Not for the squeamish

Not for the squeamish, l’entrée du port de Biarritz.
Lors d’une période de beau temps et de vent faible, voilà ce que ça donne, la houle se casse dans l’entrée étroite, entre la falaise et la digue. On imagine ça par gros temps…
Ensuite, l’avant-port est soumis à la houle et il faut faire un virement rapide pour entrer dans le premier bassin (il y en a trois). Impossible pour les voiliers de toute façon, des passerelles barrent l’entrée pour les mâts. Seuls les petits bateaux de pêche et vedettes à moteur peuvent le pratiquer. Dans la mesure où Biarritz, bien avant qu’il devienne le Cannes de la côte basque, était un port baleinier, on s’interroge sur les possibilités des navires de partir et revenir de cette côte.

Le Knebworth est un navire anglais coulé lors d’une tempête devant Bayonne en 1930.

Images de la ville, qui fait penser à un immense parc des Buttes-Chaumont (c’est la même époque, le Second empire), avec ses coins et ses recoins, ses dénivelés et ses cachettes, ses rochers spectaculaires, mais au bord de et dans la mer. Biarritz n’est pas le Pays basque, pas plus que Cannes n’est la Provence, c’est une enclave chic et touristique, non reconnue par les locaux comme très typique.

Sur le port, dit Port des pêcheurs.
Histoire du port et de la ville, nombreuses vidéos.

Étiquettes : , , , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :