Archive for the ‘Lisbonne’ Category

Ode au Tage

17 septembre 2019
Lisbonne dans les années 1950, vue par Botelho, en bas à l’est de la Place du Commerce, en haut à l’ouest jusqu’à Belem

Le Tage est amant de Lisbonne.
Amant jaloux, car il est partout.
Dès qu’on s’accoude à une fenêtre, à la rampe d’un mirador,
On le découvre, à deux pas, et ses poissonnières, pour qu’on ne l’oublie pas,
Vont jusqu’au fond des plus lointains quartiers porter dans leur panier sa robuste haleine.
Amant violent, car il eut des colères, mais tendre, car il baigne longuement les quais, les places, et devant le Terreiro do Paço, où la ville se met au balcon, il s’attarde et, pour crâner, fait croire qu’il est la mer.
Amant généreux, car il a offert à Lisbonne une fortune : un des plus beaux ports d’Europe.
Amant délicat, car il a orné sa rive de palais et d’églises, de jardins et de fontaines.
Amant fidèle enfin, car lorsqu’il a perdu Lisbonne il va, inconsolable, se jeter dans la mer.

(more…)

Spectaculaire Mafra

10 juin 2019

Près de deux ans à Lisbonne et jamais une visite à Mafra, site seulement à 30 km, lacune réparée à l’occasion d’une conférence dans la capitale. Moins beau que Batalha ou Alcobaça, et surtout pour les amateurs de baroque, le palais/monastère a été terminé en 1755, l’année du tremblement de terre. C’est immense, on se perdrait dans ses salles durant la visite, la bibliothèque est extraordinaire, sans fin, près de 100 m de long…

(more…)

Momentous

21 avril 2019

La Pinta dans le port de Baiona

Ce n’est pas rien d’entrer par la mer à Baiona, en Galice, car c’est là qu’est arrivée il y a plus de 500 ans la première caravelle venue des Antilles, la Pinta de l’escadre de Christophe Colomb, commandée par Martín Pinzón, le premier mars 1493, trois jours avant Colomb sur la Niña, à Lisbonne. La Santa Maria a été perdue sur la côte nord d’Hispanolia (Haïti aujourd’hui) lors de ce premier voyage.
Baiona est ainsi la première ville d’Europe à avoir appris la grande nouvelle : il y a des terres de l’autre côté de l’océan, un Nouveau Monde (qu’on prend encore pour l’Asie à l’époque, on ne se doute pas qu’il y a encore la moitié du globe à traverser pour l’atteindre, tout l’océan Pacifique, plus un nouveau continent, celui qui recevra son nom quelques années plus tard, l’Amérique). C’est un tournant dans l’histoire de l’humanité, un moment historique, un événement capital, a momentous* event.

(more…)

Vu de l’espace

7 avril 2019

Photo de Thomas Pesquet à l’occasion de la révolution des œillets. Avec légendes :

(more…)

Café

6 mars 2019

Le tableau de Candido Portinari, Café, 1935, est tellement évocateur qu’on sent presque l’odeur du café en le voyant…

Une exposition sur le peintre brésilien au musée du néoréalisme de Vila Franca de Xira, au nord de Lisbonne.

(more…)

D’un pont à l’autre

6 mars 2019

En quittant le nord de Lisbonne et le pont Vasco da Gama, et en remontant le fleuve, on arrive juste avant un autre pont, à un village charmant, Vila Franca de Xira. Le nom évoque à la fois le Moyen Âge chrétien, Ville franche, comme tant de villes en Europe ayant obtenu des libertés vis-à-vis du seigneur local, des franchises, des privilèges, mais aussi le passé arabe, avec Xira (prononcer ‘Shira’ en portugais), qui vient de l’arabe as-Shirush.  La gare est superbe et il y a une marina très sympa.

(more…)

Ajuda, suite

14 février 2019

 

Le palais, maintenant musée, d’Ajuda, à Belém, est très riche en œuvres et évocations diverses, on y trouve aussi, pêle-mêle, les Beauharnais, Canova, Sigmaringen, Pierre II, empereur du Brésil, Napoléon III, et un zouave, égaré…

(more…)

Tout a une fin

11 février 2019

La devise des Tavora sur une tapisserie au palais d’Ajuda, Findit quas cunque*, ou : Tout a une fin. Il s’agit d’une oeuvre importée de Chine par les Tavora au XVIIe siècle, faisant partie des Tavora hangings, avec une devise de sinistre augure, puisque les membres de cette grande famille noble ont été exécutés dans des conditions épouvantables par Pombal, en 1759, sous l’accusation d’avoir attenté à la vie du roi. Cette oeuvre a été confisquée par le pouvoir, et est maintenant exposée à Ajuda. Voir une vidéo de leur exécution, tirée d’une série TV portugaise. Le lieu du massacre, échafaud et bûcher :

(more…)

Sur trois marches de marbre rose

31 janvier 2019

En visitant Queluz, on pense au poème de Musset, Sur trois marches de marbre rose :

Je rêvais à quelque autre chose.
Mais vous souvient-il, mon ami,
De ces marches de marbre rose,
(more…)

De St Malo à Estoril

23 novembre 2018

En passant par Roscoff, Bilbao, Burgos et Salamanque.

(more…)

Alizés portugais

22 août 2018

L’homme illustre regarde l’horizon pour l’éternité

Les alizés portugais en été, ces vents réguliers du nord-ouest, vous emmènent facilement vers le sud, Sines est à environ 70 milles de Lisbonne, avec un arrêt possible à Sesimbra, à peu près à mi-chemin. L’aller est donc sans problème, en douze heures, de Parque das Nações, en haut du Tage (il faut déjà trois heures pour sortir de l’estuaire) jusqu’à la ville qui a vu la naissance de Vasco da Gama. Arrivé là, excellente surprise, il y a un mouillage très protégé au pied du fort en plein centre ville et devant la marina de Sines. Nuit parfaite, réveil de rêve dans la brume, avec les murailles qui se dégagent peu à peu. Une plage très populaire en croissant va du port de pêche à celui des plaisanciers. Les environs de Sines sont industriels, pleins de cheminées partout, la ville est ouvrière et populaire, mais du mouillage on ne voit rien de ces raffineries et autres tours disgracieuses.

(more…)

Sur l’express Parc des nations-Cascais…

21 août 2018

Pas beaucoup de mouillages autour de Lisbonne, des marinas, oui, plein, mais des endroits sympas pour jeter l’ancre, pas tellement. A part Cascais et Seixal. C’est pour ça que dès qu’on sort pour une balade, Cascais devient la destination favorite, une belle marina (chère, 43 euros la nuit en été), mais surtout un excellent mouillage, dans l’anse entre la marina et Estoril, bien abritée des vents dominants. Mouillage pour la nuit, le pique-nique, la baignade…

(more…)

Une ville dans la ville

16 août 2018

Le quartier de Parque das Nações avant 1998

Avant, et après :

(more…)

Visite à Troie

3 juin 2018

Non, ce n’est pas celle de Patrocle et Achille, Priam et Hector, dont on ne sait pas trop d’ailleurs où elle est, quelque part en Anatolie sur la mer Égée, mais Troia au Portugal, en Alentejo, en face de Setúbal. Au départ de Lisbonne, une balade de cinq jours vers l’estuaire du rio Sado, fameux pour ses grands dauphins (Bottlenose dolphins, ou Tursiops, qu’on n’a pas vus d’ailleurs).

(more…)

Escher en Calabre

1 juin 2018

Tropea, 1931

M. C. Escher, avant de créer ses fameux paradoxes géométriques, a dessiné des vues d’Italie, notamment en Calabre, au début des années 1930, sous Mussolini, dont la grande exposition à Lisbonne en 2018, nous donne des exemples.

(more…)