Posts Tagged ‘Henri le navigateur’

Lisbonne, et quelques toiles (2)

6 août 2017

Painéis de São Vicente de Fora, Nuno Gonçalves, 1480. Henri le navigateur est dans le troisième panneau à partir de la droite, au centre-droit, avec la coiffe noire.

Au musée des arts anciens maintenant, qui est en fait le musée public des beaux arts de la capitale. Museu nacional de Arte Antiga, MNAA. Avec les fameux Panneaux de St Vincent. Très riche, dominant le Tage, avec un parc et des vues superbes, c’est une véritable oasis en été : alors que les autres lieux touristiques sont envahis à un point que tout le plaisir éventuel est gâché (on se retrouve comme dans le métro), ici c’est frais et désert, à peine quelques visiteurs circulant à l’aise dans les vastes salles, et dégustant un café ou une boisson fraîche dans le jardin. Plaisir suprême après une visite au musée…

(more…)

Lisbonne, et quelques écrivains

6 août 2017

Le Tage, depuis le centre de la ville, Praça do Comércio

(more…)

Le connétable

18 juillet 2017

Le premier fait d’armes de Nun Alvares, Alcantara, 1382

Dans ses luttes contre la Castille puis l’Espagne, le Portugal a eu plus de succès à la fin du Moyen Âge, grâce à un personnage inconnu en France, mais à qui le pays doit son existence même, en tant que nation indépendante, c’est Nuno Álvares Pereira, l’équivalent chez nous d’un mélange entre Roland, Jeanne d’Arc et Charlemagne. Il est d’ailleurs mort en 1431, la même année que Jeanne, et comme elle c’est un saint, canonisé par Benoît XVI en 2009. Il a en effet partagé sa longue vie entre la tête des armées, comme deuxième connétable du pays, et l’ordre du Carmel, où il se dépouille de tous ses biens et titres à 63 ans et entre au service des pauvres. Un azulejos, trouvé par hasard à Cascais, éveille l’attention du touriste : A primeira façanha de Nun Álvares (le premier exploit de Nuno Álvares), 1382, à 22 ans donc. On imagine contre les Castillans et leur volonté de conquête du petit royaume voisin, puisque toute sa carrière de guerrier s’est faite à guerroyer contre l’Espagne.

(more…)

La Mecque de la voile

7 juillet 2017

Le passage à Horta, dans l’île de Faial aux Açores, est un must absolu pour les voileux, pour ceux qui font le tour de l’Atlantique, depuis les alizés sous les tropiques, à l’aller, jusqu’au retour au printemps dans cette partie nord de l’océan. Tous les bateaux s’y retrouvent, c’est la Mecque de la voile hauturière en mai-juin, comme les Canaries et les Îles du Cap Vert en novembre-décembre chaque année. Une espèce de cap Horn soft, un passage obligé de la voile au large, et une fête permanente pendant deux mois. Le port de Horta est plein à craquer, les bateaux à couple alignés sur trois, quatre, cinq rangées, pour que tout le monde trouve sa place, avec un personnel accueillant, jeune et sympathique à la capitainerie. Une fête internationale, avec des gens de tous les pays, de l’Australie à l’Amérique, et surtout l’Europe, beaucoup de Français, d’Allemands, de Hollandais, d’Espagnols, de Britanniques, d’Italiens, de Scandinaves, de Suisses, de Polonais, etc.

(more…)

Bom bordo

11 octobre 2011

Du fond de l’Océan des étoiles nouvelles

A deux pas de Gibraltar, quelques heures en voiture, le Portugal est là, pour changer un peu de l’Espagne. C’est la province du sud, l’Algarve, avec ses golfs et ses plages, ses ports et son histoire : Faro, Lagos, Sagres.

Bombordo signifie bâbord en portugais, c’est d’ailleurs le mot portugais qui a donné le terme français. Il signifie aussi ‘le bon bord’, parce que les marins portugais qui descendaient les côtes de l’Afrique au XVe siècle avaient la terre à leur gauche, et le grand large à leur droite. La côte, et donc la possibilité de mouillages, d’abris et de vivres, le bon bord par opposition à l’inconnu. Même explication en anglais où bâbord se dit ‘port’. (more…)

Os Painéis de São Vicente

10 octobre 2011

Oeuvre de la Renaissance, les 6 panneaux dits de St Vincent sont dus au peintre Nuno Gonçalves, en pleine époque des explorations portugaises (on voit Henri le navigateur au centre, et dans le détail ci-desssus). L’original est à Lisbonne, mais on en trouve une reproduction commentée à Lagos, soulevant tous les mystères de cette merveille.

(more…)

Le mythe de l’école de Sagres

10 octobre 2011

Navegar é preciso, viver não é preciso*
Fernando Pessoa

(more…)