Noël en Lozère

En décembre, la région est un peu grise, un peu triste, un peu froide, mais l’avantage est qu’il y a peu de touristes, même à Conques (à côté, en Aveyron), merveille romane, quoique on y trouve son lot de touristes anglais, allemands, hollandais, même brésiliens ce jour-là !

Autre cathédrale romane, dans un cadre totalement différent, autant ensoleillé et sec que le Massif central en hiver est frais et pluvieux, celle de Trani, qui rappelle l’unité culturelle de l’Europe médiévale, l’une sur la route des croisades, l’autre sur le chemin de Compostelle, mais le motif est toujours la foi. Conques a été redécouverte par Prosper Mérimée en 1837, l’écrivain était alors Inspecteur général des monuments historiques et après un voyage dans la région, il écrit ses Notes d’un voyage en Auvergne et dans le Limousin, où Conques est décrit sur une vingtaine de pages.

L’Eglise est située sur un versant extrêmement raide, ayant sa façade occidentale tournée vers une vallée étroite mais profonde, que resserrent des murailles de rochers presque verticales. On ne pouvait choisir un lieu plus mélancolique et plus convenable à des âmes pieuses qui voulaient fuir le monde.

Elle paraît avoir servi de modèle à un certain nombre de monuments (…) : si l’on se rappelle les grandes richesses de cette abbaye, les connaissances étendues et les vastes relations de ceux qui la gouvernèrent, on doit penser que le système qui préside à sa construction fut comme l’expression de l’art dans une certaine époque et pour une certaine province. Ce dut être le dernier mot des architectes dans la première moitié du XIème siècle.

L’auteur de Colomba se moque un peu du tympan et des damnés qu’il représente, il est vrai que l’admiration du roman et du gothique date seulement du XIXe siècle, ce sont les romantiques qui les ont réhabilités, on est encore au début de cette nouvelle façon de voir, de cette réévaluation de l’art médiéval.

            

Even cats fall

Tout sur Conques, sur son célèbre tympan, et sur nos péchés. Visite virtuelle (voir le cloître en vidéo, la pelouse est encore propre ;))

Excellent restaurant devant l’abbaye, l’Auberge St Jacques, notamment la soupe aux panais 

Un an après, Noël 2012lozere_noel2012

Étiquettes : , , , , , ,

4 Réponses to “Noël en Lozère”

  1. claireboto Says:

    énorme la séquence du chat, on s’y croirait 🙂

  2. Gilda Says:

    Esse gatinho parece irmão da minha Athina! Só que ela é mais bonita, é claro!!!

  3. Noël en Lozère, bis | Le journal de Joli Rêve Says:

    […] En 2011… […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :