Archive for the ‘Villes’ Category

Le voyage en Amérique

16 août 2017

Juillet 2013

de Thula Thula, 2011-2017, près de six ans passés dans le Nouveau Monde, de décembre 2011 à avril 2017, dont cinq aux US, sur la côte Est et dans le golfe du Mexique, entre la Nouvelle Orléans, le plus à l’Ouest, et Mount Desert Island, dans le Maine, le plus à l’Est (et au Nord…). Avec des allers-retours en Europe en avion bien sûr. Un petit essai de bilan de cette expérience de voile et de plaisance en Amérique.

(more…)

Lisbonne, et quelques toiles (2)

6 août 2017

Painéis de São Vicente de Fora, Nuno Gonçalves, 1480. Henri le navigateur est dans le troisième panneau à partir de la droite, au centre-droit, avec la coiffe noire.

Au musée des arts anciens maintenant, qui est en fait le musée public des beaux arts de la capitale. Museu nacional de Arte Antiga, MNAA. Avec les fameux Panneaux de St Vincent. Très riche, dominant le Tage, avec un parc et des vues superbes, c’est une véritable oasis en été : alors que les autres lieux touristiques sont envahis à un point que tout le plaisir éventuel est gâché (on se retrouve comme dans le métro), ici c’est frais et désert, à peine quelques visiteurs circulant à l’aise dans les vastes salles, et dégustant un café ou une boisson fraîche dans le jardin. Plaisir suprême après une visite au musée…

(more…)

Lisbonne, et quelques toiles (1)

6 août 2017

Antoine Watteau (1684-1721), dessin de femmes sous la Régence

Calouste, c’est le très beau prénom* de M. Gulbenkian, un bienfaiteur de Lisbonne, qui a fait fortune dans le pétrole entre les deux guerres (« M. 5%« ) et qui a laissé un magnifique musée dans la capitale, d’une richesse exceptionnelle. On peut y aller et y retourner, d’autant que le site est très agréable, et les deux restaurants aussi, l’un dans le parc, l’autre à l’intérieur.

(more…)

Lisbonne, et quelques écrivains

6 août 2017

Le Tage, depuis le centre de la ville, Praça do Comércio

(more…)

Déjà lu

18 juillet 2017

Très belle librairie à Cascais, dans la cidadela, le fort dominant le port, aménagé en pousada de luxe*, restaurant et lieu culturel. De vieux bouquins sont exposés, qu’on a déjà lus (pour certains d’entre eux), et pour un brin de saudade

(more…)

Deus nobis haec otia fecit

13 juillet 2017

cascais_portugal (100)

A Cascais, à l’entrée du Tage à Lisbonne, la traversée est terminée, on touche un autre continent. Deux mois depuis Miami, il est temps d’arriver. La ville est une station balnéaire chic, reliée à la capitale par un petit train longeant la côte. Il y a là le « Charme de la côte atlantique », c’est le motto choisi par les édiles. La température est idéale en été, c’est un climat méditerranéen, mais sur l’Atlantique, et avec sa fraîcheur. Les petites rues grouillent de touristes, de cafés et de restaurants, de librairies, il y a de très beaux musées, et la marina est moderne et extrêmement bien entretenue et gérée. Le mouillage est possible à l’extérieur, dans la baie abritée formée ici par la côte. Bref, le repos enfin… La citation de Virgile des Bucoliques, trouvée dans un parc, paraît appropriée : C’est Dieu qui nous a donné cette tranquillité Pour le contexte historique du vers, voir ici.

(more…)

São Miguel

12 juillet 2017

Sur la côte nord-ouest

Enfin partis de Horta, le 16 juin, après une dizaine de jours, 140 milles pour atteindre São Miguel, soit un peu plus de 24h. L’île est la plus grande et la plus orientale des Açores, une escale bienvenue sur la route de Lisbonne. « Of outstanding beauty », d’après le guide Atlantic Islands, et c’est tout à fait exact : des montagnes, des lacs, des volcans, des fournaises, des forêts, une côte escarpée, des fleurs partout, c’est une merveille.

Au départ, entre Faial et Pico

(more…)

Aux Bermudes

6 juillet 2017
O, wonder!
How many goodly creatures are there here!
How beauteous mankind is! O brave new world,
That has such people in ’t!
Miranda, The Tempest, Shakespeare, 1611

Découvert en 1505 par Juan Bermúdez, l’archipel de ces îles rapprochées ne fut habité qu’en 1609 par les Britanniques, à la suite d’un naufrage qui a inspiré La Tempête de Shakespeare, histoire incroyable, mais qui ne s’arrête pas là : John Rolfe, qui épousera plus tard Pocahontas, dans la nouvelle colonie de Virginie, faisait partie de l’équipage et des naufragés, un naufrage exemplaire, sur les énormes récifs entourant les Bermudes au nord et à l’ouest  :

(more…)

Goodbye to Miami

5 juillet 2017

Des mois dans le mooring field de Dinner Key marina, Coconut Grove

Dernières semaines à Miami, début 2017

(more…)

Rue de Jouy, Paris 4e

10 décembre 2015

rue_de_jouy_paris_4e

(more…)

Sombre novembre

10 décembre 2015
paris (1)

Paris depuis les toits du 11e

Trois semaines après, sur les lieux du désastre, dans le 11e arrondissement, meurtri, blessé, touché, frappé à mort.

paris_nov15 (33)

Le Bataclan

(more…)

D’une baie à l’autre

21 novembre 2015
bernard_eliane_nov_sud (20)

At Palafox Pier Yacht Harbor

Croisière en novembre entre les baies de Pensacola et Mobile. Avec Bernard et Eliane, merci pour votre amitié fidèle et généreuse.

(more…)

Notre pauvre roi

12 avril 2015
Louis le seizième

Louis le seizième

est comme il se doit en Louisiane, à la Nouvelle Orléans, au Noma, ainsi que son épouse, tout aussi malheureuse. Et quelques toiles du XVIIIe siècle français. Le nez bourbon, l’assurance des princes, il ne savait pas alors, devant le peintre, que l’histoire est cruelle, surtout pour les faibles. Louis XVI avait pourtant bien commencé : à son accession au trône, en 1774, il nomme Turgot aux Finances, ainsi qu’une équipe de physiocrates, pour réformer le royaume (mettre fin aux privilèges des corporations, libérer les prix des grains, abolir les douanes intérieures entre provinces, rendre la fiscalité plus juste, etc.), Voltaire et les philosophes (tous libéraux à l’époque, bien qu’on n’emploie pas encore ce terme) s’enthousiasment (« Il faut tenter de vivre » s’écrie le premier), le pays semble engagé sur la voie d’une modernisation, d’une libération de l’économie.

(more…)

La poursuite du vent

11 avril 2015

death

Memento Mori : La mort s’invite au banquet, Giovanni Martinelli, 1635

Il s’agit en réalité d’une Vanité* particulièrement cruelle : un groupe de jeunes gens est en train de festoyer quand surgit de l’ombre, à droite du tableau, et à leur grand effroi, un squelette, figure de la Mort qui vient s’emparer de l’un d’entre eux. Une des femmes désigne le malheureux tandis que celui-ci, surpris, peine à comprendre son sort funeste, ne voulant pas encore y croire.

Le défaut de vanité nous pousse à poursuivre le vent, selon l’Ecclésiaste*, c’est-à-dire faire des efforts inutiles, condamnés par la brièveté de la vie. Elle est illustrée, cette vanité, par quelques toiles au NOMA, le musée des beaux arts de la Nouvelle Orléans, situé dans un grand parc de la ville.

(more…)

À Pensacola

11 mars 2015
parade

Préparatifs pour la parade

pendant un an… Du diable si je m’attendais à rester tout ce temps ici. La ville est agréable, certes, la navigation alentour est facile, la baie large et profonde permet la voile, la sortie vers le golfe du Mexique est sûre et proche, les excursions en bateau variées, mais, mais, mais, je ne suis jamais resté aussi longtemps dans un endroit depuis mon départ en 2011. Un travail à finir, des rencontres, une marina pratique, voilà quelques raisons, et il faudra maintenant attendre la fin de la saison chaude et des cyclones pour repartir.

(more…)