Archive for the ‘Peinture’ Category

Abdolonyme à la Cohue

28 juin 2021

Les envoyés d’Alexandre le Grand remettant les clés de Sidon à Abdolonyme, attribué à Luciano Borzone (1590-1645)

Non, ce n’est pas un anonyme à la Cohue (la Cohue est le nom du musée de Vannes), mais bien Abdolonyme, ou Abdalonyme, un copain d’Alexandre le Grand et roi de Sidon, dont tout le monde a oublié le nom et l’histoire. Quintus Curcius nous la rappelle :

(more…)

Un naïf réaliste

10 juin 2021

Tableau commandé par Charles Rocheteau, patron de la barque Jeune Paulette, suite à une tempête essuyée le 9 mars 1927. Par chance, « elle put, sa grand-voile en lambeaux, rentrer au port dans une mer d’écume. »

Ce sont les marines de Paul-Emile Pajot (1873-1929), marin-pêcheur, peintre à ses heures, et écrivain, auteur d’un journal détaillé entre fin XIXe et début XXe. Ses merveilleux tableaux de navires peuvent être admirés au MASC (Musée de l’abbaye Sainte-Croix), aux Sables d’Olonne. Après des mois de fermeture due au confinement, les musées rouvrent, c’est l’occasion.
Un côté naïf, mais un naïf réaliste du fait de la précision, du détail, et de la véracité des traits pour représenter les navires. Des navires aux noms admirables, des noms d’antan, fleurant bon une époque révolue:

(more…)

Joseph Vernet

12 septembre 2020

Claude Joseph Vernet (1714-1789) en 1778, par Elisabeth Vigée-Lebrun (1755-1842)

Joseph Vernet peint pour Louis XV les grands ports de France, dont Rochefort en 1762, on y voit une partie de la Corderie royale, l’activité du port et des vaisseaux en construction ou prêts à partir :

Rochefort, détail, 1762, Musée de la marine de Rochefort

(more…)

Tableaux de Ré

20 août 2020

La vue sur l’entrée du Fier depuis la maison, par Raymond Enard*

Quelques toiles trouvées dans le coin, à droite et à gauche, surtout dans la maison de René et Francine Sadoc, la maison dominant La Patache, merci à eux, et à leurs enfants et petits-enfants.
Souvenirs, souvenirs, nostalgie, saudade.. (more…)

Dans le Tarn

20 juin 2020

Profitant d’un timide déconfinement et des beaux jours de mai, tout le monde sort, c’est le temps des balades, randonnées et pique-niques…

(more…)

La vie bonne

12 mars 2020

Lia ‘Paqueta’ Mittarakis, Casamento na roça (ferme), 1987

Naïfs à Nice, au très beau musée Anatole Jakovsky. Quartier du Fabron à l’écart du centre et près de la Promenade, parc et villas cossues. Les peintres naïfs donnent souvent dans l’exubérance, notamment au Brésil, avec cette nature somptueuse qui caractérise le pays, et tous ont cette vision d’une vie simple et heureuse. « Une écologie de la peinture » (A. Jakovsky).

(more…)

Entre nous

9 mars 2020

‘Entre nous’, par Max Leenhardt, 1884

Très beau site à Sète, le musée Paul Valéry, juste au-dessus du cimetière marin, avec une vraie boutique du musée et un restaurant/cafétéria dans un cadre unique.

(more…)

Regards de femmes

26 juillet 2019

Gabrielle Hébraud, Le bouquet de boules de neige

au musée de Lavaur, Tarn, Musée du pays vaurais, été 2019. Des femmes peintres de la région, au début du XXe siècle. Femmes peintres oubliées, très belle expo.

(more…)

Guernica

14 juillet 2019

La capitale historique et spirituelle du Pays basque a été détruite le 26 avril 1937, pendant la guerre civile espagnole, par les bombardements de la légion Condor (de l’Allemagne nazie) et de l’Aviazione legionaria (de l’Italie fasciste) pour le compte de Franco et des rebelles nationalistes. Une controverse porte sur le nombre de morts, entre 170 et 1600. Le tableau de Picasso est évidemment mondialement célèbre, une reproduction figure au cœur de la ville martyre reconstruite. Un tableau de Magritte évoque aussi l’événement, Le drapeau noir, et nombre d’écrits, notamment un poème de Paul Eluard, La victoire de Guernica.

(more…)

Histoire et mythes au musée

12 juillet 2019

Toujours au musée des beaux arts de Bilbao, quelques œuvres évoquant histoire et légendes.

(more…)

Peintres basques

11 juillet 2019

Au musée des beaux arts de Bilbao, qui contient bien d’autres œuvres de grands maîtres, c’est le second musée d’Espagne. On s’attachera ici à des peintres moins connus, surtout locaux.

(more…)

Le tour du monde en 1124 jours

9 juillet 2019

C’est ce qu’ont accompli les 18 survivants (sur 270) de l’expédition de Magellan, sur le Victoria (le seul bateau revenu, cinq au départ), entre le 10 août 1519 et le 8 septembre 1522. Parmi tous les grands navigateurs de l’époque des Grandes Découvertes, le trio gagnant est Colomb-Vasco de Gama-Magellan, mais curieusement le nom de Juan Sebastián El Cano reste largement inconnu. C’est pourtant lui qui a ramené le dernier bateau en Espagne et réalisé l’exploit, Magellan ayant été tué aux Philippines. Ses mots en arrivant à Séville, après trois ans d’aventures extrêmes :

(more…)

Nicanor Piñole

17 juin 2019

‘Le vieil autobus’, 1934, pour une affiche, bien différent du style habituel du peintre, un côté surréaliste avec le bus du fond, décapotable, qui monte la côte comme une chenille

Le nom sonne drôle aux oreilles françaises, on pense plutôt à un pseudo pour un comique ou un clown… Mais non, ici c’est le grand peintre, un musée entier lui est consacré. Artiste prolifique, il a vécu cent ans (1878-1978), un siècle représenté en œuvres diverses. Quand on pense qu’il avait déjà 22 ans en 1900, 36 quand commence la Première Guerre mondiale, 58 ans au moment où la guerre civile éclate, 67 à la fin de la Deuxième Guerre mondiale…

(more…)

Le retable de la mer

17 juin 2019

Oeuvre saisissante que ce retable, un long panneau en bois sculpté, représentant une criée de pêcheurs à Gijón, avec des personnages par dizaines, plus vrais que nature. L’auteur, Sebastián Miranda, a vu ce travail détruit pendant la guerre civile, il l’a refait entre 1940 et 1971, un labeur de trente ans.

(more…)

Spectaculaire Mafra

10 juin 2019

Près de deux ans à Lisbonne et jamais une visite à Mafra, site seulement à 30 km, lacune réparée à l’occasion d’une conférence dans la capitale. Moins beau que Batalha ou Alcobaça, et surtout pour les amateurs de baroque, le palais/monastère a été terminé en 1755, l’année du tremblement de terre. C’est immense, on se perdrait dans ses salles durant la visite, la bibliothèque est extraordinaire, sans fin, près de 100 m de long…

(more…)