Posts Tagged ‘Datça’

Marina de Kas

28 septembre 2012

Au fond d’une baie protégée par une presqu’île extrêmement longue, comme la côte turque en a le secret – la plus extraordinaire étant celle de Datça, 80 km ! – se trouve la nouvelle marina de Kas, installations superbes, prix de lancement attractifs, plage, piscine, restaurants, supermarché, ship, zone technique ultramoderne, tout y est. L’eau est propre, à la différence de la baie de Fethiye, on peut se baigner du bateau… Enfin l’aire de croisière et de tourisme est particulièrement intéressante, près du centre de Kas, au coeur de la Lycie, avec Kekova à proximité, l’île grecque de Kastelorizo juste en face, Kalkan, Göcek et Fethiye à l’ouest. Le seul inconvénient est qu’elle se trouve juste entre les deux aéroports, c’est-à-dire également éloignée des deux, trois heures de Dalaman, trois heures d’Antalya.

(more…)

Datça

13 avril 2010

Discussion animée à Datça

(more…)

Cnidos

3 novembre 2009

cnidos (25)

Cnidos (ou Knidos, ou Cnide), un site fabuleux, une cité antique où rien n’a changé, rien n’a été construit (à part un restau et un ponton), on s’amarre au lieu même, au coeur de la ville antique, où venaient les navires grecs ou phéniciens d’il y a deux à trois millénaires, devant le théâtre ici. La fortune de la ville dans l’Antiquité est due au Meltem, ce vent du Nord-Ouest, contre lequel les bateaux de l’époque étaient sans pouvoir. Le port de Cnidos offrait un refuge contre le vent, et les navires devaient s’y arrêter avant de pouvoir passer la péninsule de Datça vers le nord, cap infranchissable par vent violent contraire. Cela pouvait durer des semaines, à attendre une accalmie, et pendant ce temps les affaires marchaient pour les habitants de Cnide.

cnide_datca knidos
(more…)

Sur l’eau

1 novembre 2009

kos (2)

Maupassant, outre l’écrivain génial de romans et nouvelles qu’on connaît, est aussi un précurseur de la plaisance, à une époque où le mot n’existait pas, et le concept très peu. Il a écrit un livre admirable relatant une croisière sur la côte d’Azur – sans moteur évidemment, on est en 1888 -, Sur l’eau. Empreint d’une nostalgie poignante, le récit fait vivre tous les plaisirs de la navigation, le changement de décor, du temps, la découverte d’un nouveau port ou mouillage tous les soirs, les rencontres, la vie non planifiée, l’imprévu. Comme le motto de Joli Rêve nous le rappelle, inscrit sur toutes ses assiettes, tasses ou mugs : Navegare vivere est. En tout cas, voilà ce qu’on peut voir, sur l’eau, quelque part entre la Turquie et la Grèce.

(more…)