Les Chevaliers à Rhodes

À Rhodes, il y a des restes antiques, mais surtout au musée, superbe. Dans la rue, c’est le Moyen Âge qui domine, remparts et château fort hallucinants, notamment le Palais des chevaliers qui surplombe la cité. La rue des chevaliers aussi, restée inchangée depuis sept siècles, pas une boutique, pas une publicité, pas une trace moderne ou industrielle, elle a gardé toute sa beauté et authenticité, on pourrait y tourner un film d’époque. Les chevaliers de l’ordre de St Jean de Jérusalem, ou ordre de l’Hôpital, y sont restés plus de deux cents ans (1307 à 1522), mais ils semblent avoir bâti pour l’éternité. L’ordre a été créé en Terre sainte durant les croisades, au XIe siècle, avec pour mission de soigner les pèlerins chrétiens. Il devient en 1113, comme les Templiers, un ordre militaire. Chassés de Jérusalem en 1291, les chevaliers s’établissent à Chypre, où ils créent une flotte, puis à Rhodes.

Impressionnant. Il y a de quoi rêver, on pense à ces géants, chantés par Hugo dans la Légende des Siècles, Bivar, le Cid, l’Aigle du casque, le mariage de Roland, Le petit roi de Galice, etc.
Les mosquées, notamment celle de Soliman le magnifique, les inscriptions en arabe, témoignent aussi de la longue présence ottomane, après l’intermède franc. Les chevaliers iront à Malte, que Charles Quint leur accorde en 1530, les Hospitaliers deviendront ainsi les chevaliers de l’ordre de Malte.
Cette sculpture donne une idée du type d’homme qui a vécu ici, loin des vallées normandes, bourguignonnes ou écossaisses, un chevalier, un de ces paladins chanté par le grand Victor :

La terre a vu jadis errer des paladins ;
Ils flamboyaient ainsi que des éclairs soudains,
Puis s’évanouissaient, laissant sur les visages
La crainte, et la lueur de leurs brusques passages ;
Ils étaient, dans des temps d’oppression, de deuil,
De honte, où l’infamie étalait son orgueil,
Les spectres de l’honneur, du droit, de la justice ;
Ils foudroyaient le crime, ils souffletaient le vice

Ayant franchi les flots, les monts, les bois horribles,
Ils venaient de si loin, qu’ils en étaient terribles ;
Et ces grands chevaliers mêlaient à leurs blasons
Toute l’immensité des sombres horizons.
Les chevaliers errants

Joli Rêve à Mandraki 

La rue des chevaliers

Le Palais des chevaliers 

La cité 

Rencontre à Rhodes 

Rhodes au XVIe siècle

Étiquettes : , , , , , , , , , , ,

2 Réponses to “Les Chevaliers à Rhodes”

  1. Laure Says:

    Waou, c’est superbement conservé. Ca a l’air magnifique !

  2. Dans l’œil du cyclone | Le journal de Joli Rêve Says:

    […] phare de la Méditerranée Au bon temps de la canonnière Like a broken wave Panique Texel Tatave Les chevaliers à Rhodes […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :