Posts Tagged ‘Natalie Dessay’

L’enfant du régiment

8 novembre 2013

Une rencontre entre la peinture et la musique, qui passe par l’Italie, l’Angleterre et la France. John Everett Millais a peint cette toile, inspiré par l’opéra de Donizetti, La fille du régiment, écrit en français à Paris et créé en 1840. L’action se déroule pendant les guerres de la Révolution et de l’Empire, au début du siècle, une histoire d’enfant illégitime, entre une marquise autrichienne et un officier de la Grande Armée, et après la mort de son père dans une bataille, élevée par le régiment, comme le titre l’indique.

(more…)

Mildred Pierce

2 août 2012

On l’a tant aimée, Mildred Pierce, dans les années 1970, le livre se passait de main en main, le bouche à oreille le vantait, tout le monde le lisait. Pourtant le roman date de 1941, mais l’histoire de cette femme se débattant dans la crise de 29, montant son affaire de ‘pies’ (tartes) seule, annonçait notre modernité. Les personnages principaux sont des femmes, Mildred et Veda, les hommes sont veules et servent de faire-valoir. James Cain était célèbre pour ses romans noirs, Assurance sur la mort, Le Facteur sonne toujours deux fois, et à la différence de ses contemporains comme Dashiell Hammett ou Raymond Chandler, auteurs de polars ennuyeux « à atmosphère », il écrivait des livres passionnants, des page-turner, avec une histoire prenante, un scénario en béton, pleins de femmes fatales et de crimes machiavéliques. Mais là, avec Mildred Pierce, c’est plutôt un roman social qu’il écrit, héritier de Balzac, un grand roman américain. Du livre on retient surtout l’ascension de Mildred, avec ses restaurants, premiers fast-food, mais plutôt sophistiqués, sa lutte sans merci pour se sortir de la crise. Le reste de l’histoire, les péripéties avec sa fille horrible, Veda, l’enfant gâtée, la pianiste, la cantatrice, les tromperies, les déceptions, sont oubliés avec le temps. Subsiste le personnage de Mildred.

(more…)