérée. Le mouillage est possible à l’extérieur, dans la baie abritée formée ici par la côte. Bref, le repos enfin… La citation de Virgile des Bucoliques, trouvée dans un parc, paraît appropriée : C’est Dieu qui nous a donné cette tranquillité Pour le contexte historique du vers, voir ici.

(more…)