Posts Tagged ‘Edward Hopper’

Nature urbaine

17 septembre 2014

Le peintre allemand Jan Siebert, basé au Brésil, présente la Natureza urbana, en réunissant ces deux termes antinomiques, nature et cité, un peu comme Alphonse Allais avec ses villes à la campagne. La tristesse des personnages, et leur lassitude, toujours des femmes, est ce qui frappe le plus dans son oeuvre qui rappelle un peu Edward Hopper, dans le trait, les expressions et les couleurs. Exposition au Centro Cultural Correios à Rio.

Às vezes, um local movimentado durante o dia não chama a atenção, é quase invisível, pois as pessoas estão em trânsito, ninguém os vê. São lugares de passagem. Entretanto, à noite, ganham vida, embora desertos.

(more…)

Réalisme, expressionnisme, cubisme, surréalisme, dadaïsme, tout ça…

4 novembre 2013

Tableau célèbre d’Edward Hopper qui évoque la solitude de la vie moderne, il date des années 1950, époque bénie pourtant en Amérique, après la paix chèrement gagnée. Les deux personnages semblent attirés l’un par l’autre, mais restent à distance, ne franchissent pas la barrière de leur anonymat.

(more…)

Gloucester, Massachusetts

19 août 2013

massachusetts (35)

Quand on regarde le nom des bleds dans le coin, Gloucester, Plymouth, Manchester, Dover, Portsmouth, Exeter, Durham, Medford, etc., aucun doute, on est bien en Nouvelle Angleterre. Mais ce jour là, c’est à Gloucester, Mass. qu’on a jeté l’ancre, façon de parler, car ici comme ailleurs sur cette côte, ce sont des bouées sur lesquelles on s’amarre. Il faut payer une somme modique, mais le gros avantage c’est qu’on peut partir se balader les yeux fermés, ça ne bougera pas. Et il y a aussi un launch* pour aller à terre, pas besoin de sortir l’annexe.

(more…)

Phares

21 avril 2011

Tout, tout, tout sur les phares du Maine, sur ce très joli site. Edward Hopper les a peints    Henry Longfellow les a chantés 

(more…)

Des Apostle islands à Symi

13 avril 2010

De Datça à Symi, de Symi à Bozzuk Buku, deux fois dans la journée il a fallu changer de pavillon, du drapeau turc au drapeau grec, puis l’inverse. Symi n’a rien perdu de son charme, ni le port de son éclat. Une salade grecque et un résiné avant de partir, dans ce restau vide qui attend les touristes, encore rares en avril. Quatre plaisanciers au port, serrés cependant, avec cet instinct grégaire qui les caractérise. La rencontre du jour, c’est ce bateau américain, venu du Lac Supérieur, le Half Moon de Bayfield, Wisconsin, parti des Apostle Islands, où il se trouve qu’on avait fait une croisière en 1992, en louant un bateau à Bayfield justement.

(more…)