Posts Tagged ‘Rome’

Andriake

28 septembre 2012

L’endroit a quelque chose d’envoûtant, à chaque fois qu’on y vient on est saisi. Pourquoi ? Parce que Paul de Tarse est passé ici, Saint Paul, en 60. Tous les guides le relatent, il a changé de navire à Andriake, prisonnier des Romains, qui l’emmènent dans la Ville pour y être jugé, il sera détenu quelques années à Rome, puis décapité en 67, sous Néron.

Paul, avec son fameux chemin de Damas, est un des personnages les plus importants de la culture occidentale, et bien sûr on ne peut s’empêcher de voir le site d’un autre oeil, on imagine la galère romaine, les centurions, le saint autorisé à aller à terre, les préparatifs du départ, etc. En plus la baie, les ruines et l’ancien port envahi par le sable, avec seulement des méandres d’un cours d’eau, sont très beaux, ont quelque chose de spécial, d’indéfinissable. Il ne reste à l’extrémité qu’un mouillage pour gulets avec quelques chantiers de réparation, mais toute la baie a une puissance évocatrice formidable, sans compter son nom, Andriake, mystérieux aussi. (more…)

Un communisme qui fonctionne

31 juillet 2011

à Lipari. Autrefois, il y a fort longtemps… C’est ce que nous explique Rod Heikell :

(more…)

Finis terrae

26 juin 2011


Au bout du talon de la botte italienne, la pointe de Santa Maria di Leuca

Un très bel article dans Le Monde Voyage, de Régine Cavallaro : Le Salento, un Finistère à l’italienne

(more…)

Aspendos is stupendous

26 mars 2011

Le théâtre romain d’Aspendos

(more…)

Patmos

15 octobre 2010

Le monastère se voit de loin quand on arrive à Patmos, au sommet des montagnes de l’île  C’est une forteresse imprenable du XIe siècle  Comme quoi les questions militaires autrefois (comme aujourd’hui d’ailleurs), ne se distinguaient guère des questions religieuses. La menace pour les Byzantins à l’époque était celle des Turcs seldjoukides, bien avant les Ottomans. Le lieu est vénéré par les orthodoxes mais aussi par les catholiques. Les paquebots de touristes et pèlerins remplissent l’avant-port, on passe au ras de leur proue ou poupe pour rentrer   Quelque mille ans plus tôt, St Jean (« l’Aigle de Patmos ») s’est réfugié ici, dans une grotte (on visite, mais pas de photo, et la ferveur religieuse s’expose), pour écrire le livre de l’Apocalypse. Grâce à sa virginité, il avait pu subir auparavant le supplice de l’huile bouillante, à Rome, sans en garder aucune trace. Comme quoi… Et pour ceux qui auraient oublié leur catéchisme, ou n’y seraient jamais allés, voir ici pour l’Apocalypse. C’est un peu compliqué. Et pour les 4 cavaliers. A part ça, la chora (la ville perchée) est magnifique.

(more…)