Posts Tagged ‘Açores’

À la recherche de l’Estado Novo

26 septembre 2017

La révolution des Œillets date de bientôt un demi-siècle, et on ne voit guère de traces à Lisbonne de la période antérieure, l’Estado Novo, de Salazar et Caetano, qui a pourtant duré presque aussi longtemps, de 1933 à 1974. Il est décrit comme ‘a right leaning corporatist regime of para-fascist inspiration‘*. Le monument des Découvreurs (Padrão dos Descobrimentos) sur les bords du Tage est un exemple de l’architecture de cette époque, les deux colonnes qui dominent le parc Edouard VII également. De là, une allée majestueuse s’ouvre sur la place du marquis de Pombal et l’avenue de la Liberté, avec une vue sur toute la ville et l’estuaire. L’ensemble date de 1949, oeuvre de l’architecte Keil do Amaral. Une affiche de propagande, avant que le pays perde ses colonies :

(more…)

Onde a terra se acaba

2 septembre 2017

Eis aqui, quase cume da cabeça
De Europa toda, o reino lusitano,
Onde a terra se acaba, e o mar começa,
Esta é a ditosa pátria, minha amada.
Luís de Camões, Os Lusíadas

Le point le plus à l’ouest de l’Europe est au Portugal. En tout cas, si on s’en tient à cette carte, à cette projection… Il faudrait en fait préciser, le plus à l’ouest de l’Europe continentale, car l’Islande est bien plus à l’ouest, et l’Irlande bat le Portugal d’une courte tête, comme on le voit avec une autre projection dans la carte du bas. Mais ce sont des îles. Le cap le plus occidental de l’Irlande est à 10°37 W, le cap Roca au Portugal à 9°30  Celui de l’Islande à 24°28, encore plus à l’ouest que le continent américain avec le Groenland (17°16 sur sa côte orientale), ce qui apparaît nettement sur la carte du haut. Si on prend en compte toutes les îles, le Portugal conserve cependant la palme, avec les Açores, encore plus à l’ouest que l’Islande (28°49 pour Faial, 31°15 pour Flores).

(more…)

Le voyage en Amérique

15 août 2017

Juillet 2013

de Thula Thula, 2011-2017, près de six ans passés dans le Nouveau Monde, de décembre 2011 à avril 2017, dont cinq aux US, sur la côte Est et dans le golfe du Mexique, entre la Nouvelle Orléans, le plus à l’Ouest, et Mount Desert Island, dans le Maine, le plus à l’Est (et au Nord…). Avec des allers-retours en Europe en avion bien sûr. Un petit essai de bilan de cette expérience de voile et de plaisance en Amérique.

(more…)

Une semaine en mer

12 juillet 2017

pour rejoindre le Portugal depuis les Açores.

Partis un lundi matin, nous arrivons le dimanche soir, du 19 juin au 25 juin, avec un beau temps tout du long et trois jours sans vent, au moteur donc. Beau temps, c’est-à-dire des nuits étoilées magnifiques (pas de Lune cette semaine-là) et des levers et couchers de Soleil sans pareil. C’est en plein dans le solstice d’été, le 21 juin, le soleil est à son extrême septentrional, juste au-dessus du tropique du Cancer, et les jours sont les plus longs de l’année dans l’hémisphère nord.

(more…)

São Miguel

12 juillet 2017

Sur la côte nord-ouest

Enfin partis de Horta, le 16 juin, après une dizaine de jours, 140 milles pour atteindre São Miguel, soit un peu plus de 24h. L’île est la plus grande et la plus orientale des Açores, une escale bienvenue sur la route de Lisbonne. « Of outstanding beauty », d’après le guide Atlantic Islands, et c’est tout à fait exact : des montagnes, des lacs, des volcans, des fournaises, des forêts, une côte escarpée, des fleurs partout, c’est une merveille.

Au départ, entre Faial et Pico

(more…)

Une journée à São Jorge

10 juillet 2017

Il y a neuf îles dans l’archipel des Açores, on a pu en voir quatre, Faial, Pico, São Jorge et São Miguel, les trois premières sont dans le groupe du centre, la dernière est bien placée sur le chemin du Portugal. Les retards à Faial, pour le règlement de la TVA sur le bateau, nous ont permis une excursion à São Jorge, une des moins visitées, un jour de congés local, le 15 juin. Avec Bob, un vieux marin anglais basé à Horta. Le ferry y mène en deux heures, en s’arrêtant à Pico. Ses paysages sont magnifiques, avec des vues sans égales, car elle est au centre, on voit Faial et Pico au sud, Graciosa et Terceira au nord. Toute en longueur, ses extrémités sont aussi spectaculaires. Un temps magnifique, une location de voiture, et c’est parti pour les quelque 150 km du tour de l’île.

(more…)

Pico

9 juillet 2017

Pico, depuis l’île voisine de São Jorge

On n’aurait pu mieux choisir le nom, de ce pic, et de cette île, juste en face de Horta, qui comporte le plus haut sommet du Portugal (2351 m), le Portugal continental s’élève à 1993 m dans la Serra da Estrela au centre du pays. De même que les Canaries contiennent le point culminant de l’Espagne, plus haut que tous les pics de la Sierra Nevada (mont Mulhacén, 3478 m) et des Pyrénées (Pic d’Aneto, 3404)!

(more…)

Une tradition à Horta

7 juillet 2017

Une tradition locale, ici à Horta, est pour les voileux de passage de laisser un dessin de son bateau, une peinture de son voyage, sur la jetée en béton ou autour du port. Si on ne la respecte pas, on s’expose aux pires ennuis en mer, et les marins étant gens superstitieux, et en plus l’affaire étant amusante et flattant le narcissisme de chacun, tout le monde s’y adonne, au grand bénéfice des marchands de pots de peinture de la ville… Cela s’approche de la coutume des ex-voto. Quelques-unes de ces traces laissées sur la digue, il y en a des centaines, les unes récentes, flamboyantes, la plupart peu à peu effacées par le temps et les embruns :

(more…)

Une histoire protestante

7 juillet 2017

Porto Pim, à Faial, port de Horta au fond

La famille d’Aubigné, protestante, bien connue pour Agrippa, le fameux poète, contemporain de Ronsard, témoin et acteur des guerres de religion au XVIe siècle, a dû quitter la France lors de la révocation de l’édit de Nantes en 1685 par Louis XIV. Du moins ceux qui ne s’étaient pas convertis au catholicisme, comme Françoise d’Aubigné, la petite-fille du poète, plus connue sous le nom de Madame de Maintenon, maîtresse puis épouse secrète du grand roi. Les d’Aubigné protestants trouvent refuge en Amérique, dans une des treize colonies britanniques, la Virginie, puis en Nouvelle Angleterre, dans le Massachusetts, à Boston, où ils anglicisent leur nom : d’Aubigné devient Dabney.

(more…)

La Mecque de la voile

7 juillet 2017

Le passage à Horta, dans l’île de Faial aux Açores, est un must absolu pour les voileux, pour ceux qui font le tour de l’Atlantique, depuis les alizés sous les tropiques, à l’aller, jusqu’au retour au printemps dans cette partie nord de l’océan. Tous les bateaux s’y retrouvent, c’est la Mecque de la voile hauturière en mai-juin, comme les Canaries et les Îles du Cap Vert en novembre-décembre chaque année. Une espèce de cap Horn soft, un passage obligé de la voile au large, et une fête permanente pendant deux mois. Le port de Horta est plein à craquer, les bateaux à couple alignés sur trois, quatre, cinq rangées, pour que tout le monde trouve sa place, avec un personnel accueillant, jeune et sympathique à la capitainerie. Une fête internationale, avec des gens de tous les pays, de l’Australie à l’Amérique, et surtout l’Europe, beaucoup de Français, d’Allemands, de Hollandais, d’Espagnols, de Britanniques, d’Italiens, de Scandinaves, de Suisses, de Polonais, etc.

(more…)

Un printemps agité

5 juillet 2017

Il a d’abord fallu préparer le bateau, le sortir de l’eau à Hurricane cove, en traversant le downtown Miami, au milieu des gratte-ciel, avec une douzaine de ponts à passer. Faire la peinture de la coque (antifouling), le polishing, réparer le safran (plein d’eau), changer les joints du saildrive, changer la pompe à eau, changer le moteur des toilettes, etc. Puis l’électronique, nouveau pilote automatique, nouveau plotter GPS Raymarine, les instruments ayant été probablement grillés au mouillage lors d’un orage, par le contrecoup d’un éclair… Tout ça a pris plus d’un mois jusqu’en avril.

(more…)

Chesapeake

28 juillet 2013

Remonter la baie en juin est l’idéal, les jours sont longs et il ne fait pas encore très chaud, juste la bonne température, 20-25°, en plus il n’y a pas encore trop d’orages, très fréquents en été. Les bateaux sont plus abondants que plus au sud, mais rien à voir avec la Méditerranée ou la côte atlantique européenne, rencontres plutôt rares, sauf vers Annapolis ou un jour de régate. Les marinas abondent et il y a toujours de la place.

(more…)

Naval Academy Museum

27 juillet 2013

La Niña, la Pinta et la Santa Maria, en mer, un jour avant l’arrivée en Amérique, par Edward Moran

(more…)

La petite voix

13 mars 2013

Azores

A boat is always there – you never stop worrying about her whether you are aboard or ashore – she is always a presence in the mind and you’re conscious of her at all times. She may be laid up in some safe berth for the winter or hauled out of the water in a yard, but wherever you may be – at home in your virtuous bed or roistering in some gay spot, a chorus girl on each knee and the air thick with flying Champagne corks – a part of your consciousness is always reserved. When the wind moans round the eaves of the house it has a special significance, and you check off in your mind, one by one, the possible sources of danger. Men lie awake worrying about their bank balances, their waistlines, their wives, their mistresses actual or potential; but sailors worry about boats.

(more…)

Sea Bird

6 mars 2013

Une autre traversée, sans problème celle-là, est celle de Sea Bird, yawl de 26 pieds, en 32 jours, en 1911. De Providence (Rhode Island) à Gibraltar, en passant par les Açores.

A l’époque la voile était l’affaire des seuls gens riches, très riches, surtout en Nouvelle Angleterre, lieu de résidence par excellence des patriciens et des grandes fortunes aux Etats-Unis. En achetant et en retapant un bateau de pêche tout à fait commun, considéré comme très laid et peu marin par les yachtmen snobs de la côte Est, Thomas Fleming Day a voulu montrer les capacités de ce genre d’embarcation. Une durée de traversée record pour l’époque, un parcours sans faute, l’histoire est relatée ici  (revue Sail, Feb. 2008) :

(more…)