Posts Tagged ‘Esclavage’

Conférence à Lisbonne

9 juin 2019

Trois étapes de la mondialisation, à la Sociedade Histórica, Palácio da Independência

(more…)

Enterram-se os mortos e cuidam-se os vivos

25 septembre 2017

La ville avant le tremblement de terre (détail du panneau géant de 1700)

C’est la réponse de Sebastião José de Carvalho e Melo, marquis de Pombal, quand on lui demanda : « Et maintenant ? », après le tremblement de terre et le tsunami qui firent plus de 50 000 victimes et détruisirent la ville en 1755 : « Enterrez les morts et occupez-vous des vivants », symbole de l’esprit pratique qui marqua ensuite son gouvernement (1755-1777). On est en plein siècle des Lumières, Voltaire et Rousseau se disputeront sur l’interprétation à donner à la catastrophe, pourquoi Dieu a-t-il laissé ainsi punir un des pays les plus pieux du continent, pourquoi aussi la destruction de toutes ces églises ?

(more…)

Le dernier empereur

11 août 2012

« Sua paixão por leitura o permitiu assimilar qualquer informação » (Heitor Lyra) … « Uma pessoa tímida e carente que enxergava nos livros um refúgio e ao mesmo tempo uma fuga do mundo real. » … « Ele sempre teve prazer em ler e encontrou nos livros um refúgio para a sua posição. » (R. Barman)  « Se eu não fosse Imperador, eu gostaria de ser um professor. » (Dom Pedro) Oui enfin bon, il a bien fait de rester empereur…

L’Empire du Brésil dure de 1822 à 1889. Dom Pedro II en est le deuxième et dernier souverain, un géant débonnaire (1,90m) qui a eu un des plus longs règnes de l’histoire, 58 années, après ceux de Louis XIV (72 ans), François-Joseph son cousin (67) et Victoria (63). Il est curieusement le neveu de Napoléon, sa mère Marie-Léopoldine étant la soeur de Marie-Louise.

(more…)

Barbados

20 décembre 2011

La côte au vent, face à l’Atlantique – l’autre est sur la mer des Caraïbes -, vagues et surf d’un côté, ports et abris de l’autre. Ici, depuis l’hotel restaurant Atlantis à Bathsheba, un endroit magnifique, une cuisine succulente. Ce sont encore les Portugais qui sont arrivés les premiers, en 1536, donnant son nom à l’île, Os Barbudos, les barbus (des arbres avec des feuilles tombantes qui sont apparus aux navigateurs).

(more…)