Posts Tagged ‘Shakespeare’

Aux Bermudes

6 juillet 2017
O, wonder!
How many goodly creatures are there here!
How beauteous mankind is! O brave new world,
That has such people in ’t!
Miranda, The Tempest, Shakespeare, 1611

Découvert en 1505 par Juan Bermúdez, l’archipel de ces îles rapprochées ne fut habité qu’en 1609 par les Britanniques, à la suite d’un naufrage qui a inspiré La Tempête de Shakespeare, histoire incroyable, mais qui ne s’arrête pas là : John Rolfe, qui épousera plus tard Pocahontas, dans la nouvelle colonie de Virginie, faisait partie de l’équipage et des naufragés, un naufrage exemplaire, sur les énormes récifs entourant les Bermudes au nord et à l’ouest  :

(more…)

Histoire et mythes

8 novembre 2013

John Martin est un peintre romantique inspiré par la Bible, ici le Déluge.  Yale Center for British Art

(more…)

Premiers touristes à Yosemite

31 octobre 2013

Les premiers touristes à Yosemite, en bas à gauche sur ce tableau d’Albert Bierstadt (au musée de Yale, comme la suite, section art américain)

(more…)

Age cannot wither her

28 octobre 2013

La reine Arsinoé, reine grecque dans l’Egypte des Ptolémées. On apprend enfin où Molière a été chercher ses noms…
Le musée des beaux arts de l’université Yale, Yale University Art Gallery, est tellement riche qu’il faut le prendre par morceaux, l’art antique et médiéval, l’art européen jusqu’au XIXe inclus, l’art américain du XIXe, l’art contemporain enfin. Commençons par le début…

(more…)

À Manhattan

2 août 2013

Balade à Manhattan, Grand Central, Bryant Park derrière la bibliothèque, Times Square et Central Park. Un musée enfin, celui d’Histoire naturelle pour changer un peu. Le contraste entre le calme des deux parcs et l’agitation frénétique de Times Square, à quelques rues de distance, est saisissant. Le père Duffy*, qui a sa statue au milieu, a l’air complètement dépassé… George Cohan, compositeur, qui a la sienne à deux pas, paraît plus à l’aise.
Théâtre en plein air, gratuit, et sous la pluie, à Central Park : Shakespeare bien sûr, Richard III, My kindgom for a horse!

(more…)

In tolerance, be like the sea

23 mars 2011

A Konya, ça ne rigole pas, on est loin de la côte et de ses facilités, c’est une capitale religieuse, les femmes voilées dominent (pas le niqab, encore moins la burqa, mais le simple fichu où le visage est parfaitement visible) et les restaurants populaires ne servent pas d’alcool, mais de l’ayran (yaourt salé liquide, délicieux si on aime les laitages). Le principal monument de la ville est le mausolée de Mevlana, un poète et mystique soufi du XIIIe siècle, à l’origine de ce courant d’un islam tolérant. C’est aussi l’origine de la Sema, la danse des derviches tourneurs, une sorte d’extase ou de transe mystique provoquée par ce mouvement, de plus en plus rapide.
Mevlana a écrit des milliers de vers, 40 000 dans le Diwan, c’est un peu leur Shakespeare ou leur Victor Hugo. Sa poésie est très populaire aux Etats-Unis, inconnue en France, Madonna et d’autres la chantent. Lui aussi a repris les fables d’Ésope, 18 siècles après le poète grec, et quatre avant La Fontaine.

(more…)

Brave New World

1 mars 2011

J.W. Waterhouse

En voyant la pièce mise en scène par Declan Donnellan aux Gémeaux à Sceaux, par une troupe russe de Moscou, en russe donc, surtitré en français, on est un peu perplexe, voir en France un grand metteur en scène britannique faire jouer Shakespeare par des acteurs russes, ça fait un beau méli-mélo. Que reste-t-il de tout ça ? Pas grand-chose, on s’endort un peu à force de ne rien comprendre des mots, et d’avoir toujours l’oeil fixé sur le texte qui défile en français, au lieu de l’avoir sur les acteurs et la mise en scène. Elle est très belle pourtant, cette mise en scène, avec des images projetées derrière sur grand écran, images de vagues, de bateaux, d’îles et de tempête bien sûr. Et les acteurs ne sont pas en cause, ils sont jeunes et magnifiques, parfois nus comme dans tant de mises en scène modernes. Une mention spéciale pour l’actrice qui fait Miranda, superbe, et pour le comique qui joue le rôle d’un des deux bouffons, Trinculo. Ariel est un peu fade, Caliban, classique, un monstre bonasse ; le physique de l’acteur, un genre de Tarass Boulba, convient parfaitement.

Reste à chercher les morceaux de bravoure dans les surtitres de cette grande pièce de Shakespeare, une des plus belles, une des rares qui finit bien. En regrettant Michel Duchaussoy, un parfait Prospero, dans une mise en scène des années 1990 à la Criée, avec un Ariel et un Caliban tous deux formidables. Florilège des passages les plus connus de La Tempête :

(more…)

Corbaccio, Corvino, Voltore and friends

8 septembre 2010

Les inoubliables figures de Ben Jonson, dans Volpone, revivent en ce moment à Paris au théâtre de verdure au pré Catelan, bois de Boulogne.

(more…)