Archive for the ‘Villes’ Category

Mouillages de Santander

24 juin 2019

Pour une belle baie, c’est une belle baie, parmi les plus belles du monde, comme celle de Setubal, complètement fermée, on ne voit pas la mer, et les mouillages abondent. Deux marinas, l’une au centre, toujours pleine, l’autre loin, en bordure de l’aéroport, immense, confortable, et chère. Mais on peut mouiller à côté dans d’excellentes conditions (point 3 sur la carte), derrière l’aéroport, avec le spectacle des avions qui atterrissent, pas très nombreux, surtout des low cost, Ryanair, Vueling, etc., et utiliser les services de la marina. Plus un tout petit port, sans grand fond, en face du mouillage, pour laisser l’annexe. Les autres endroits pratiqués, mais plus remuants à cause du trafic, sont celui à l’entrée de la baie sur une plage (1), protégé par la Magdalena, et celui devant le Yacht Club (marina du centre ville), avec l’avantage que là aussi les facilités sont disponibles, personnel très accueillant, et on peut laisser l’annexe au club (2).

(more…)

Nicanor Piñole

17 juin 2019

‘Le vieil autobus’, 1934, pour une affiche, bien différent du style habituel du peintre, un côté surréaliste avec le bus du fond, décapotable, qui monte la côte comme une chenille

Le nom sonne drôle aux oreilles françaises, on pense plutôt à un pseudo pour un comique ou un clown… Mais non, ici c’est le grand peintre, un musée entier lui est consacré. Artiste prolifique, il a vécu cent ans (1878-1978), un siècle représenté en œuvres diverses. Quand on pense qu’il avait déjà 22 ans en 1900, 36 quand commence la Première Guerre mondiale, 58 ans au moment où la guerre civile éclate, 67 à la fin de la Deuxième Guerre mondiale…

(more…)

Le retable de la mer

17 juin 2019

Oeuvre saisissante que ce retable, un long panneau en bois sculpté, représentant une criée de pêcheurs à Gijón, avec des personnages par dizaines, plus vrais que nature. L’auteur, Sebastián Miranda, a vu ce travail détruit pendant la guerre civile, il l’a refait entre 1940 et 1971, un labeur de trente ans.

(more…)

Xixón

17 juin 2019

Gijón en 1820, par Mariano Ramón Sánchez (1740-1822)

Gijón en castillan. Xixón est de l’asturien, car il y a une langue asturienne, comme le galicien en Galice, c’est le bable, une langue latine comme ses voisines, malgré le lointain peuplement celtique du coin. Un climat océanique, entre pluie et soleil au printemps, et on a droit à de somptueux arcs-en-ciel. Même deux pour le prix d’un !

(more…)

Sillonner le Portugal

11 juin 2019

Arraiolos, Castelo

par la route des écoliers…

Braga, Arraiolos, Mora, Montargil, Santarem, Ponte de Lima, Vila Franca de Xira, Ericeira, Aveiro, Vila de Conde…

(more…)

We bones here, for yours await

2 juin 2019

Temple romain d’Evora (IIe siècle) et cathédrale au fond (XIIe-XIIIe)

Sûrement une des plus belles villes du Portugal – qui en compte tant -, la capitale de l’Alentejo, entourée de remparts, vallonnée, dominée par un temple romain, dans un dédale de rues et de places charmantes, sans compter la très belle université. Les deux highlights de la petite cité (quelque 50 000 habitants) sont d’une part la Chapelle des os, un site unique où se pressent les touristes du monde entier tout au long de l’année, et d’autre part les sites mégalithiques à proximité, cromlech, dolmens et menhirs de la fin de la préhistoire, aux débuts de l’époque néolithique en Europe, vers -5000.

(more…)

Soutenance à Évora

2 juin 2019

Mon neveu Beto, docteur en philosophie ! 15 mai 2019

Son Institut de psychologie à São Paulo, Instituto Dasein.

(more…)

Remember!

28 mai 2019

Le roi Charles Ier d’Angleterre en trois postures, peint par Van Dyck en 1636, détail

Van Dyck a longtemps vécu à la cour d’Angleterre, où il a peint de nombreux portraits du roi Charles, exécuté plus tard par Cromwell, à la suite des guerres civiles entre partisans du roi et ceux du Parlement. Antoine Van Dyck meurt huit ans avant le roi, qui a régné quand même un quart de siècle, entre 1625 et 1649. Dans Vingt ans après, Dumas imagine que les mousquetaires tentent d’empêcher son exécution, Athos (le comte de la Fère) est sous l’échafaud et Aramis prend la place d’un prêtre, mais leur plan échoue :

(more…)

Peintres galiciens

26 mai 2019

Dans une ria de Galice, Francisco Lloréns, 1917, Ensenada del Canabal

Même les villes moyennes ont de jolis musées, c’est le cas ici, avec le musée des beaux arts de La Corogne :

Pedro Pérez de Castro, Pastorale

(more…)

De César à Charles Quint

19 mai 2019

Le phare de Brigantium (La Corogne à l’époque romaine) au IIe siècle. Connu sous le nom de Torre de Hercules, encore actif après 1800 ans… Deux empereurs mythiques, Trajan et Hadrien, au tournant du premier au deuxième siècle de notre ère, à l’apogée de l’empire, ont supervisé sa construction, de quoi rêver un peu pendant la visite.

(more…)

Voileux et randonneurs

9 mai 2019

se rencontrent à Muxia, km 0 du Chemin de Compostelle, et dernier ou premier abri pour les marins avant ou après le cap Finisterre.

(more…)

Dans la ria de Muros

9 mai 2019

Dans la ria de Muros, il y a deux marinas qui se font face, à Portosin et Muros, plus d’autres ports à l’entrée et au fond, mais ces deux-là sont les plus fréquentées par les plaisanciers, surtout celle de Muros, mieux protégée dans sa baie bien fermée, et célébrée depuis Lisbonne par tous les bateaux de passage. La ville est charmante, l’accueil sympathique, les bateaux y restent longtemps, tout le monde se connaît, l’ambiance est chaleureuse. La météo n’attendant pas, le séjour a été court, une nuit. A Portosin, le village est plutôt laid, si la plage est belle, mais la marina a reçu le titre de ‘Real’, marina royale, les installations sont luxueuses. Et à Portosin, on se trouve à vingt minutes en bus d’un site inoubliable, le Castro celte de Baroña.

(more…)

La gare St Charles

8 mai 2019

Pas politiquement correcte pour un sou, mais elle a de la gueule avec son escalier monumental de 104 marches, et c’était une autre époque (1925, l’apogée du règne colonial) :

(more…)

Primer viaje

28 avril 2019

Astrolabe

Le premier voyage en Amérique est célébré ici, comme il se doit, au petit musée de la navigation de Baiona, ville où est arrivé le premier bateau de l’escadre de Colomb, la Pinta. Des souvenirs de l’époque et des siècles suivants sont rassemblés, très émouvants, et parfois plaisants, comme cette gravure du XVIe par Pedro de Medina représentant un personnage tenant un astrolabe, instrument permettant de mesurer la hauteur des étoiles ou du soleil. Cet autre personnage mesure la hauteur de l’étoile polaire, au bout de la Grande Ourse, avec un bâton de Jacob ou balestrille:

(more…)

Momentous

21 avril 2019

La Pinta dans le port de Baiona

Ce n’est pas rien d’entrer par la mer à Baiona, en Galice, car c’est là qu’est arrivée il y a plus de 500 ans la première caravelle venue des Antilles, la Pinta de l’escadre de Christophe Colomb, commandée par Martín Pinzón, le premier mars 1493, trois jours avant Colomb sur la Niña, à Lisbonne. La Santa Maria a été perdue sur la côte nord d’Hispanolia (Haïti aujourd’hui) lors de ce premier voyage.
Baiona est ainsi la première ville d’Europe à avoir appris la grande nouvelle : il y a des terres de l’autre côté de l’océan, un Nouveau Monde (qu’on prend encore pour l’Asie à l’époque, on ne se doute pas qu’il y a encore la moitié du globe à traverser pour l’atteindre, tout l’océan Pacifique, plus un nouveau continent, celui qui recevra son nom quelques années plus tard, l’Amérique). C’est un tournant dans l’histoire de l’humanité, un moment historique, un événement capital, a momentous* event.

(more…)