Posts Tagged ‘Rio’

Paquetá

15 décembre 2014

paqueta (26)

Je suis enfin allé à Paquetá, depuis le temps qu’on en parlait, de cette île pittoresque et sans voitures de la baie de Guanabara, la grande baie de Rio. Il faut prendre un ferry et en une heure on est là. Grosse déception, c’est assez triste et délaissé, les maisons ne sont pas extraordinaires, les cafés et boutiques minables, le Iate Clube délabré, et les bateaux absents, sauf quelques barques de pêcheurs, dont on se demande bien ce qu’ils peuvent attraper avec la pollution de la baie. Bref, on peut s’en passer, pas à la hauteur de la Cidade maravilhosa. L’aller et le retour offrent des vues intéressantes sur le panorama de Rio cependant, la Serra do mar somptueuse qui fait toute la ville. Et il y a un baobab, le seul paraît-il du Brésil. Vidéo.

(more…)

Rio naïf 4

12 décembre 2014

Les PoulesFranjo Dugina, Les Poules, Croatie, 1988

Le MIAN renouvelle ses toiles régulièrement, accueille des peintres de tous les pays, on peut y aller à quelques mois d’intervalle et chaque fois y découvrir des oeuvres inconnues.

Depuis le Douanier Rousseau, des noms différents ont été employés pour cet art, sans doute pour éviter d’employer un terme dénigrant, ou politiquement incorrect, comme art primitif, art primitif moderne, art marginal, art instinctif, art auto-enseigné, peintres du dimanche, peintres du Sacré-Coeur, mais en fin de compte c’est bien l’expression art naïf qui est restée.

Les peintres naïfs sont des autodidactes, ils ne suivent pas de règles et ne se soucient pas de réalisme, de proportions ou de perspective. Leurs principales caractéristiques sont la liberté et l’ingénuité. On pourrait les appeler « les poètes anarchiques du pinceau », ou bien « ceux qui trempent leur pinceau dans leur coeur ». MIAN

(more…)

Décembre à Rio, bis

8 décembre 2014

copacabana (1)

(more…)

Nature urbaine

17 septembre 2014

Le peintre allemand Jan Siebert, basé au Brésil, présente la Natureza urbana, en réunissant ces deux termes antinomiques, nature et cité, un peu comme Alphonse Allais avec ses villes à la campagne. La tristesse des personnages, et leur lassitude, toujours des femmes, est ce qui frappe le plus dans son oeuvre qui rappelle un peu Edward Hopper, dans le trait, les expressions et les couleurs. Exposition au Centro Cultural Correios à Rio.

Às vezes, um local movimentado durante o dia não chama a atenção, é quase invisível, pois as pessoas estão em trânsito, ninguém os vê. São lugares de passagem. Entretanto, à noite, ganham vida, embora desertos.

(more…)

Brésil champêtre

7 avril 2014

pousada_provence_rj

Quand le carnaval bat son plein à Rio, début mars, on peut soit se plonger dans la folie qui règne dans la ville, soit y échapper en allant dans la montagne, à moins de 100 km au nord, et trouver calme et fraîcheur. Avec un nourrisson, mieux vaut choisir la deuxième option…

(more…)

La ville de Pierre

27 décembre 2013

La ville de Pierre, Petrópolis, à 800 m d’altitude et 60 km au nord de Rio, est bien agréable en été, la température y descend dans les 20-25°, par rapport aux 30-35 cariocas, on respire… En décembre, entre Noël et le jour de l’an, la circulation y est impraticable, des heures d’attente dans une ville encaissée où les sens uniques vous entraînent dans un circuit sans fin, mieux vaut aller à pied. Et c’est tout à fait possible dans un centre très agréable, où les villas charmantes succèdent aux palaces imposants. La pension Casablanca Koeller est particulièrement bien placée, un confort simple, un petit-déjeuner parfait (fruits en abondance).

(more…)

Décembre à Rio

25 décembre 2013

Lagoa

Il fait chaud, mais pas trop, ça va, la ville est comme toujours fabuleuse, et se prépare pour Noël et le jour de l’an, mais pour un habitant des latitudes nord, c’est un peu difficile, on n’y croit pas vraiment…

(more…)

Cuirassés, destroyers, croiseurs, corvettes, frégates…

16 novembre 2013

On s’y perd dans tous ces types de navires de guerre. Avant, pour y voir clair, on prenait une encyclopédie ou un dictionnaire, et sur la page avec de jolis dessins, on essayait de comprendre les différences. Aujourd’hui, on va sur Internet, et en quelques secondes Wikipédia ou un autre site vous donnent les réponses.

(more…)

Un Norvégien au Brésil

29 septembre 2013

Alfred Andersen est né en Norvège, peintre qui commence à être connu, il s’embarque pour Buenos Aires à 32 ans, en 1892. Mais son bateau doit s’arrêter au Brésil pour des réparations, à Paranaguá, le port de Curitiba. Un coin superbe évidemment, c’est Ilha do Mel qui ferme l’entrée de la baie, et ensuite le train du vertige (le Serra Verde Express aujourd’hui) vous emmène à Curitiba. Il n’est pas le premier – ni le dernier – à viser l’Amérique espagnole, l’image de la capitale argentine notamment, et succomber au Brésil… En tout cas Andersen tombe amoureux de l’endroit, et peu après aussi d’une très jeune fille, 25 ans plus jeune que lui – ce qui ne lui donne que 8 ans (!) -, Anna de Oliveira, de descendance indienne malgré son nom bien portugais. Ils auront quatre enfants, et lui restera au Brésil, devenant « le père de la peinture paranense » (du Paraná, l’Etat de Curitiba). Alfred sera dorénavant Alfredo, un peintre brésilien, qui nous laisse un héritage de paysages locaux, de portraits et de marines. Son père était capitaine dans la marine marchande norvégienne. L’inspiration maritime est souvent présente dans ses œuvres, notamment ici, dans ces toiles qui montrent comment on s’occupe sur un bateau, durant une traversée.

(more…)

Rio toujours

21 juillet 2013

Quelques images de la ville avant de partir :

(more…)

O Mar

2 juillet 2013

caio_reisewitz
Caio Reisewitz, Guanabara, 2009

Non ce n’est pas la mer (o mar en portugais, masculin), mais le dernier né des musées de Rio, le MAR, Museo de Arte do Rio, qui a ouvert récemment, en plein centre, à deux pas du Monastère São Bento. A côté du fatras habituel de l’art moderne, on y trouve une exposition formidable sur la ville (Rio de Imagens), des représentations de Rio dans le passé, au cours de quatre siècles, du XVIe au XXe. Il s’agit de peintures pour l’essentiel, souvent d’artistes inconnus, beaucoup de Français, mais aussi des cartes, des affiches et des photos. L’occasion de remonter dans le temps, de voir à quoi ressemblait autrefois ce site naturel magique, devenu aujourd’hui une immense métropole.

(more…)

Rio naïf 2

10 juin 2013

deforestation

Retour au musée d’art naïf de Rio, lancé par Lucien Finkelstein*, « um grande Francês, mas Brasileiro de coração, nosso orgulho, nosso irmão » brasileiro_de_coracao

(more…)

Urca

10 août 2012

Typique de cette disposition écartelée de la ville, en multiples quartiers à part – bien plus que dans n’importe quelle métropole au relief plus sage -, est Urca, le village paisible au pied du Pain de Sucre, baignant dans la baie de Botafogo. Des rues tranquilles, un silence et un calme étonnants, un aspect de petite ville de province, alors qu’on est au pied d’un des sites les plus visités au monde, et au coeur d’une mégapole de dix millions. La balade ici le dimanche est très reposante, après les foules du centre ou de Copacabana, et la Praia Vermelha ne manque pas de charme 

(more…)

Pics (et vues) de Rio

10 août 2012

On pourrait l’appeler la ville des panoramas, tant les points de vue spectaculaires abondent dans ce relief de conte fantastique. En voici quelques-uns : Mirante Dona Marta (un peu en dessous du plus célèbre, le Corcovado, raté cette fois pour cause de nuages), Vista Chinesa, Mesa do Imperador (les deux dans la forêt de Tijuca), Dois Irmãos (au bout d’Ipanema), Fort de Leme (au bout de Copacabana) et bien sûr le fameux Pain de Sucre.

(more…)

Rio avant Rio

9 août 2012

On peut imaginer la baie de Guanabara au XVIe siècle, pas encore urbanisée, une nature somptueuse et vierge, à peine effleurée par les Indiens Tamoios ou Tupis. Les premiers établissements européens sont ceux de Villegagnon avec la tentative de la France Antarctique, de 1555 à 1560. On voit sur une gravure de 1575 le Fort Coligny, dans l’île qui porte aujourd’hui le nom de l’amiral, et la création d’Henryville (en l’honneur d’Henri II), à l’emplacement de Flamengo, ainsi que le Pain de Sucre à l’entrée de la baie  On voit également l’escadre de Mem de Sá assaillant le fort. La baie avait été explorée en 1551 par un marin normand, Guillaume Le Testu, qui conduira ensuite l’expédition de Villegagnon. Le Testu a été pris et décapité par les Espagnols vingt ans plus tard, en 1573, à Panama, alors qu’il menait un raid avec Francis Drake.
L’échec français au Brésil s’explique en grande partie par le fait que la France est divisée et s’engage à cette époque dans une guerre civile qui va durer quatre décennies, plus beaucoup de temps et d’argent dans ces conditions à consacrer aux expéditions lointaines. Mais si la présence française a fait long feu, elle a néanmoins donné naissance à deux grands classiques de la littérature de voyage, et de rencontre avec les Amérindiens, deux ouvrages pionniers qui inspireront Montaigne, ceux d’André Thévet et Jean de Léry (personnages qu’on retrouve dans le roman de Rufin, cf. infra) : Les singularités de la France Antarctique et Histoire d’un voyage fait en la terre du Brésil.

(more…)