Falaises

Chemin de Bas Fort-Blanc, 1885, Elodie La Villette

Toujours au musée de Fécamp, la ville au cœur de la côte d’Albâtre, entre Le Havre et Dieppe, au nord du Pays de Caux, appelée ainsi du fait de ses falaises blanches, quelques tableaux de falaises justement. Une suite à la série sur les peintres et la Normandie.
Elodie La Villette représente ici les falaises à Dieppe à marée basse, avec les différentes parties en bas, l’estran à droite, le platier au centre, et la plage de galets à gauche sous la falaise. Ci-dessous, la même artiste peint les falaises à Yport en 1877.
NB L’estran est toute la partie découverte par la marée, le platier est la partie de roches inclinées également découvertes. Les galets viennent de la chute de pierres de la falaise, progressivement polies et arrondies par le ressac.

Emile-Louis Vernier peint ici en 1877 des pêcheurs à Yport faisant sécher leurs voiles. Il n’y a pas de port et les bateaux doivent être remontés sur la plage par un treuil et des pans en bois, et les repousser pour partir. Ils ramendent leurs filets tandis qu’une femme trie le poisson et que d’autres personnages discutent. La plage est couverte de tout l’attirail de la pêche, filets, paniers, casiers, cordages, bouées avec flotteurs, etc.

Le même représente deux pêcheurs préparant leurs lignes devant un caïque dont la voile cachou sèche en travers du bateau et sur la plage, devant un cabestan :

A Etretat
Pêcheurs de crabes et coquillages autour de l’Aiguille creuse, par grande marée, Eugène Le Poittevin, 1860 :

Pêcheurs à Etretat, 1840-50, Eugène Le Poittevin :

Du même, enseigne pour l’hôtel Blanquet, rendez-vous des artistes à Etretat :

‘Epave à mer basse sous les falaises d’Etretat’, Paul-Félix Vallois (1842-1906), 1879 :

Projet d’éventail, par Henry Bacon, ‘Lavandières sur la plage d’Etretat’, 1870 :

Yport
‘Avant l’orage’, par Jules Diéterle, vers 1870 :

Vue d’Yport, Michel Bouquet, 1866, caïques, pêcheurs et leurs femmes, et quelques estivants, peinture sur émail :

Paul Morchain (1876-1939), Falaises d’Yport, 1919 :

Fécamp
Jules Noël, L’avant-port à marée basse, les marins s’activent à calfater les coques, avec le brai préparé sur le feu :

Jules Noël, ‘Crinolines sur la plage’, 1871, la plage est devenu un espace partagé, des femmes qui étendent le linge, des élégantes en crinolines, et des baigneurs. Le casino en bois ouvert en 1859 figure à droite, la ville devient une station balnéaire :

L’ancien casino de Fécamp et la plage, Abbé Narcisse Denis (1843-1923). On est hors-saison, la plage est déserté par les estivants, les pêcheurs reviennent, comme celui qu’on distingue, avec « son bonnet de laine rouge et son cotillon de toile bleue ».

Vue de la plage, par Jean Mazzella, 1883 :

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :