Salò

Comment les dictateurs finissent. Souvent dans le climat délétère de la fin de Macbeth ou celle de Richard III. On en a quelques exemples récents dans l’actualité. La ville de Salò, sur les bords du lac de Garde, nous en rappelle un autre. Celui du Duce, établi là par les Allemands pendant plus d’un an (septembre 1943-avril 1945), à la suite de son enlèvement spectaculaire aux mains des Alliés, par le commando Skorzeny envoyé par Hitler.

Après les héros positifs, les âmes damnées. En plus, tout le monde savait en 1944 que la guerre était perdue, ce qui devait rajouter à l’atmosphère de décomposition de cet Etat croupion. Mais Salò est aujourd’hui une petite station balnéaire cossue, dans un cadre enchanteur, qui ne semble guère souffrir de son passé. Quoique…  C’est le Vichy italien, même si les circonstances sont bien différentes. Deux affiches de la République sociale italienne  

   

         

Ruit hora : Le temps s’enfuit, devise de Grotius 

Pasolini en a fait un film, à l’époque sulfureux (et interdit), inspiré par Sade : Salò ou les 120 journées de Sodome. Un gros navet pour certains, une oeuvre de génie pour d’autres. Il vaut mieux ne pas trop revoir les extraits sur youtube, ça semble très vieillot et désuet quand même. Plutôt du carton pâte qu’un jalon dans l’histoire du cinéma. Et les passages osés, c’est pas le tiers du quart de ce qu’on peut voir maintenant. Mieux vaut, si on est amateur, consulter l’original, qui reste un brûlot. Quand j’étais ado, vers 13-14 ans, je rentrais à la maison plus tôt que mes parents, et j’avais trouvé le moyen d’ouvrir la bibliothèque fermée à clé où se trouvaient les livres à ne pas mettre entre toutes les mains. Il y avait Les 120 journées de Sodome, une horreur, un livre épouvantable, sans grand passage érotique d’ailleurs, plutôt du sang, des meurtres, des abominations. Pas grand-chose pour satisfaire la libido d’un teenager, il fallait chercher les passages érotiques à travers l’amoncellement d’ennui suscité par le délire de Sade.

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , ,

4 Réponses to “Salò”

  1. Jean-Marie Says:

    Ce n’était pas le bon Sade :-)… La « Philosophie dans le boudoir » était nettement plus « éducative » pour la libido !! Assez pénible à mon goût le film de Pasolini!

  2. Hubi Says:

    Ça me fait penser à « La Peau » de Malaparte, aussi un livre sulfureux où l’on débusquait des passages érotiques noyés dans les désordres de la guerre et de la misère. Qund on se retourne sur les émois de notre jeunesse, on se rend compte que nous vivions en-dessous de notre âge…

  3. JB Says:

    Hugo Grotius (1583-1645) est un juriste et humaniste hollandais, pionnier du droit international. Mare Liberum (De la liberté des mers), paru en 1609, défend l’idée que « la mer par nature appartient toute entière à tous ». C’est aussi un aventurier, pris dans un conflit interne en Hollande, il est condamné à la prison à vie mais s’évade en 1621 dans une caisse de livres et s’enfuit à Paris où il réside plus de vingt ans. Il fait naufrage lors d’un voyage en Suède mais parvient à regagner la côte, totalement épuisé. Il meurt des suites de cette dernière aventure, un clin d’œil de l’histoire, lorsqu’on sait son rôle dans le droit de la mer.
    http://region-developpement.univ-tln.fr/fr/pdf/R31/CR-Brasseul.pdf

  4. JB Says:

    “God made the land and the sea; the land he divided among men and the sea he gave them in common. It has never been heard that anyone should be forbidden to sail the sea. If you seek to do that you will take the bread from the mouths of the people. »
    Hugo Grotius, Mare liberum

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :