Archive for the ‘Mouillages’ Category

Îles de Vendée

26 juin 2021

Vieux Château de l’île d’Yeu

Le château de l’époque de la guerre de Cent ans, à l’île d’Yeu, est un véritable choc. Construit sur un promontoire, entouré par la mer, c’est lui qui aurait inspiré Hergé pour son Île noire. On est abasourdi de voir que dans un siècle de guerres, d’épidémies monstrueuses et de famines, ces hommes aient construit un pareil ensemble monumental, en plus sur une île minuscule et éloignée du continent. On a du mal à comprendre l’intérêt stratégique et l’effort surhumain qu’il implique.

(more…)

Le port le moins cher de France

17 septembre 2020

Un petit air de Waterway

En remontant la Sèvre niortaise pour aller à Marans, à l’orée du fameux Marais poitevin, il y a un pont routier qui se lève, seulement une fois par jour à la marée haute, et ensuite une écluse à traverser pour accéder à un canal qui mène à la petite ville. Dans l’écluse, on s’amarre à un ponton en attendant le passage pour l’autre porte. C’est là, à couple avec un bateau belge, que la discussion s’engage :

(more…)

Rochefort is a delight

10 septembre 2020

Le départ des Minimes, toujours un grand moment

C’est la phrase de Nick Chavasse dans son guide Atlantic France, de la fameuse collection IMRAY.

Et c’est vrai, la ville est merveilleuse, la ville des Demoiselles, de l’Hermione, de la Corderie royale, du pont transbordeur et de la Charente. Propre et nette comme un sou neuf, elle inspire le calme et la détente. Là, tout n’est qu’ordre et beauté, etc. Mais elle se mérite, par voie d’eau, il faut remonter le petit fleuve sur 15 milles avant d’y arriver, avec un très fort courant de marée. Le vent est portant ce jour-là de septembre, et avec vent et courant on flirte avec les 7 nœuds à la voile. Bien choisir son moment, il faut y aller à la marée montante et revenir à la marée descendante. Parti de l’île d’Aix, juste devant l’estuaire, à marée basse de vives eaux, on a seulement entre 2 et 3 m d’eau. Pas trop de sueurs froides après le waterway, souvent encore bien plus ‘shallow’, sauf qu’ici personne ne vient vous tirer en cas d’échouage. Retour deux jours après, à marée haute descendante, tranquille, 4 à 7 m d’eau.

(more…)

La promenade au phare

28 novembre 2019

Par un jour mi-ensoleillé de novembre, au cap Higer, avec la côte basque française en face. Cette promenade au phare, ce n’est pas celle de Virginia Woolf en Ecosse, mais plus modestement d’un banal touriste en Espagne.

(more…)

Un métro international

10 octobre 2019

La fameuse plage urbaine de la Concha (coquille) et la marina, depuis le mont Urgull

Le métro de San Sebastian est bien international puisqu’il traverse la frontière et va jusqu’à Hendaye. Peut-être le seul au monde ? Mais est-ce bien international puisqu’on reste au Pays basque, dont l’unité culturelle est évidente, de part et d’autre de la Bidassoa et des Pyrénées ? Un même peuple partagé entre deux pays par les hasards de l’histoire.
En tout cas, il est très pratique pour aller se balader dans la grande ville quand on est du côté français. Encore mieux avec une amie américaine…
C’est l’Euskotren (train basque) ou El Topo, la taupe, parce qu’il passe dans pas mal de tunnels.

(more…)

Summer

12 août 2019

Sur la plage à Bidart (Bidarte), Pays basque, août 2019

(more…)

Croisière ibérique

28 juillet 2019

Au Portugal et en Espagne atlantique, printemps 2019.

Carte Google maps interactive : 

Frontière

27 juillet 2019

La frontière entre la France et l’Espagne, du côté atlantique, apparaît ici sur une photo des années 1960, Hendaye à gauche, Hondarribia à droite, l’estuaire de la Bidassoa au milieu. La marina du côté espagnol n’avait pas été construite, le port à l’entrée à droite pas encore fermé, on voit les deux sur l’image ci-dessous. L’aéroport de San Sebastian (la ville est à 23 km) est ici, à Hondarribia, les avions – peu nombreux – survolent la marina de Hendaye.

(more…)

Le San Juan, 1563

19 juillet 2019

C’est un galion du XVIe siècle, un baleinier espagnol, basque plus précisément, qui a coulé lors d’une tempête à Red Bay au Labrador. Il est maintenant retapé à Pasaia, dans le but de reprendre la mer et en faire un représentant emblématique du Pays basque sur les cinq océans. La Fabrica Albaola est le chantier où on le reconstruit, c’est aussi un musée passionnant, avec de très beaux dessins et citations évoquant la Nouvelle France (Samuel de Champlain, etc.) et le rôle des pêcheurs basques à Terre Neuve.

(more…)

Pasaia

16 juillet 2019

Pasaia, dessin de Victor Hugo, 1843

A deux pas de la France, entre San Sebastian et Hendaye, la ria de Pasaia, encaissée entre les montagnes, est un endroit de rêve qui a conservé son charme depuis Victor Hugo – il a séjourné ici en 1843 – malgré l’extension du port moderne sur la rive gauche. Une marina accueillante se trouve en face, à Pasajes de San Juan, ou Pasai Donibane, on se met en bout de ponton, à couple si la place est déjà prise.

(more…)

Ports basques

15 juillet 2019

La côte basque, montagneuse et découpée, est truffée d’abris, d’anses, de niches, de rias, que les hommes ont complétés au fil des siècles en construisant des digues et des jetées, elle fournit autant de ports où on peut faire escale, à des distances courtes, chacun étant différent, avec sa personnalité, sa configuration particulière, qui fait que les sociétés humaines diffèrent des termitières, des fourmilières ou des ruches. Une variété infinie, liée au relief, aux rivières qui dévalent des montagnes, aux îlots et aux estuaires. Le croisiériste tranquille n’a que l’embarras du choix pour s’arrêter, dans les soirées sans fin du mois de juin.

(more…)

Getxo

5 juillet 2019

Les belles maisons de Getxo

Getxo est une commune chic à l’entrée de la ria de Bilbao, ville qui se trouve à une douzaine de km en remontant les fleuves. Le grand port est là ainsi que les marinas (pas moins de trois !), Getxo marina étant la plus accueillante, avec ses restaurants, son food court, ses shipchandlers et même un cinéma multisalles ! Un métro permet de relier le centre ville et ses merveilles, le Guggenheim, le Casco viejo, le musée des beaux arts, le musée maritime, etc. Mais Getxo, et les communes environnantes, Portugalete, Santurtzi, Algorta, Andra Mari, La Galea, suffisent à occuper le visiteur, avec notamment le fameux pont transbordeur du temps de Eiffel et le vieux port des pêcheurs.

(more…)

Tout caresse et berce l’oreille…

3 juillet 2019

Dernière escale avant le Pays basque, Castro Urdiales, très joli petit port en Cantabrie, à 6 milles de Bilbao, dont on voit l’entrée au loin, avec les énormes jetées. La proximité de la métropole basque fait que Castro est un lieu de villégiature apprécié des citadins. Pour les marins, surprise, on retrouve la méthode américaine des bouées dans le port, bouées de la marina, auxquelles il suffit de s’attacher en arrivant, et d’un service de navette à la demande (radio VHF), navette qui vient vous emmener au Yacht Club ou vous ramener au bateau (jusqu’à 21h30). Très joli et confortable Yacht Club d’ailleurs, posé sur le port, rattaché par une passerelle à la ville. Une agréable surprise, dans un cadre superbe, une cité animée et bien organisée, mais un abri un peu rouleur, avec la houle qui rentre. Une nuit bercée par le va-et-vient sans fin de la mer.

Au bord des mers quand on sommeille,
Tout caresse et berce l’oreille ;
C’est le bruit du vent sur les flots,
C’est le bruit des flots sur les grèves ;
On entend, à travers ses rêves,
Les chants lointains des matelots.

Victor Hugo, « À Pasaia », 1843

(more…)

Laredo

25 juin 2019

Marina de Laredo, la baie de Santoña au fond

Laredo, ça évoque le far-west, la bourgade sans foi ni loi des westerns, sur le rio Grande, mais à l’origine c’est un port de Cantabrie, celui qui a donné son nom justement à la ville du Texas. Appartenant à la province mexicaine de Nuevo Santander, elle est devenue américaine en 1848 à l’issue de la guerre entre les deux pays.

(more…)

Mouillages de Santander

24 juin 2019

Pour une belle baie, c’est une belle baie, parmi les plus belles du monde, comme celle de Setubal, complètement fermée, on ne voit pas la mer, et les mouillages abondent. Deux marinas, l’une au centre, toujours pleine, l’autre loin, en bordure de l’aéroport, immense, confortable, et chère. Mais on peut mouiller à côté dans d’excellentes conditions (point 3 sur la carte), derrière l’aéroport, avec le spectacle des avions qui atterrissent, pas très nombreux, surtout des low cost, Ryanair, Vueling, etc., et utiliser les services de la marina. Plus un tout petit port, sans grand fond, en face du mouillage, pour laisser l’annexe. Les autres endroits pratiqués, mais plus remuants à cause du trafic, sont celui à l’entrée de la baie sur une plage (1), protégé par la Magdalena, et celui devant le Yacht Club (marina du centre ville), avec l’avantage que là aussi les facilités sont disponibles, personnel très accueillant, et on peut laisser l’annexe au club (2).

(more…)